Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Environnement – Pays à risque climatique dans le monde : Le Maroc 124ème
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 12 - 2018

Selon un rapport sur l'indice mondial des risques climatiques, qui a été dévoilé lors de la COP24 qui se tient du 2 au 14 décembre à Katowice, en Pologne, le Maroc occupe la 124ème place des pays les plus vulnérables aux intempéries extrèmes.
Au total, plus de 180 pays ont été passés en revue dans cette étude menée par l'ONG allemande Germanwatch. Dans la quatorzième édition de son indice mondial, l'ONG, analyse dans quelle mesure les pays ont été affectés par les effets des évènements météorologiques extrêmes. Pour parvenir à établir ce rapport annuel, l'ONG calcule les coûts, pour chaque pays, des conditions climatiques dites extrêmes qu'il subit. Sont pris en compte les inondations, les tempêtes, les ouragans et cyclones, les températures extrêmes ainsi que les mouvements de masse de population. En revanche, le rapport ne tient pas compte de certains aspects tels que l'élévation du niveau des océans, la fonte des glaciers ou encore le réchauffement des mers.
Le rapport révèle qu'en moyenne, entre 1998 et 2017, le Maroc a enregistré 15,7 décès par an, obtenant un score de 100,50 points pour l'indice du climat mondial. Toujours selon le rapport, le Maroc a perdu en moyenne 174,019 millions de dollars par an entre 1998 et 2017, en raison des risques climatiques. Le Maroc partage sa position avec plusieurs pays dans le classement, en l'occurrence le Luxembourg, la Namibie, l'Île Maurice, Malte, le Mali, les Maldives, la Libye, l'Egypte, le Liban, le Koweït et le Qatar. Parmi les pays mal classés, on retrouve les Etats-Unis qui arrivent au 12ème rang. Entre 1998 et 2017, ils ont ainsi perdu l'équivalent de 48,7 milliards de dollars par année, notamment à cause des terribles ouragans tels que Katrina, qui a entraîné la mort de plus de 1.800 personnes. La France n'est guère mieux classée. Elle occupe le 18ème rang mondial des pays les plus vénérables aux intempéries extrêmes avec une moyenne de 1.121 décès et 2,2 milliards de dollars de perte durant la période. Le rapport signale que ce sont les pays pauvres qui ont été les plus touchés durant cette période.
Le document montre que huit des dix pays les plus touchés entre 1998 et 2017 sont en voie de développement. Sur cette période, Porto Rico, Honduras et Myanmar ont été les plus touchés lors des 20 dernières années. Ils sont suivis par Haïti, les Philippines et Nicaragua. Le rapport souligne en outre que les intempéries en 2017 ont été les plus importantes jamais enregistrées. L'ONG allemande rappelle que plus de 526.000 personnes ont perdu la vie directement à cause de plus de 11.500 évènements météorologiques extrêmes, dont les pertes matérielles causées entre 1998 et 2017 s'élèvent à 3,47 billions de dollars. Rien que pour l'année 2017, 11.500 personnes sont mortes des suites de phénomènes météorologiques extrêmes et les dommages économiques se sont élevés à près de 375 milliards de dollars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.