Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Logement : Cap sur les principaux leviers incitatifs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 06 - 2019


Ils ont été déployés pour dynamiser le secteur
L'impact de la politique de l'Etat en matière d'habitat se mesure par la réduction notable du besoin en logement. Selon les données disponibles, le déficit en logement s'est rétracté de 67% se situant autour de près de 400.000 unités. La promotion du logement social au Maroc a joué un grand rôle dans la résorption de ce déficit.
Outre ce dispositif de logement, l'Etat a mis en place plusieurs leviers incitatifs renforçant ainsi l'offre de logement. Ces incitations sont venues atténuer la pression sur le marché de l'immobilier et d'améliorer l'accessibilité des populations à la propriété dans des conditions favorables. Tour d'horizon des principales incitations déployées.
Facilitation des procédures
L'investissement dans le secteur de l'habitat a longtemps été impacté par les lourdeurs administratives, notamment en termes d'obtention d'autorisation de construire. Cette contrainte a été levée depuis 2013, et ce grâce au Règlement général de la construction, principal référentiel administratif, technique et juridique qui encadre la construction au niveau national. Ce règlement a, en effet, mis fin à un certain nombre de dysfonctionnements. Parmi les avancées enregistrées figure également la facilitation des procédures de transfert des biens immobiliers ainsi que celles portant sur la création des titres fonciers. A cela s'ajoute également la dématérialisation du paiement des droits d'enregistrement auprès de l'administration fiscale.
Mobilisation du foncier public
La mobilisation du foncier public fait également partie des leviers mis en œuvre pour la diversification de l'offre de logement au niveau national. Une démarche ayant profité aux promoteurs immobiliers publics et privés pour qui l'Etat s'est engagé en faveur d'une mobilisation conséquente du foncier. Le foncier mobilisé relève principalement du domaine privé de l'Etat. A titre d'illustration, une assiette foncière de 9.400 hectares a été mobilisée sur la période 2002-2011. 83,2% de cette superficie a été dédiée aux projets inscrits dans le cadre du logement social. Cet élan de soutien étatique via la mobilisation du foncier s'est poursuit après cette période. Citons à titre exemple la mobilisation de 2.333 hectares sur la période allant de 2014 au premier semestre 2018.
Mise en place de fonds et de garanties
De par son champ d'intervention diversifié et structurant, le Fonds de solidarité habitat et intégration (FSHU) a joué un important rôle dans le développement du secteur. Ce fonds couvre la lutte contre les bidonvilles, la mise à niveau urbaine, les programmes de logements sociaux en faveur des provinces du sud, la restructuration de l'habitat insalubre et l'aménagement. Les recettes de ce fonds sont alimentées essentiellement par la taxe sur le ciment et les taxes instaurées sur l'acier et le sable à hauteur de 30%. Ces ressources sont passées de 340 millions de dirhams en 2002 à 6 milliards de dirhams en 2017. Le secteur de l'habitat a bénéficié sur ladite période d'une dotation globale de près de 22,5 milliards de dirhams au titre de la contribution du Fonds de solidarité habitat et intégration. Le montant annuel moyen est estimé à 1,4 milliard de dirhams avec des pics dépassant les 2 milliards de dirhams, notamment en 2008, 2015 et 2017. Notons qu'en 2004, l'Etat a mis en place le fonds de garantie Fogarim. Cet instrument financier a permis à plus de 160.000 ménages d'accéder à la propriété.
L'octroi de dépenses fiscales
Le programme de logement social plafonné à 250.000 DH a profité depuis son lancement de 24,6 milliards DH d'incitations fiscales. Ce chiffre couvrant la période 2010-2018 représente 44,4% du total des dépenses accordées au secteur de l'immobilier sur ladite période. Il est à noter que les dépenses fiscales ont constitué une forme importante de soutien en faveur du secteur de l'immobilier. Elles ont atteint à fin 2018 plus de 5,75 milliards DH représentant ainsi 20% du total des dépenses fiscales globales. Ces dépenses ont profité à hauteur de 60% aux programmes de logements sociaux dont celui plafonné à 250.000 DH.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.