Guergarate : Fanfaronnades algéro-polisariennes, saison II    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Baromètre des risques 2021 pour les entreprises : La Covid-19 en tête de liste    De nouvelles normes marocaines d'application obligatoire à partir de mars    Meilleurs employeurs au Maroc 2021 : Les inscriptions sont ouvertes    Confinement en France. Les patrons se rebiffent    Air Arabia : La ligne Casablanca-Guelmim lancée    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dialogue interlibyen : La Ligue arabe salue les nouvelles avancées réalisées au Maroc    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Le Maroc au Chan : vaincre et convaincre    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions    L'UNESCO pour le Maghreb célèbre l'éducation    Maroc: la campagne de vaccination peut (enfin) démarrer    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Officiel : Biden soutient la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Deux points de perdus et piètre prestation de l'EN face aux modestes Rwandais    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Le Real reprend confiance    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouisset : "La pénurie menace"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2005

c?? jp?président de l'APEFEL (Association marocaine des Producteurs et Exportateurs de Fruits et Légumes), Abderrazak Mouisset, il est encore prématuré de quantifier les préjudices causés par la vague de froid qui a touché récemment le Maroc.
ALM : Après la vague de froid qui a sévi dernièrement au Maroc, vous avez qualifié le secteur agricole de «secteur sinistré», quel est le constat aujourd'hui ?
Abderrazak Mouisset : Depuis la vague de froid, on n'a pas encore quantifié les dégâts causés par cette catastrophe naturelle. Certes, il y a des petits dégâts qui sont visibles, mais il y a aussi des dommages qui ne se manifestent que plus tard et qui ont besoin d'un diagnostic bien détaillé de la part des professionnels.
Il est encore prématuré de quantifier les préjudices causés par la vague de froid qui a frappé le Maroc récemment. Mais une chose est sûre, tout cela ne sera senti que l'année prochaine.
En revanche, pour tout ce qui est arboriculture, exemple banane, nectarine, pêche… on peut dire, aujourd'hui, qu'il y aura une baisse de 60% par rapport à la production de l'année.
Partant de cette situation-là, peut-on dire qu'il y aura un impact sur la consommation ?
Les productions de plein champ sont entièrement détruites. Des cultures comme la courgette, le haricot, l'aubergine ont subi des dégâts importants. Donc pour tout ce qui est petits légumes, il va y avoir une pénurie sur le marché local durant les mois de mars et avril. Seule la tomate, cultivée sous serre, sera épargnée.
Vous avez appelé le gouvernement à établir un diagnostic de la situation, localiser les zone sinistrées et arrêter une enveloppe financière destinée à venir en aide aux agriculteurs touchés par cette catastrophe, surtout les petits exploitants. Croyez-vous qu'il va y avoir un système d'aide ?
Je ne sais pas si le gouvernement a les moyens d'indemniser les victimes de la vague de froid, vu la conjoncture économique actuelle, mais tout ce que je peux vous dire c'est qu'il faut, au moins, mettre en place des mesures d'accompagnement pour les agriculteurs.
Par exemple ?
Le rééchelonnement de la dette auprès des établissements de crédit.
Si indemnités il y a, comment seront-elles fixées ?
Les critères sont connus. Dans notre secteur, on connaît le prix de revient et les pertes causées. Idem pour le ministère de l'Agriculture qui dispose de toutes les données concernant les cultures traditionnelles.
Pourquoi les agriculteurs ne souscrivent pas à une assurance contre ce genre de risque ?
Pour la simple raison que les assureurs ne couvrent pas ce genre de risque. Ils préfèrent, plutôt, limiter leur activité à l'assurance-sécheresse dans le domaine des céréales. Il y a un autre élément, et je crois que c'est le plus important, c'est que les assurances coûtent cher.
D'après vous, les dernières pluies sauveront-elles la saison ?
On peut les considérer comme une indemnisation de Dieu. En plus, les dernières précipitations ne seront que bénéfiques pour la plupart des barrages qui étaient à un niveau inquiétant. C'est un grand soulagement pour le monde agricole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.