De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc entre le marteau des prix et l'enclume de la compensation
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 05 - 2005

Le Maroc importe l'essentiel de ses besoins en produits énergétiques; il subit actuellement les contrecoups des caprices des cours internationaux du pétrole, qui flirtent depuis plusieurs semaines avec les 50 dollars le baril, alors que la loi de Finances 2005 a été élaborée sur la base de 35 dollars le baril.
La facture pétrolière du Maroc n'a pas cessé de s'alourdir ces dernières années, passant de 9,22 milliards de dirhams en 2003 à 14,5 milliards en 2004, soit une progression de 57,7%. Elle a atteint quelque 4 milliards rien que durant les trois premiers mois de l'année en cours, un chiffre en hausse de 51% par rapport à la période correspondante de 2004. Durant le premier trimestre 2005, le prix de la tonne importée a augmenté de 19,3%, passant de 1.999 à 2.384 DH, selon des chiffres de l'Office des changes.
Les répercussions de cette flambée des cours sur l'économie nationale préoccupent aussi bien les autorités publiques que les opérateurs économiques et les représentants de la nation, qui ont multiplié les sorties ces derniers jours sur les moyens de faire face à cette hausse, qui n'a que trop duré. C'est dans ce cadre que le Premier ministre, M. Driss Jettou a mis en place une commission interministérielle, qui suit de près les derniers développements du marché pétrolier international et se penche sur l'évaluation de l'impact de cette envolée des cours sur l'économie nationale et sur la Caisse de compensation, qui supporte la totalité de cette hausse. De l'avis de responsables, cette Caisse ne pourra pas supporter indéfiniment la forte pression de la hausse des cours du pétrole. "Malheureusement, on ne peut pas aller plus loin, parce que nous n'avons pas constaté que les prix du baril vont baisser", avait notamment déclaré, vendredi dernier à la presse, le ministre délégué chargé des Affaires économiques et générales, M. Rachid Talbi Alami. Le ministre des Finances et de la Privatisation, M. Fathallah Oualalou, s'est voulu cependant rassurant mardi devant la Chambre des conseillers, en indiquant que "le gouvernement n'a pas encore décidé d'augmenter les prix des produits pétroliers" alors même que les chiffres annoncés sur le déficit de la Caisse de compensation montrent l'existence de limites en la matière.
Le déficit de la caisse de compensation dû à ces hausses, qui avait atteint 2,2 milliards de dirhams en 2004, pourrait avoisiner les 5,2 milliards DH à la fin de l'année en cours, a indiqué M. Oualalou, rappelant que la loi marocaine prévoit, depuis 1995, une augmentation des prix tous les quinze jours en cas de hausse des cours du pétrole au niveau international. "Le Maroc maîtrise jusqu'ici la situation" malgré le fait que les données internationales à ce sujet ne dépendent pas de sa volonté comme c'est le cas pour plusieurs autres pays, a-t-il souligné, ajoutant que le gouvernement suit la situation en permanence et qu'il convient de rester vigilant pour éviter de se retrouver devant une situation délicate, car si le déficit persiste, nous serons dans l'obligation de contracter des dettes que le citoyen et l'entreprise devront finalement rembourser. Pour plusieurs observateurs, les pouvoirs publics restent surtout préoccupés par les effets collatéraux de la hausse des prix des produits pétroliers, qui sont difficilement supportables par toute la sphère de la production. Les professionnels du secteur, représentées au sein de la Fédération de l'énergie, appellent, pour leur part, à une augmentation progressive des prix à la pompe, se disant convaincus que le déficit de la Caisse de compensation est appelé à se creuser davantage, si les décisions d'ajustement des prix ne sont pas opérées rapidement afin de neutraliser le déficit structurel. "Il faut que l'on s'habitue à l'idée que le pétrole est de plus en plus rare et donc un produit de plus en plus cher", a indiqué le président de la Fédération, M. Abdellah Alaoui, qui appelle à la maîtrise de la demande future de l'énergie et des conditions d'approvisionnement.
En attendant une décision éventuelle du gouvernement, le Maroc se trouve ballotté entre le marteau de la hausse des prix et l'enclume de la compensation, les prix du pétrole sur le marché international continuant à flamber pour dépasser, mardi à New York et à Londres, les 52 dollars le baril, après avoir atteint un pic de 55 dollars le baril, il y a quelques semaines.
• Mohammed Réda Braim (MAP)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.