Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 01 - 2019

Certes, ils rejettent toutes les accusations qui leur sont attribuées par le parquet général. Mais, les victimes qui assistent à l'audience et présentent leurs témoignages les reconnaissent.
Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Ils sont trois jeunes hommes, âgés respectivement de vingt-deux, vingt-cinq et vingt-neuf ans, à se tenir au box des accusés. Tous les trois sont poursuivis, en état d'arrestation, pour constitution d'une bande de malfaiteurs, vols qualifiés, coups et blessures à l'arme blanche. Certes, ils rejettent toutes les accusations qui leur sont attribuées par le parquet général. Mais, les victimes qui assistent à l'audience et présentent leurs témoignages les reconnaissent.
En fait, les mis en cause n'en sont pas à leur premier crime. Ils ont déjà purgé des peines d'emprisonnement ferme pour les mêmes forfaits. Ainsi, le chef de la bande, celui qui a vingt-cinq ans, a purgé trois peines d'un et de trois ans, alors que les deux autres ont déjà écopé de deux ans. Ce qui prouve qu'ils n'ont jamais renoncé à leurs actes criminels. Malgré les témoignages accablants et un casier judiciaire bien rempli, ils continuent à nier les charges retenues contre eux, affirmant qu'ils n'ont jamais croisé les victimes. Ces dernières ont révélé que deux des trois malfaiteurs s'avançaient vers la victime pour lui couper le chemin alors que le troisième menait une surveillance pour empêcher quiconque d'intervenir. Sous la menace d'armes blanches, ils délestaient leur victime de ce qu'elle portait sur elle. Les trois malfrats opéraient aussi bien de jour que de nuit à travers les quatre coins de la ville.
Jugés coupables, ils ont été condamnés à cinq ans de réclusion criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.