Vojtech Filip : Le blocage de la libre circulation menace la paix et la sécurité    Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Royaume    Le GCAM à l'écoute des Fédérations interprofessionnelles de l'agriculture    Où va le Liban ?    Haboub Cherkaoui nouveau patron du BCIJ    Venant des Etats-Unis où il a été formé, Rayane Jamaï défendra les couleurs du MAS    Pour éviter les problèmes cardiaques : Dormez mieux !    Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine à Dakhla, une personne interpellée    Emirates Warriors : Jaafar Alaoui remporte le titre de la 14è édition    Mohamed El Guisser nouvel entraîneur du KACM    Le CCME lance une formation sur le plaidoyer au sujet du Sahara    Rencontre entre la FRMF et les clubs de la Botola sous le thème : "Les centres de formation des joueurs"    Refinancement bancaire : Le volume dépasse les 100 milliards DH    Le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez attendu au Maroc le 17 décembre    Supercoupe Africaine: El Ahly accueille la Renaissance de Berkane le 10 décembre au Caire    Chtouka Ait-Baha : des mesures pour atténuer les effets de la vague de froid    Entame réussie du TAS en Coupe de la Confédération    Mike Tyson, la vie par chaos    Nouvel échec pour Trump devant un tribunal de Pennsylvanie    Driss Lachguar : Le rôle joué par le Maroc pour instaurer la sécurité, la stabilité et la paix procure une immense et légitime fierté    Quatre startups marocaines nominées pour le World Summit Awards    Le président de la FRMF met en avant le rôle des centres de formation dans la promotion du football national    Evolution du coronavirus au Maroc : 4115 nouveaux cas, 353.803 au total, dimanche 29 novembre à 18 heures    Prolongation des mesures préventives contre la Covid-19 à Essaouira    Bouarfa : Suspension des examens de permis de conduire, à partir du 30 novembre    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    "Casarchives " , une exposition dédiée à la mémoire historique de Casablanca    La Jeunesse socialiste s'active sur le front de la diplomatie parallèle    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution    Dialogue inter-libyen à Tanger : Nouveau pas vers la grande réconciliation    Le dirham s'apprécie vis-à-vis du dollar du 20 au 25 novembre 2020    Maroc-Russie: un nouvel accord de coopération    Régularisation fiscale : Signature d'un accord entre l'ONIGT et la DGI    IB Maroc dévoile son chiffre d'affaires    L'UM6P et le CRI de Marrakech-Safi s'allient pour accompagner le tissu entrepreneurial    2.260 lits hospitaliers supplémentaires en 2021    La défense de l'intégrité territoriale fait partie intégrante des valeurs professionnelles authentiques de la presse    La diaspora marocaine manifeste à Paris en soutien à l'intervention marocaine à El Guerguarat    Une femme à la conquête du désert    Mahmoud El Idrissi, icône de la chanson marocaine, n'est plus    Communauté juive : Reconnaissance d'une marocanité...enracinée    Depuis El Guerguarat, la jeunesse istiqlalienne salue la décision déterminante du Souverain    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    Bourita : la réunion de la Chambre des représentants libyenne consultative a été une «réussite»    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Finances publiques : Légère atténuation du déficit budgétaire en 2021
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 10 - 2020

Il s'allégerait de 1 point par rapport à la LFR 2020
Les recettes non fiscales devraient atteindre près de 38 milliards de dirhams en 2021. Elles marqueraient une progression de 12,9% par rapport aux prévisions de la loi de Finances rectificative 2020. Elles représenteraient en outre 16,1% du total des recettes ordinaires.
