Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Le Conseil de gouvernement adopte un projet de loi relative au Code du commerce    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Ayoub El Kaabi rejoint le Wydad de Casablanca    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Khalid Iben Yaich, directeur général délégué d'AkumenIA : « Cette crise rend primordiale l'adoption des technologies de Big Data »    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Le Maroc Participe à la réunion d'experts sur les politiques de services à Genève    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Pas de report de l'examen régional de la 1-ère année du baccalauréat    Les autorités serrent la vis à Casablanca    Le covid-19 ferme un célèbre quartier à Fès (PHOTOS)    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Dislog Group consolide son portefeuille de marques avec « Fine »    Liquidité des banques: le besoin se creuse en août    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    El Otmani a parlé des vaccins anti-covid 19    Wydad-Raja: pas de vainqueur dans un derby très moyen (VIDEO)    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    World News Day: D'esclave à activiste    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement : Retour des heures supplémentaires dans le privé
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 05 - 2017

Les enseignants du public seront autorisés au cas par cas
Désormais les enseignants du public pourront effectuer des heures supplémentaires dans les établissements privés. C'est ce que vient d'annoncer le ministère de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans un communiqué. Selon la tutelle, cette décision vise à faire face «au manque que connaît le secteur privé en termes d'encadrement pédagogique». Il faut rappeler à ce sujet que les écoles sont aujourd'hui confrontées au problème de départ de leurs enseignants vers le public. Le recrutement contractuel des enseignants dans le public a aggravé la situation. La Ligue de l'enseignement privé au Maroc avait d'ailleurs pointé du doigt à plusieurs reprises les conséquences de cette décision du ministère. Le président de la Ligue, Abdelhadi Zouiten, avait fait remarquer en janvier 2017 que le recrutement contractuel des enseignants a provoqué le départ de quelque 2.000 enseignants et directeurs qui étaient liés par des contrats avec des écoles privées. Dans un communiqué, le ministère a indiqué que cette décision concerne notamment le collégial et le secondaire qualifiant, qui comptent actuellement quelque 281.000 élèves. Signalons que cette décision intervient en application des dispositions de l'article 13 de la loi 06.00 qui stipule: «Le staff d'enseignants titulaires des établissements privés doit représenter au moins 80% de leur effectif, tout en prévoyant la possibilité de recourir exceptionnellement à des formateurs ou enseignants du public ou du privé, après autorisation accordée, à titre individuel, par l'académie concernée, pour chaque année scolaire et selon un volume horaire déterminé». Les enseignants devront avoir accompli l'intégralité des heures de cours dans le public pour en bénéficier.
Le ministre abroge les arrêtés de ses prédécesseurs
Cette nouvelle décision du ministre Mohamed Hassad met fin à l'arrêté datant du 4 février 2015 de Rachid Benmokhtar. L'ex-ministre avait mis fin aux autorisations accordées aux cadres du corps enseignant exerçant dans l'ensemble des cycles d'enseignement et aux corps des inspecteurs, pour assurer des heures supplémentaires dans les établissements d'enseignement privé. L'arrêté en question stipule que «les établissements d'enseignement privé exerçant leur activité de manière effective avant l'entrée en vigueur dudit arrêté peuvent bénéficier, de manière exceptionnelle, d'une période transitoire de trois années scolaires qui prendra fin au terme de la saison scolaire 2016-2017 et ce, dans le but de leur permettre de prendre les mesures nécessaires pour disposer d'un corps enseignant stable». Ces établissements peuvent, durant cette période, recourir aux services des professeurs de l'enseignement public, à condition que le nombre de ces derniers ne dépasse pas 20% du total des enseignants exerçant dans les cycles secondaires collégial et secondaire qualifiant de chaque établissement privé et d'obtenir une autorisation dans ce sens des académies régionales de l'éducation et de la formation. L'arrêté avait prévu des mesures disciplinaires contre les enseignants et les inspecteurs qui enfreignent la règle ainsi que contre les établissements privés qui bénéficieront des services de ces cadres. En 2012, Mohamed Louafa avait publié un arrêté, qui interdisait de manière provisoire aux enseignants et aux inspecteurs de l'enseignement primaire et secondaire d'effectuer des heures supplémentaires dans le privé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.