Quand Renard faisait danser ses joueurs avant les matches    DGI : Une application mobile pour le marché de l'immobilier    De Bonnes Sources    France : quatre morts dans une collision entre un train et un bus scolaire    Droits de l'Homme: El Othmani promet un plan d'action    Programme des principaux matchs de ce samedi 16 décembre    Eredivisie : Oussama Assaidi incertain face au Vitesse Arnhem    Exposition: Quand Mederic Turay sublime l'Afrique    Tanger : Hommage au caricaturiste Abdeslam Mrini    Mundiapolis lance une nouvelle formule d'e-learning    Un mondial sans Espagne ?    Barid Al-Maghrib obtient la certification de l'activité courrier recommandé    L'agroalimentaire marocain intéresse les Chinois    Deux chocs pour les Lions en mars    Disney rachète 21st Century Fox    Mise en place de commissions provinciales pour lutter contre les effets de la vague de froid    Fortes pluies prévues vendredi soir et samedi dans plusieurs régions du Royaume    Lactalis retire son lait de bébé Picot du marché    DGAPR : Fermeture définitive de la prison locale Salé 1    L'Ambassadeur du Maroc à Bucarest décorée par le Président roumain    Sahara marocain    La migration africaine se joue à 80 % à l'intérieur du continent    Négociations sur le Brexit: ce que l'on sait    Institut français : Quand Oujda écrit l'histoire    Tanger City Mall s'expose !    Le Maroc adhère au protocole... 3 ans après    Casablanca : 2,325 kg de cocaïne extraits des intestins d'un ressortissant congolais    Le jackpot pour Casablanca    9e session du Comité central du PPS    Dernière ligne droite avant des élections en Catalogne qui pourraient ne rien régler    L'ex-ministre de l'économie jugé pour corruption    Les grandes questions à exorciser!    Fisc: Le Luxembourg fait appel de la sanction de Bruxelles sur Amazon    La Chambre des représentants adopte en deuxième lecture le projet de loi de Finances 2018    Le Hamas appelle à des manifestations « de colère » tous les vendredis    CPI: 10 millions de dollars de réparations pour les enfants-soldats d'une milice congolaise    Jumelage institutionnel Maroc-Union européenne : Renforcement du processus de BSG    Wydad: l'heure du bilan a sonné    Saisie et destruction de 345 t de produits impropres à la consommation en novembre    CE LUNDI,ASSEMBLEE GENERALE DU MCO FOOTBALL    AMATEURS:L'USK PERD SUR TAPIS VERT ?    Un officier de police suspendu pour dépassements dans l'exercice de ses fonctions    Bipolarité    L'UE «satisfaite» de l'Accord avec le Maroc    Terrorisme: Des peines allant de 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 4 accusés    Ligne rouge    Leith Alam, artiste Marocain, auteur, compositeur et arrangeur musical    «Spend» à l'espace Kulte Gallery Editions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spécial MRE : Direction des affaires de la migration
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 08 - 2017

Dans le cadre de la gestion des flux migratoires, a été mis en place un mécanisme d'accompagne-ment des candidats au retour volontaire vers leur pays d'origine en partenariat avec l'Organisation internationale pour les migrations. Ce retour volontaire s'accompagne d'une aide à la réinstallation dans le pays d'origine.
Sur Hautes orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a adopté, depuis septembre 2013, une nouvelle politique migratoire. La Direction des affaires de la migration a été créée en avril 2014 dans le cadre institutionnel et de gouvernance permettant une meilleure coordination entre les acteurs concernés par la question de l'immigration. Elle est essentiellement chargée de piloter l'élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie nationale d'immigration et d'asile.
La Stratégie nationale d'immigration et d'asile a été élaborée selon une approche participative. Elle vise à assurer une meilleure intégration des immigrés et une meilleure gestion des flux migratoires dans le cadre d'une politique cohérente, globale, humaniste et responsable.
