Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Celui qui milite pour la parité homme-femme en vêtement    Plan Maroc Vert. 813 nouveaux projets dans le cadre de l'acte II    La durabilité selon Tariq Sijilmassi    Pas besoin d'en savoir plus    Le Maroc et l'Allemagne s'engagent pour le projet DIAF    Michael Kiwanuka au Jazzablanca !    Orange Cyberdefense mise sur le Maroc    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Intelligence artificielle : Peut-on faire confiance aux algorithmes ?    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    «La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    L'identité plurielle assumée    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    Dur des portugaises!    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Rude épreuve soussie pour le Wydad    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 03 - 2019

Bien que Khatibi ait été réservé, souvent silencieux, parfois incompris, il a su imposer ses idées au fil des années et ses ouvrages nombreux et importants attestent de sa large contribution à la littérature universelle.
La pensée du célébrissime intellectuel Abdelkébir Khatibi est ressuscitée le temps d'un colloque international qui se poursuit jusqu'au 22 mars à Rabat. Un événement initié par l'Académie du Royaume du Maroc et l'Université internationale de Rabat pour rendre un hommage posthume à ce penseur éminent. Cet honneur se veut, selon les initiateurs, «une tentative de réponse et une réhabilitation d'une de nos mémoires intellectuelles et culturelles les plus fécondes». Mieux encore, les organisateurs veulent mettre en lumière la «curiosité» intellectuelle du défunt. «Il devait, au Maroc, sa naissance, son nom, son identité initiale, son histoire, sauf le récit de sa liberté d'esprit», indique la même source en citant les propos de Khatibi.
La liberté de pensée mise en lumière
«C'est précisément cette liberté que nous souhaitons explorer, reparcourir en sa compagnie avec cette hospitalité intellectuelle qui lui était coutumière et cette courtoisie des mots sculptés dans la nuance», détaillent les initiateurs. La même source précise également que le défunt, décédé en mars 2009, portait sur le monde un regard perspicace, pertinent, sensible et lucide. Aussi, les pérégrinations de ce penseur, toujours à l'affût de nouvelles quêtes, invitent, comme l'explicitent les organisateurs, la pensée curieuse de l'Autre au partage des ressources du langage dans une intimité sans complaisance, convaincu que ce sont les intellectuels qui rendent possible le passage de l'action en œuvre quelle que soit la nature de celle-ci.
Virée sur l'engagement du penseur
«Seule l'œuvre permet d'entretenir la mémoire et tout artiste, qui y contribue, devient un intellectuel engagé», commentent les organisateurs. Bien que Khatibi ait été réservé, souvent silencieux, parfois incompris, il a, selon la même source, su imposer ses idées au fil des années et ses ouvrages nombreux et importants attestent de sa large contribution à la littérature universelle. D'ailleurs, il écrivait en français. Il était également traduit dans plusieurs langues ; c'est ainsi qu'il a pu toucher un public aussi large qu'éclectique. «Car Abdelkébir Khatibi, c'est aussi l'homme d'un ensemble de disciplines et de divers genres littéraires. L'intellectuel romancier, poète et dramaturge est une figure de proue contemporaine dont la pensée est au coeur de notre modernité», enchaînent les organisateurs.
Un intellectuel en avance sur son temps
Comme ils le précisent, Abdelkébir Khatibi fut, bien avant la création du concept de littérature-monde, à l'avant-garde des changements de mentalités et de perceptions. Il doit cela, selon la même source, «à une personnalité d'honnête homme au sens que lui donnait le siècle des Lumières, à un lecteur curieux et infatigable découvreur de textes». Il était, en fait, un «traverseur» exigeant entre les cultures et les sociétés. C'est pourquoi il incarnait le sens de la liberté engagée. En tant que penseur hors frontières, il a cheminé entre la sociologie, la philosophie, la psychanalyse, la création et la critique littéraire avec plus d'une trentaine de livres.
Son apport au pays
«Progressivement et contre des idéologies pugnaces et offensives, il a initié et développé au Maroc, en particulier, une stratégie d'écriture fondée sur la non-violence, éprise des marges, respectueuse de la différence et résolument tolérante», avancent les initiateurs. Cette stratégie d'écriture, qui réclame de nouvelles lectures et de nouveaux questionnements, est, selon la même source, un legs précieux à l'humanité. C'est pourquoi les organisateurs perpétuent, lors de cet événement intitulé « Abdelkébir Khatibi, quels héritages?», le questionnement autour des thématiques chères au défenseur de l'aimance, de la bilangue et du Maghreb pluriel. Ce sont des écrivains, chercheurs, artistes, universitaires, doctorants, à l'instar d'Abdeljalil Lahjomri, Adonis, Assia Belhabib et Francis Claudon, qui animent, lors de cet événement, un débat fécond, critique et ouvert porteur des héritages possibles de l'œuvre de Abdelkébir Khatibi alimentée par d'autres œuvres qui lui sont proches. «À la faveur d'approches pluridisciplinaires et de connexions entre créateurs, nous souhaitons que cette exploration recouvre les divers champs intellectuels parcourus par l'écrivain qui, de la sémiologie du signe et de l'image à l'essai, en passant par la poésie, le roman et la critique littéraire, composent l'itinéraire d'un penseur cosmopolite», aspirent les initiateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.