Frontière de Bab Sebta: où en est la situation ?    Change. Le dirham s'apprécie face à l'euro du 25 février au 3 mars    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Google ne se servira plus des cookies pour la publicité    Déclaration de la Contribution Professionnelle Unique (CPU) : la date limite, c'est avant le 1er avril 2021    Sebta et Mellilia: quelles alternatives pour mettre fin à la contrebande ?    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Le Maroc reçoit 500.000 doses du vaccin Sinopharm    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Congrès des Nations Unies pour la Prévention du Crime et la Justice Pénale : le Maroc élu à la vice-présidence    Maroc : Les barrages remplis à 50%    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    Présidence de la CAF: un candidat se retire de la course    Concours d'accès au COPE : 543 candidats passeront l'épreuve orale par visioconférence    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    L'ouverture du consulat jordanien à Laâyoune continue de faire réagir    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Une influenceuse marocaine attaquée sur la Toile à cause de Saad Lamjarred (VIDEO)    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Fès : saisie de 500 Kg de chira, une personne interpellé    Suède: Ibrahimovic de retour en sélection ?    Des femmes qui comptent : Ghyzlaine Alami    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Huit personnes interpellées pour organisation d'une fête de mariage    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouaga prépare son cinéma
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 01 - 2005

La 19ème édition du Festival panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou aura lieu du 26 février au 5 mars 2005. Thème de cette édition : «Formation et enjeux du professionnalisme»
Quarante-cinq jours seulement nous séparent de la tenue de la 19ème édition du Festival panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO). Ce festival, considéré comme la plus grande manifestation cinématographique du continent africain, aura pour thème : « Formation et enjeux du professionnalisme».
Ce thème est vraiment d'actualité puisque, aujourd'hui, le cinéma africain ne peut plus se permettre de bricoler vu que le cinéma mondial est de plus en plus compétitif. Le cinéma africain doit pouvoir évoluer au rythme des changements technologiques. Ces mêmes technologies influencent désormais la création, la production et la diffusion cinématographique et audiovisuelle. Les cinéastes africains doivent, par conséquent, trouver un moyen qui leur permettrait, à leur tour, d'être compétitifs. «C'est une impérieuse nécessité pour les professionnels du cinéma africain que de comprendre et de s'approprier les nouvelles technologies», déclarent les organisateurs de cette édition 2005 du FESPACO. Et d'ajouter : «Finis les temps du «mégotage» où l'on apprenait le cinéma sur le tas». D'après Haba Hama, le directeur général du FESPACO, cité mercredi dernier par le quotidien sénégalais «Le Matin», «le cinéma, aujourd'hui, n'est plus simplement une question de vocation ou de passion. Il est une profession qui a donné naissance à plusieurs métiers plus ou moins pointus »
Aujourd'hui, pour faire du cinéma, il faut entreprendre une véritable formation aux différents métiers du cinéma. Ces mêmes métiers doivent faire l'objet d'une spécialisation pointue. Ceci tout en sachant que l'époque du cinéaste aux multiples métiers est également révolue. Il y a quelque temps, le cinéaste portait plusieurs chapeaux. Il devait être scénariste, réalisateur, cameraman, acteur, producteur et décorateur en même temps.
Le professionnalisme passe aujourd'hui par la formation aux métiers du cinéma et de l'audiovisuel. Ces métiers sont de plus en plus variés et pointus. Mais quels sont les difficultés et les perspectives en matière de formation en Afrique ? Aussi, quels sont les enjeux du professionnalisme pour l'émergence d'une industrie du cinéma en Afrique ? Ce sont des questions auxquelles est appelé à répondre l'édition 2005 du FESPACO. Il s'agira également, selon les organisateurs, de fédérer des idées et des initiatives en vue de les mettre en œuvre.
En outre dans le cadre de la programmation, il est prévu une projection de films de la diaspora africaine. Cette section est réservée aux longs et aux courts-métrages réalisés par les cinéastes de la diaspora africaine. Le but de cette section est de susciter la participation des films et productions télévisuelles de la diaspora africaine à la séléction du FESPACO 2005.
Ce festival, créé en 1969 à Ouagadougou, par un groupe de cinéphiles, suit son chemin, et donne rendez-vous aux passionnés de cinéma, le 26 février 2005.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.