Le Maroc et la Serbie veulent renforcer davantage leurs relations économiques    Coupe arabe Futsal : Les Lions de l'Atlas dans le groupe B    M. Ait Taleb: Le ministère œuvre pour remédier aux limites du système de santé actuel    La terre a tremblé dans la région de Ouarzazate    Concours «Street Art Casablanca»    Mahrez envoie Manchester City en finale    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    L'accueil par l'Espagne du chef du "polisario" est contraire aux règles de partenariat avec le Maroc (El Khalfi)    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    Coupe du Trône : Ce soir, deux belles parties en perspective !    Le bus du Raja vandalisé dans le parking de l'hôtel du rassemblement à Rabat !?    Nordin Amrabat vers un retour en Europe    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    Chloroquine-hydroxychloroquine : les pharmacies bientôt réapprovisionnées    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    Affaire Brahim Ghali : Madrid tente une opération "damage control"    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Hakimi dans le viseur du Bayern Munich    Selon l'UAFA : Le Maroc organisera la Coupe Arabe des Nations U17 juillet prochain !    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    230 pompiers algériens lourdement sanctionnés pour avoir manifesté    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Brahim Ghali et cinq de ses complices dans les mailles de la justice espagnole    La BVC démarre en territoire positif    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 5 mai    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Météo: le temps prévu ce mercredi 5 mai au Maroc    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    Critiqué, Biden augmente finalement le nombre des admis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mentorat, mise en réseau et financement pour la TPME : Le CRI Casa-Settat lance son pôle d'accompagnement
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 03 - 2021

Le développement économique passe par le renforcement du tissu entrepreneurial régional.
A cet effet, le Centre régional d'investissement (CRI) travaille actuellement sur la mise en place du premier pôle intégré de l'accompagnement régional. Il s'agit de fédérer l'écosystème entrepreneurial régional afin de proposer une offre complète aux TPME. Cette démarche intervient suite à l'entrée en vigueur de la loi 47.18 portant réforme des CRI.
Elle consiste dans cette perspective à la mise en place de mécanismes d'appui et d'accompagnement aux entreprises, notamment la TPME. «Cette décision a été entérinée lors du Comité régional de veille économique, l'instance de concertation a mis en place une relance économique de la région, dans une conjoncture marquée par une crise sanitaire sans précédent, et où il est plus que nécessaire de mettre en place une structure pareille, pour permettre aux entreprises d'accéder à un service public unique dans son genre, englobant l'ensemble de l'offre publique et fédérant l'écosystème entrepreneurial régional», indique le CRI de Casablanca-Settat. Il est question de mettre à la disposition de ces entreprises une offre couvrant : l'information sur leur écosystème via plate-forme physique et digitale, le mentorat, la mise en réseau, l'accompagnement et le financement à travers des Fonds régionaux.
Un constat inquiétant
Au niveau de la région, 93% des entreprises actives sont des TPE ayant un chiffre d'affaires de moins de 10 millions de dirhams. Selon une enquête réalisée par le CRI de Casablanca-Settat avec la Banque mondiale sur le devenir des entreprises créées via ce guichet entre 2003 et 2015, il s'avère qu'une entreprise sur 3 ne dépasse pas le seuil de 5 ans d'existence et que seules 51% des entreprises sont opérationnelles après 3 ans d'activité. Les résultats de cette enquête font état d'un taux de 25% des entreprises qui sont considérées comme «mort-nées». Et pour cause, elles n'ont jamais démarré leurs activités.
En outre, plus de 90% des entreprises concernées n'ont bénéficié d'aucun accompagnement et 50% des entreprises qui ont fait faillite n'ont pas préparé leur projet en amont. Il est à souligner que cette enquête compte tous les entrepreneurs âgés de plus de 25 ans.
Origine de la «surmortalité» des entreprises
71% des chefs d'entreprises interrogés dans le cadre de ladite enquête déclarent que l'accès au marché est la principale difficulté rencontrée. On notera aussi que 45% des entrepreneurs sondés expliquent que les délais de recouvrement importants sont source de difficultés. Le financement fait aussi partie de ce lot d'obstacles indiqués par 65% des personnes questionnées.
Sur le volet des contraintes liées aux financements, il s'avère que 61% des chefs d'entreprises considèrent que le niveau de garanties exigé par les banques est trop important. Ils sont 31% d'ailleurs à mettre l'accent sur la complexité et la lenteur des procédures de demandes de crédit. Cette enquête s'est basée sur des focus groupe avec des chefs d'entreprises et des consultations avec la DGI, la CNSS, l'OMPIC, Maroc PME, le Conseil régional et des créateurs d'entreprises de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.