Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Marrakech devient, pour deux jours, capitale mondiale de la Justice    Maroc Telecom : progression de 10% des abonnés    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Agadir célèbre la tolérance en musique    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Au-delà d'une LDF    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 04 - 2019

Le texte au centre d'une journée d'étude organisée aujourd'hui à la deuxième Chambre
Le projet de loi-cadre relatif à l'enseignement atterrit chez les conseillers parlementaires. Alors que le texte est toujours bloqué depuis de longs mois chez les députés de la première Chambre parlementaire faute de consensus, les locataires de la deuxième Chambre veulent déjà avoir leur mot à dire dans ce débat. Dans ce sens, une journée d'étude a lieu aujourd'hui à la Chambre des conseillers sur le projet de loi-cadre n° 17-51 relatif au système de l'éducation, la formation et la recherche scientifique.
L'événement est organisé à l'initiative du groupement de la Confédération démocratique du travail (CDT) à la Chambre des conseillers, en partenariat avec le Syndicat national de l'enseignement, sous le thème «Pour une véritable réforme garantissant un enseignement public gratuit et de qualité pour tous». La journée d'étude doit connaître, selon les organisateurs, la participation du chef de gouvernement ainsi que le ministre de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique Said Amzazi.
Le programme de la journée d'étude comporte également un mot du président du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique sans oublier le président de la Chambre des conseillers. Reste à savoir si les partis politiques représentés à la Chambre des conseillers auront la même position que ceux de la première Chambre concernant les points litigieux contenus dans le projet de loi-cadre. Il faut préciser que la deuxième Chambre compte également dans ses rangs les représentants des centrales syndicales les plus représentatives ainsi que des membres de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).
L'organisation de cette manifestation arrive à un moment où les forces politiques de la Chambre des représentants ne sont toujours pas parvenues à un terrain d'entente concernant la question des langues d'enseignement. C'est d'ailleurs le dernier et le principal obstacle devant le vote du texte par les députés. Pour rappel, l'article 31 contenu dans le projet ouvre la voie devant l'enseignement de certaines matières scientifiques et techniques par une ou plusieurs langues étrangères.
Plusieurs groupes parlementaires sont pour l'ouverture sur d'autres langues pour l'enseignement des matières scientifiques, mais le Parti de la justice et du développement, principalement, voit les choses autrement. Certains de ses responsables pensent que les dispositions du projet de loi-cadre sont de nature à favoriser les langues étrangères principalement le français au détriment de la langue arabe. Le parti invoque dans ce sens l'article 5 de la Constitution du pays qui stipule que «l'arabe demeure la langue officielle de l'Etat. L'Etat œuvre à la protection et au développement de la langue arabe, ainsi qu'à la promotion de son utilisation. De même, l'amazigh constitue une langue officielle de l'Etat, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception». Cela dit, la journée d'étude de la Chambre des conseillers doit relancer le débat sur ce dossier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.