Les recettes ordinaires devraient s'inscrire en amélioration au titre de l'exercice 2021. La prévision faite dans le cadre de la loi de Finances 2021 porte sur une hausse de 6,5% par rapport à la loi de Finances rectificative 2020, soit une valeur de 236,9 milliards de dirhams. Une amélioration qui devrait être portée par la reprise prévue de l'activité économique et des différentes composantes de la demande intérieure et extérieure, stimulée notamment par les mesures du plan de relance économique. Les dépenses pour leur part devraient se consolider de 4% en 2021. Toutefois, les dépenses d'investissement se replieraient de 3,8% et ce dans un contexte marqué par le maintien de l'effort d'investissement global pour accompagner les réformes structurelles et la mise en œuvre de politiques sectorielles. Ces évolutions devraient, par ailleurs, se traduire par un déficit budgétaire de l'ordre de 6,5% du PIB hors privatisation, en allègement de 1 point comparé à la loi de Finances rectificative 2020. Détail des prévisions.
Les recettes fiscales grimperaient de 5,2%
L'évolution des recettes ordinaires nettes tient compte des recettes générées par des mécanismes innovants en matière de financement des investissements publics de 14 milliards de dirhams.
A cet effet, les recettes fiscales devraient afficher une progression de 5,2% au titre de l'année budgétaire 2021 pour atteindre les 195,6 milliards de dirhams. Une évolution qui résulterait de la hausse de 15,7% des impôts indirects (90 milliards de dirhams), de 35,8% des droits de douane (10,8 milliards de dirhams) et de 16,3% d'enregistrement et de timbre (14,7 milliards de dirhams). Pour leur part, les recettes des impôts directs s'inscriraient en repli représentant ainsi 7% du PIB et 41% des recettes fiscales en 2021. La baisse des impôts directs est estimée à 8,5% pour revenir à 80,1 milliards de dirhams. Elles perdraient ainsi 7,4 milliards de dirhams par rapport aux estimations de la loi de Finances rectificative 2020.
Cette régression serait due principalement à la baisse de 4,7 milliards de dirhams des recettes de l'impôt sur les sociétés et de 2,2 milliards de dirhams de la contribution de solidarité sur les bénéfices et revenus et, dans une moindre mesure, au recul de 250 millions de dirhams des recettes de l'impôt sur les revenus.
S'agissant des recettes non fiscales, elles devraient atteindre près de 38 milliards de dirhams en 2021. Elles marqueraient une progression de 12,9% par rapport aux prévisions de la loi de Finances rectificative 2020. Elles représenteraient en outre 16,1% du total des recettes ordinaires. Les recettes de privatisation se situeraient, quant à elles, à 4 milliards de dirhams.
Près de 250 milliards de dépenses prévus
Se référant aux prévisions relatées dans le projet de loi de Finances 2021, le montant global des dépenses s'élèverait à 308 milliards de dirhams. Une estimation qui comprend en effet les émissions des Services de l'Etat gérés de manière autonome (SEGMA) et comptes spéciaux du Trésor. Elles marqueraient ainsi une légère augmentation évaluée à 0,9%, soit une enveloppe additionnelle de 2,7 milliards de dirhams par rapport à la loi de Finances rectificative 2020. Se rapportant au PIB, ces dépenses se situeraient à 26,8%.
Les dépenses ordinaires devraient pour leur part atteindre les 246,9 milliards de dirhams, en amélioration de 4% représentant ainsi 21,5% du PIB.
Les dépenses en biens et services atteindraient au titre de l'exercice budgétaire 2021 les 205,7 milliards de dirhams grimpant ainsi de 4,3% comparé à la loi de Finances rectificative 2020. Ainsi, la masse salariale se situerait autour de 139,9 milliards de dirhams (+2,9%). En revanche, la charge des intérêts de la dette se rétracterait de 2,3% pour revenir à 27,7 milliards de dirhams, représentant ainsi 2,4% du PIB. Une évolution qui serait imputable à la baisse de 16,3% de la dette extérieure et de la quasi-stagnation (0,6%) de la charge des intérêts de la dette intérieure. S'agissant de l'investissement du budget de l'Etat, le projet de loi de Finances 2021 prévoit des émissions de 68,1 milliards de dirhams. Ce montant, qui comprend le Fonds spécial routier, représenterait près de 5,9% du PIB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.