Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hydroxychloroquine: 3 des auteurs de l'étude du Lancet se rétractent    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Africa50, un fonds qui voit grand pour l'Afrique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 03 - 2020

Depuis son siège au Maroc, cette structure de la BAD multiplie les projets
Alors que l'Afrique a besoin d'un grand effort financier pour réaliser des infrastructures, les chefs d'Etat africains ont appelé à trouver des solutions innovantes dès 2012. Après de larges consultations avec les parties prenantes africaines, la Banque africaine de développement a établi Africa50 comme nouveau véhicule d'investissement. Il a été conçu comme un fonds d'infrastructure indépendant axé sur les projets nationaux et régionaux à fort impact, principalement dans les secteurs de l'énergie et des transports, l'accent étant mis sur l'accroissement du nombre de projets prêts à investir. Il faut dire que les dernières estimations de la BAD sur les besoins de financement des infrastructures en Afrique sont de 130 à 170 milliards de dollars par an avec un écart de 68 à 108 milliards de dollars. Le financement public, bien qu'important, ne suffira pas à combler à lui seul cet écart.
De même, les besoins en dépenses de développement de projets ne sont pas satisfaits. «Africa50 est conçu pour réduire ces écarts et pourrait débloquer jusqu'à 50 milliards de dollars de valeur de projet grâce à ses investissements en actions et à ses capacités à valeur ajoutée», expliquent les responsables. Concrètement, Africa50 mobilise des fonds non seulement auprès des Etats africains et des institutions financières internationales, mais également auprès d'investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension et les fonds souverains, les compagnies d'assurance et d'autres entités du secteur privé. Il fonctionne comme une institution financière commerciale, cherchant à offrir un retour attractif aux investisseurs.
«L'Assemblée générale constitutive des actionnaires fondateurs s'est tenue en juillet 2015 à Casablanca, avec environ 700 millions de dollars de souscriptions initiales en capital de 20 Etats africains et de la Banque africaine de développement. 90% des engagements financiers ont été affectés au financement de projets et le reste au développement de projets. La base d'investisseurs d'Africa50 est actuellement composée de 28 pays africains, de la Banque africaine de développement, de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et de Bank Al-Maghrib, avec plus de 870 millions de dollars de capitaux engagés», précise la même source. Il faut préciser que Africa50 est une entité juridiquement et financièrement indépendante.
Sa gouvernance suit la pratique du secteur privé, bien qu'elle bénéficie des privilèges et immunités accordés aux institutions multilatérales. Son siège est à Casablanca, au Maroc. Il est composé de deux entités juridiques: Africa50 Project Development et Africa50 Project Finance.
Chaque entité possède ses propres organes de capitalisation et de décision. Africa50 appartient à 28 gouvernements, deux banques centrales et la Banque africaine de développement, et d'autres devraient adhérer. Les actionnaires souverains actuels sont: Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République démocratique du Congo, Djibouti, Egypte, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Côte d'Ivoire, Kenya, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Maurice, Maroc, Niger, Nigeria , République du Congo, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Togo, Tunisie et Zimbabwe. Les banques sont la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et Bank Al-Maghrib. Les investissements du fonds Africa50 réalisés jusqu'ici portent notamment sur le secteur de l'énergie, notamment au Cameroun et en Egypte. Un intérêt est également montré pour le financement des infrastructures numériques.
Dans ce sens, près de la moitié des investissements prévisionnels sont prévus dans le secteur des TIC. Même si le fonds n'a pas encore atteint l'objectif de 1 milliard de dollars, les responsables continnent de financer de nombreux projets. Ainsi, la République de Guinée, Africa50 et le Groupe français ADP viennent de signer une convention pour la modernisation et l'extension de l'aéroport international de Gbessia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.