La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 04 - 2020

Un décret-loi pour remodeler le budget devant le conseil de gouvernement de ce lundi
Réunion exceptionnelle ce lundi du conseil de gouvernement à Rabat. Et pour cause. Comme l'avait annoncé il y a deux semaines ALM, une loi de Finance rectificative n'est pas à l'ordre du jour. A la place, l'Exécutif va procéder ce jour à une coupe budgétaire dans les dépenses tout en s'endettant en devise un peu plus que prévu (cf. Aujourd'hui Le Maroc 23 mars). En effet, le gouvernement compte adopter lors de son conseil ce lundi un projet de décret-loi, avec deux principaux objectifs. Le premier concerne la suspension des engagements de dépenses ouverts au niveau du budget général de l'Etat, de celui des Etablissements et entreprises publics (EEP) et des Comptes spéciaux du Trésor (CST).
Le deuxième objectif concerne le déplafonnement des montant des emprunts extérieurs qui étaient fixés à 31 milliards de dirhams dans le cadre de la loi de Finances actuellement en vigueur. Cette mesure intervient dans le cadre de la gestion des effets de la pandémie du coronavirus et ses conséquences sur le plan sanitaire mais également dans les domaines économique et financier. Dans ce sens, l'impact va se sentir au cours des prochains mois sur les dépenses dans les domaines de la santé et la sécurité ainsi que les produits des impôts, transferts MRE ainsi que des opérations de l'export. Dans le détail, l'Exécutif va suspendre tous les engagements de dépenses excepté les salaires des fonctionnaires, les dépenses liées à la santé et à la sécurité ainsi que les dépenses en rapport avec la gestion de la pandémie. D'autres dépenses ne sont pas concernées, à savoir celles relatives aux charges locatives, d'eau, d'électricité et de télécommunications en plus de celles liées à la compensation et bourses d'études.
Les dépenses relatives au Fonds d'appui à la cohésion sociale sans oublier les dépenses de fonctionnement et d'investissement importantes à caractère urgent, dont la liste sera fixée par le ministre des finances et l'ordonnateur concerné figurent également dans la liste des exceptions. Il faut préciser qu'il s'agit du troisième décret-loi adopté par le gouvernement en moins d'un mois. Le premier étant celui en rapport avec l'état d'urgence sanitaire. Ces textes qui ont un caractère exceptionnel sont prévus par la Constitution du pays. Dans ce sens, l'article 81 de la loi fondamentale du pays stipule que «le gouvernement peut prendre, dans l'intervalle des sessions, avec l'accord des commissions concernées des deux Chambres, des décrets-lois qui doivent être, au cours de la session ordinaire suivante du Parlement, soumis à la ratification de celui-ci. Le projet de décret-loi est déposé sur le bureau de la Chambre des représentants. Il est examiné successivement par les commissions concernées des deux Chambres en vue de parvenir à une décision commune dans un délai de six jours. A défaut, la décision est prise par la commission concernée de la Chambre des représentants».
Pour rappel, le gouvernement avait adopté il y a trois semaines deux projets de décrets-lois. Le premier projet de décret-loi n°2.20.292 est relatif à l'état d'urgence sanitaire en instaurant notamment des sanctions contre toute violation de l'état d'urgence. Le décret stipule en effet que toute violation des ordres et décisions des autorités publiques est passible d'une peine d'un à trois mois d'emprisonnement et d'une amende allant de 300 à 1.300 DH ou de l'une des deux peines; sans préjudice de la peine pénale plus lourde. Autrement, les autorités seront désormais autorisées à prendre toutes les dispositions nécessaires. Le deuxième texte fixe la date de l'instauration de l'état d'urgence. En effet, le projet de décret loi n°2.20.293 fixe le début de l'état d'urgence sanitaire au vendredi 20 mars à 18h, et ce jusqu'au 20 avril 2020, soit une période d'un mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.