Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Newcastle-Manchester City : un match fou (VIDEO)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    L'artiste marocain Hammadi Ammor n'est plus    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    CNOM : "Génétique et sport : l'impact de l'hérédité sur la performance sportive"    MCA-WAC (1-1) : Le Wydad victime de la VAR, de l'arbitre et de la CAF    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    Hirak: Les Algériens dans la rue malgré la répression    Manifestation à Casablanca après la prière du vendredi en solidarité avec la Palestine    Affaire Ghali : la plainte du Club des avocats transmise au parquet de l'Audiencia Nacional    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Agadir : interpellation d'un individu pour publication d'un contenu violent    La crise des réfugiés rohingyas «ne doit pas tomber dans l'oubli», selon le HCR    La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow (président)    En vertu d'arrêtés conjoints publiés au BO, des sociétés étrangères autorisées à créer des fermes aquacoles à Dakhla    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mounir Houari : 28 jours au lieu de 180 pour statuer sur un dossier d'investissement
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 02 - 2021

Entretien avec Mounir Houari, directeur du CRI Dakhla-Oued Eddahab
Pour le directeur du Centre régional d'investissement, tous les projecteurs sont désormais braqués sur cette région qui séduit de plus en plus d'investisseurs marocains et étrangers.
ALM : Quels sont les principaux chantiers de développement ouverts actuellement à Dakhla?
Mounir Houari : Le développement de la région de Dakhla-Oued Eddabab ne date pas d'hier, mais il a été accéléré ces derniers temps avec le lancement du nouveau modèle de développement des provinces du Sud à travers un nouveau programme d'investissement de l'Etat dans les infrastructures pour drainer les investissements comme le projet de l'autoroute de Tiznit-Dakhla, le nouveau port de Dakhla Atlantique avec une zone logistique de 1.000 ha où on va installer l'industrie de transformation et celle liée à la pêche, les produits de la mer, et la partie service, ce qui renforcera le positionnement de Dakhla en tant que porte de l'Afrique avec notamment une zone franche. Donc l'objectif du Maroc est aussi de consolider ses liens Sud-Sud avec ses partenaires du continent. L'autre projet important est celui d'une station de dessalement qui est en cours et qui permettra l'irrigation de 5.000 ha dans un premier temps, et aussi acheminer l'eau potable vers le futur port de Dakhla.
La région regorge de potentialités en termes d'agriculture vu son positionnement géographique et le climat qui favorise la précocité, tout ce qui est produit à Dakhla arrive dans les marchés européens deux ou trois semaines avant les autres exportateurs, ce qui est un avantage compétitif majeur, et aussi la diversité des cultures. Aujourd'hui cette région produit surtout les primeurs, les tomates cerises et les melons et il y a beaucoup d'expériences réussies dans la myrtille qui est une culture d'une forte valeur ajoutée et constitue un atout majeur pour la région. Aussi il y a des investissements qui sont réalisés dans le secteur des énergies renouvelables. Déjà la station de dessalement sera la première de son genre au niveau mondial qui sera alimentée à 100% par de l'énergie éolienne. Des projets d'énergie éolienne vont également permettre la production de l'énergie électrique qui sera injectée au niveau du réseau ONE. Il y a en outre un projet porté par un consortium américano-allemand de 900 mégawatts pour faire fonctionner des Data centers, et qui est en train d'être finalisé à travers la signature de la convention d'investissement avec l'Etat. Il porte sur un coût total de 15 milliards DH par la société Soluna et va assurer 600 emplois directs. Egalement dans le pipe, des projets logistiques dont un parc logistique à Bir Guendouz et un autre à El Guergarate et qui seront complémentaires.
Quelle est votre feuille de route pour cette région ?
En tant que CRI c'est d'abord instruire les dossiers d'investissement qui arrivent au niveau de notre plateforme. Après la mise en place de la réforme tout le processus est devenu 100% digitalisé, ce qui nous a permis d'être plus réactifs à l'égard des investisseurs et de réduire le délai de prise des décisions pour passer de 180 jours à 28 seulement pour statuer sur le dossier.
Il y a un travail quotidien pour améliorer nos performances et cette efficience du CRI a été très bien appréciée par la communauté des investisseurs surtout avec plus de transparence dans le traitement des dossiers et un meilleur suivi et une meilleure communication avec les investisseurs via cette plateforme digitale. Sur le volet macroéconomique, le modèle de Dakhla est basé sur la diversification du tissu économique de la région, et l'une des priorités du CRI c'est de consolider le positionnement des TPE et PME régionales. Avec les autres acteurs on essaye également de décortiquer la chaîne de valeur. On travaille sur l'industrialisation du tissu économique et l'amélioration de la compétitivité qui ne peut être garantie que si on a des ressources humaines qualifiées et c'est l'un des défis qu'on doit relever en adoptant une approche proactive et travailler dès maintenant pour essayer d'évaluer les besoins en ressources humaines pour les futurs projets et démarrer la préparation. Et c'est un travail qui exige la mobilisation de plusieurs parties prenantes, surtout que la réussite d'une région est le résultat de la collaboration entre tous les intervenants : administrations, secteurs privés, société civile, instituts de formation.
Quelles sont les retombées de la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur son Sahara par les USA sur la région?
On a constaté qu'il y a eu un engouement important pour Dakhla et beaucoup d'investisseurs sont venus à Dakhla pour prospecter et voir dans quelle mesure ils peuvent participer dans ce développement. Récemment on a eu beaucoup de contacts de Chambres de commerce étrangères, notamment chinoise, belge, américaine, et allemande. Aujourd'hui tout le monde regarde ce qui se passe au niveau de la région. On est également en train de gérer au sein du CRI les échanges B to B à travers la plateforme Dakhla Connect.
Quelle place occupe le tourisme dans l'économie régionale ?
Le tourisme assure moins de 1% dans le PIB régional, ce qui est paradoxal. Par contre il est une vraie vitrine pour faire la promotion de Dakhla. Durant la période de Covid-19 on a reçu beaucoup de touristes qui ont découvert la région pour la première fois et beaucoup d'entre eux sont en train de se convertir en investisseurs. Aujourd'hui il y a une vraie dynamique au niveau de ce secteur qui était limité auparavant dans une niche de kitsurf, et actuellement on travaille avec les différentes parties sur comment créer de nouvelles niches et améliorer l'offre animation, capitaliser sur l'arrière-pays, et surtout conjuguer développement économique et respect de l'environnement en mettant des solutions concrètes pour protéger la baie. D'ailleurs, c'est un sujet d'actualité sur lequel on travaille avec Monsieur le wali de la région et pour structurer ce développement.
Quid du secteur des pêches maritimes ?
Pour l'industrie de pêche, celui-ci assure 26% du PIB régional. Et il y a encore du potentiel dans ce secteur parce qu'une bonne partie est exportée à l'état brut, et il y a plusieurs unités de congélation. Dans ce sens, on travaille avec les autres acteurs pour une meilleure valorisation et maximiser cette chaîne de valeur. L'aquaculture est également un levier de croissance de la région avec 2.400 ha mobilisés pour cette activité dans plusieurs zones de Dakhla, et c'est un secteur d'avenir surtout que Dakhla assure une diversité au niveau de ces produits (huîtres, algues…) .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.