Quatre objectifs sont assignés à cette stratégie nationale : 1) Gérer les flux migratoires dans le respect des droits de l'Homme, 2) Mettre en place un cadre institutionnel adapté, 3) Faciliter l'intégration des immigrés réguliers et 4) Mettre à niveau le cadre réglementaire.
La Stratégie nationale d'immigration et d'asile comporte 11 programmes touchant des domaines fondamentaux comme l'éducation et la culture, la jeunesse et loisirs, la santé, le logement, l'assistance sociale et humanitaire, la formation professionnelle et l'emploi.
Elle porte également sur la gestion des flux migratoires et la lutte contre la traite des êtres humains, la coopération et les partenariats internationaux, le cadre réglementaire et conventionnel et la gouvernance et communication.
Ainsi, une opération exceptionnelle de régularisation de la situation administrative des étrangers en séjour illégal au Royaume a été menée durant l'année 2014. Elle s'est basée sur des critères de régularisation les plus souples et a permis de régulariser plus de 83% des 27.643 demandes dont plus de 70% des personnes régularisées sont issues de pays subsahariens.
Dans le même sens et sur Hautes instructions royales, une seconde phase d'intégration de personnes en situation irrégulière au Maroc a été lancée le 15 décembre 2016. A ce titre, à fin juillet 2017, près de 23.000 demandes ont été déposées auprès de 70 préfectures et provinces concernant 105 nationalités.
Par ailleurs, conformément aux Hautes instructions royales, la validité de la carte de séjour est passée à trois années, un an après la régularisation du séjour au Maroc, sauf en cas d'actes répressibles commis par les intéressés, et les procédures de délivrance et de renouvellement des cartes de séjour ont été accélérées et simplifiées au maximum.
Dans le cadre de la gestion des flux migratoires, a été mis en place un mécanisme d'accompagnement des candidats au retour volontaire vers leur pays d'origine en partenariat avec l'Organisation internationale pour les migrations. Ce retour volontaire s'accompagne d'une aide à la réinstallation dans le pays d'origine.
Par ailleurs, la mise à niveau du cadre législatif et réglementaire a connu l'élaboration de trois projets de lois sur l'asile, l'immigration et la lutte contre la traite des êtres humains, ce dernier a été adopté par le Parlement en août 2016.
L'ensemble des services de base a été ouvert aux migrants et aux réfugiés, tels que l'éducation, la santé, l'assistance sociale, le logement, la formation professionnelle et l'emploi.
Concernant l'accès à l'éducation, des mesures concrètes ont été prises pour inscrire les élèves migrants dans les établissements de l'éducation et de l'enseignement public et privé et aussi pour leur permettre de bénéficier des cours de l'éducation non formelle. Actuellement, 6.900 enfants étrangers sont inscrits dans le système scolaire formel marocain.
Pour ce qui est de l'accès au système de santé, les migrants y sont admis, quels que soient leurs statuts, dans les mêmes conditions que les Marocains. Par ailleurs, des mesures sont en cours pour faire bénéficier les migrants régularisés et les réfugiés d'une couverture médicale de base et de l'accès aux soins de santé similaires au panier de soins du Régime d'assistance médicale pour les démunis (Ramed).
Un dispositif d'assistance humanitaire a également été mis en place à travers un partenariat avec les associations de la société civile et le Croissant Rouge Marocain pour mener des actions d'aide humanitaire pour les immigrés vulnérables.
Pour l'intégration des migrants dans le marché du travail, des mesures ont été prises pour les faire bénéficier des prestations d'accompagnement de l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (Anapec) en matière de recherche d'emploi. Dans le même sens, des dérogations ont été accordées pour procéder à l'octroi de permis de travail systématiquement à tout migrant, muni d'un contrat de travail, ayant bénéficié de l'opération exceptionnelle de régularisation sans passer par la procédure de la préférence nationale.
Aussi pour augmenter les chances de trouver un emploi décent, il a été procédé à l'ouverture de l'accès des migrants aux formations assurées par l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et aux programmes de formation par apprentissage dispensés par les centres de l'Entraide nationale, du ministère de l'artisanat et de l'économie sociale et solidaire et des associations spécialisées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.