Lutte contre la corruption dans le secteur financier: Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Fédération Royale Marocaine des Personnes en Situation de Handicap : Assemblées constitutives des ligues des Régions de l'Oriental, Fès-Meknès et Draâ-Tafilalet    Tennis : À Abu Dhabi...one, two, three for Sabalenka    Rabat : L'ambassadeur David Fischer rend hommage à Abdellatif Hammouchi et au corps sécuritaire marocain    Coronavirus : le Maroc enregistre son premier cas du variant britannique    Azilal : Une nouvelle vie pour le fameux «pont de la mort» (vidéo)    CHAN / Maroc-Togo (1-0) : Les 3 points mais la finition n'y était pas !    L'Université Ibn Tofaïl cède un Brevet d'Invention à une Société Privée    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Crainte d'un choc environnemental suite à la reprise des industries    Evolution du coronavirus au Maroc : 473 nouveaux cas, 460.144 au total, lundi 18 janvier 2021 à 18 heures    Prix Franz Edelman 2021, l'OCP parmi les finalistes    L'Inter dompte la Juventus    Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    CMR : Bilan honorable et perspectives ambitieuses    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    ZLECAf: Le plus dur reste à venir !    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 11 - 2020

«Dès le dernier conseil d'administration de la Fondation pour la sauvegarde du patrimoine culturel de Rabat, Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasna a tenu à ce que la question d'étude d'impact soit érigée au cœur de nos priorités particulièrement l'approche propre à la ville de Rabat».
L'orientation de SAR, qui préside cette structure, est mise en avant, jeudi, par le secrétaire général de la Fondation, Karim Tajmouati, lors d'un webinaire consacré à «L'étude d'impact patrimonial : un outil de protection et de sauvegarde du patrimoine mondial».
Implication des acteurs locaux
Le responsable, qui précise que les échanges lors de cet événement en ligne s'adressent également aux «acteurs locaux», estime que les raisons de cette étude d'impact sont dues à l'évolution dans un environnement socio-économique dynamique. Comme il l'explicite, les activités humaines nécessaires liées au développement urbain peuvent avoir des conséquences sur la valeur universelle exceptionnelle d'un site de patrimoine. «Ces acteurs locaux, il faut trouver une nouvelle façon de les associer», avance, pour sa part, le ministre de la culture, de la jeunesse et des sports. A propos du sujet de la rencontre, Othman El Ferdaous estime que «le patrimoine n'est pas une chose morte, il évolue plutôt dans le dialogue entre les besoins en termes de développement, de conscience, d'urbanisation des populations ainsi que les besoins déterminés par l'Histoire».
Comme il l'avance, ce siècle sera celui des villes. «L'urbanisation rend nécessaire d'améliorer l'intelligence collective. Et les études d'impact abondent dans ce sens», enchaîne le ministre. A cet effet, il faut déterminer, comme il le qualifie, «un protocole de confiance». D'où l'intérêt de l'étude d'impact comme l'indique le ministre qui rappelle l'apport de l'Icomos (organisation internationale non-gouvernementale œuvrant dans la conservation des monuments), également partenaire de cet événement. Dans ce protocole, il faut, selon le responsable, «des normes, voire injecter de la science dans la prise de décisions publiques». Aussi, il faut associer, à son sens, la quantité à la qualité. «La préservation, ce n'est pas la quantité mais la façon de la faire», explicite M. El Ferdaous qui met, en outre, l'accent sur l'input de «la société civile et la population locale».
Garantir l'exécution des études d'impact, credo de l'Unesco
Egalement de la partie, Golda El-Khoury, directrice du bureau de l'Unesco à Rabat et représentante pour le Maghreb, prend l'étude d'impact sur le patrimoine comme «moyen pour préserver le patrimoine». Cette étude est aussi un moyen d'évaluation d'un projet. «Il faut en garantir l'exécution», poursuit-elle. Pour l'intervenante, l'impact peut être négatif ou positif. «Donc il faut trouver des alternatives pour alléger les évolutions sur le patrimoine qui peut être menacé par un projet de développement», tempère la directrice. Elle fait également valoir «le besoin en évaluation de toute menace de la valeur universelle avant de prendre des décisions». Aussi, l'évaluation d'impact est, à son sens, destinée à créer un «équilibre sur la sauvegarde du patrimoine». Cependant, la réalisation d'études d'impact est un processus qu'elle qualifie de «difficile». Par l'occasion, elle rappelle la collaboration permanente de l'Unesco pour améliorer les études d'impact tout en évoquant un guide dans ce sens. «Les études devraient être mises en œuvre dès les premières phases des projets», avance-t-elle.
Regards internationaux sur Rabat
Dans la foulée des interventions, Olivier Poisson, inspecteur des patrimoines honoraires au ministère de la culture en France, qui met en avant les paysages culturels, estime que «le patrimoine moderne façonne la majorité de notre espace comme dans la ville de Rabat». L'intervenant, qui s'exprime sur le décloisonnement des valeurs, ne manque pas d'évoquer son apport pour un dossier de la capitale du Royaume. «J'ai participé au dossier de Rabat pour la délocalisation de valeurs pour la construction d'un patrimoine mondial», exalte-t-il. A son tour, Daniele Pini, architecte urbaniste et expert en patrimoine mondial auprès de l'Unesco, indique que «presque la moitié du patrimoine de Rabat est inscrite».
Cela étant, il existe, comme le souligne Luisa De Marco, conseillère principale d'Icomos international, des défis au niveau des études d'impact. Ces challenges ont entre autres trait à l'ordre juridictionnel. «Il est déconseillé de se focaliser uniquement sur les experts lorsque les communautés devraient également être impliquées», lance-t-elle lors de cette rencontre couronnée de préconisations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.