Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Le Maroc premier dans la région MENA    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entre Chicago et Bejaâd
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 06 - 2003

Hakim Belabbès est le réalisateur des « Fibres de l'âme », un long-métrage qui a agréablement étonné à Oujda et qui est en compétition au festival international de Rabat. Hakim Belabbès enseigne le cinéma à Chicago pour l'exercer à Bejaâd. Portrait d'un réalisateur très attaché à son village natal.
Hakim Belabbès a grandi dans une salle de cinéma. Ce n'est pas une image, c'est le strict vécu d'un enfant dont l'univers de représentations est complètement filmique. Son père possédait l'unique salle de cinéma à Bejaâd. La programmation de cette salle ne ressemblait pas à celle des grandes villes. Deux longs-métrages y étaient projetés pour une durée ne dépassant guère trois jours. Ensuite, il fallait réfléchir à de nouvelles combinaisons pour proposer du neuf à la petite population du village. L'enfant Hakim Belabbès regardait les films de tous ses yeux. Il ne faudrait pas croire que cette salle provinciale diffusait seulement des films de Karaté ou d'action. «Il était plus facile de programmer des films de Fellini ou Bergman que ceux de Jackie Chan», précise Hakim Belabbès. Les films d'auteur étaient considérés comme de la «camelote» par les distributeurs casablancais. Ils étaient soit bradés, soit offerts gratuitement en supplément de l'achat d'un long-métrage d'action. C'est grâce à un film “camelote” que Hakim Belabbès a eu son premier choc émotif au contact d'une œuvre d'art. « Je m'en souviens comme si c'était hier. Je devais avoir 13 ans et je regardais distraitement Amarcord de Fellini, lorsque j'ai senti un picotement me parcourir du bout de l'orteil jusqu'aux cheveux. Sans le comprendre, je faisais ma première expérience de l'émotion esthétique», dit l'intéressé. Fellini a si bien impressionné l'adolescent que ce dernier a proposé ses services pour aider son père dans la programmation de la salle. « Je crois que mes choix ont précipité la fermeture de notre cinéma », dit-il avec une légère altération dans la voix.
Cependant, si les films d'auteurs n'attiraient pas une large population à Bejaâd, Fellini a eu le mérite de conforter Belabbès dans son projet de donner à voir son entourage immédiat. « Grâce à Amarcord, j'ai compris que l'on peut raconter son environnement immédiat avec réalisme et magie ». Cette conscience s'est confirmée plus tard, lorsque l'intéressé a découvert que le principal sujet de son œuvre sera le village où il est né en 1961.
Et pour preuve, après des études de littérature anglaise à l'université Mohammed V et un DEA à Lyon, il est revenu à Bejaâd pour se dévouer à la programmation de la salle de son père et fonder un club de cinéma. Il a refusé de devenir prof dans une ville pour ne pas s'éloigner de son village ! La seule coupure à laquelle il a consenti pour se séparer de Bejaâd est un sacrifice réclamé par le cinéma. Hakim Belabbès a quitté Bejaâd pour apprendre les métiers du 7ème art au Columbia College de Chicago.
Il en a éprouvé des remords. En atteste son film de thèse. Belabbès est retourné à Bejaâd pour tourner un film en vue de l'obtention d'un diplôme à Chicago. « Un nid de chaleur » est un film strictement autobiographique. À l'instar de l'enseignement dispensé par Fellini, Hakim Belabbès a compris que « c'est partant d'un récit localisé, du noyau des proches que l'on a quelques chances de toucher l'universel ». Ce film autobiographique a valu une reconnaissance à Belabbès au sein du département-cinéma de la Columbia College à Chicago. Un poste de professeur lui a été proposé suite au film sur Bejaâd. Il enseigne d'ailleurs depuis 7 ans à Chicago la composition de l'image, le montage et la mise en scène. Cet acquis théorique a été investi dans le premier long-métrage de l'intéressé : « Les fibres de l'âme ». Très moderne dans sa conception, ce film surprend par l'archaïsme du contenu de certaines séquences. Bejaâd y occupe au demeurant une place considérable. C'est d'ailleurs dans ce village que Hakim Belabbès aurait souhaité faire la première mondiale de son film. Et il continue d'espérer rendre vie à la salle où il a eu sa première émotion esthétique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.