Monétique: Attijariwafa bank accepte les cartes JCB du réseau Japonais sur ses guichets automatiques    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Pour une université ancrée dans son espace régional    Fadila Mastaka, une «militante» passionnée pour l'amélioration du quotidien de la gent féminine    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Le MAS s'offre Berkane au bout d'un match inoubliable     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Raja- Sidi Kacem: à quelle heure et sur quelle chaîne ? (Coupe du trône)    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    «Nous sommes de retour, vous êtes perdus!» : en Algérie, le Hirak veut chasser la caste au pouvoir    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    «Itsxanaxx/Xanaxx» lance «Flex» en featuring avec d'autres artistes    Vaccin Covid-19: 8 millions de doses reçues par le Maroc à ce jour    L'unanimité pour le code électoral et à la révision des listes électorales des chambres professionnelles    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Fiscalité: La TVA, «principale composante» qui influence le secteur informel    Zniber fustige les allégations mensongères de l'Algérie    Sociétés cotées: baisse considérable de l'investissement en 2020    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Contacts suspendus avec Berlin : le positionnement de l'UE relatif au Sahara en cause ?    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    L'arganier au centre de l' attention de l'Assemblée générale des Nations unies    Camille Sari: La formation et l'égalité des chances feront du Maroc un hub pour les investissements étrangers    Emploi : la DEPF réalise une étude sur les coûts des inégalités de genre    Covid-19 : 168 millions d'enfants ont déserté les bancs de l'école depuis un an    Joe Biden promet des vaccins pour tous les adultes américains d'ici fin mai    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    Plus de la moitié des marchandises de contrefaçon saisies sont transportées par voie maritime    Comment s'explique la baisse de la rentabilité des secteurs cotés entre 2008 et 2019 ?    57.000 demandes de report des échéances de crédit par les transporteurs touristiques pour 5 MMDH    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    Le Maroc, premier exportateur arabe vers le Brésil en janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FESPACO : Ouaga fait son cinéma
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 02 - 2003

La 18ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision se déroule `du 22 février au 1er mars dans la capitale burkinabée. Axé sur le «rôle du comédien», il accueille deux films marocains en compétition.
Depuis 1969, année de sa première édition, le FESPACO est devenu le rendez-vous phare du monde cinématographique africain qui se retrouve tous les deux ans à Ouagadougou. Dans la capitale surtout, mais aussi dans le reste du Burkina Faso, l'effervescence culturelle est telle que ce festival constitue le plus grand pôle d'attraction du 7ème art sur le continent. Lui qui avait été créé par un petit groupe de cinéphiles burkinabés, voilà plus de trente ans, est devenu un rendez-vous institutionnel dès 1972.
Cette année, à partir de samedi et durant une semaine, cette rencontre entend faire honneur au métier de comédien et à son rôle « dans la création et la promotion du film africain ». Le FESPACO veut «rendre un hommage mérité à tous les créateurs du 7ème Art africain et, en particulier, aux comédiennes et comédiens du continent qui, par leurs talents et leur dévouement, ont longtemps et sûrement contribué au raffermissement de la charge dramatique du film africain». Cette production se définit pourtant paradoxalement surtout par des œuvres d'auteur, qui ne nécessitent donc pas forcément des acteurs professionnels. En attestent le dernier film africain le plus remarqué, celui du Mauritanien Abderrahmane Sissako, «Heremakono» (2002), et celui de Nabil Ayouch primé au FESPACO 2001, «Ali Zaoua». Le rôle propulseur joué par les comédiennes et comédiens, qui cherchent à faire connaître le cinéma continental, a toutefois permis au fil des années au FESPACO d'être non seulement une vitrine de la création artistique, mais aussi un carrefour pour le marché international du cinéma et de la télévision, le MICA. Et l'événement se permet même d'innover. Il a notamment diversifié ses programmes en plusieurs sections regroupant les régions du monde et les genres cinématographiques (longs et courts métrages, documentaires etc.).
Cette année, le FESPACO propose aussi trois nouveaux prix spéciaux remis par l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) dans les catégories longs et courts métrages, et «TV et Vidéo professionnelle».
La «compétition officielle» rassemble quant à elle 16 longs métrages, dont «Le prix du pardon» de Mansour Sora Wade (Sénégal), «Heremakono» d'Abderrahmane Sissako (Mauritanie), «Kabala» d'Assane Kouyaté (Mali) et deux films marocains, «Jugement d'une femme» de Hassan Benjelloun et
«Et après...» de Mohamed Ismail. Cette participation des films marocains, si elle n'a pas toujours été régulière, s'est d'ailleurs souvent soldée par une consécration. La première a été celle du Grand prix (l'étalon de Yennenga) accordé à Souheil Ben Barka pour «Les mille et une nuits» en 1973. Elle a été suivie en 1979 du Prix du 7ème Art à «Alyam Alyam» d'Ahmed El Mahanouni, du Prix d'interprétation masculine remis à Mohamed Abachi, dans «Le coiffeur du quartier des pauvres» en 1983, du Prix spécial du jury pour « A la recherche du mari de ma femme» de M.A. Tazi en 1995, et enfin, à nouveau de la consécration pour « Ali Zaoua» en 2001.
Qui remportera cette année la récompense suprême qu'est «L'étalon de Yennenga» ? Ce trophée de bronze, représentant une guerrière, lance à la main et juchée sur le dos d'un cheval cabré, rappelle la légende de la mère du fondateur de l'empire mossé, l'ethnie majoritaire au Burkina Faso. Elle n'avait pas réussi à renoncer à l'amour pour faire la guerre, comme l'exigeait alors la coutume...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.