Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Emploi : Privatisation du placement
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 08 - 2005

Pour la rentrée de septembre, le gouvernement va plancher sur le dossier du chômage des jeunes diplômés. Les assises de l'emploi, prévues pour les 22 et 23 septembre, seront riches en annonces. La privatisation du placement sera mise en pratique.
Plus la date du 22 septembre approche, date initialement prévue pour les assises de l'emploi, plus le voile est levé sur les mesures devant être mises en chantier pour donner un coût de fouet au marché de l'emploi. L'une des mesures devant être livrées porte sur la privatisation du placement, aujourd'hui monopole de l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC).
L'ouverture au privé de ce champ d'action est, assurément, un gage supplémentaire d'une meilleure mise en relation de l'offre et la demande. Empêtrée dans ses scandales et sa mauvaise gestion, l'Agence a, très certainement, failli à sa mission initiale. Certains demandent, purement et simplement, si ce n'est la dissolution de l'agence, au moins, la révision de ses missions initiales, passant par le changement de nom, synonyme d'échec et de scandale, Najat en tête.
Initialement, l'ANAPEC est un établissement public doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Elle a trois missions principales. D'abord, procéder à la prospection, à la collecte des offres d'emploi auprès des employeurs et à la mise en relation de l'offre et de la demande d'emploi. Ensuite, assurer l'accueil, l'information et l'orientation des demandeurs d'emploi. Et, troisièmement, informer et orienter les jeunes entrepreneurs pour la réalisation de leurs projets économiques. Sur le terrain, ses missions sont loin d'être honorées par l'agence. Par la privatisation du placement, le gouvernement entend faire des différents intermédiaires du marché de l'emploi (cabinet de recrutement, sociétés du travail temporaire , associations et autre) des fournisseurs de l'ANAPEC.
À l'appui de cette réforme, les professionnels de l'intermédiation invoquent principalement la volonté de « fluidifier » le marché du travail en multipliant les opportunités de rencontre entre l'offre et la demande d'emploi. Il sera donc désormais permis à une entreprise de s'adresser à un opérateur privé afin de trouver un salarié le plus en adéquation possible avec ses besoins. Le modèle français servirait, assurément, de base pour le modèle marocain.
En France, l'activité de placement est largement ouverte par le projet de loi Borloo à des opérateurs privés dont les conditions de mise en place et de fonctionnement sont faiblement encadrées. Une simple déclaration préalable doit être faite à l'administration . Aucune garantie financière n'est exigée. L'activité de placement peut être payante sauf pour les personnes à la recherche d'un emploi.
En outre, il n'est prévu de poursuites pénales que si cette règle de gratuité n'est pas respectée ou si l'opération s'effectue sur des critères discriminatoires. Enfin, les opérateurs privés sont tenus de fournir des statistiques sur leur activité, sans autre précision. Les voies de recrutement direct par l'employeur sont ainsi considérablement élargies.
Ainsi, le placement consiste à rapprocher l'offre et la demande d'emploi, sans que l'auteur de cette activité ne devienne partie au contrat de travail susceptible d'en découler: cette entremise est exclusive de tout lien de subordination entre le salarié et l'intermédiaire. Les opérations de placement doivent, sauf exceptions prévues par la loi, être effectuées à titre gratuit, que l'opérateur soit l'ANPE ou un des organismes privés conventionnés qui participent à ses côtés au placement des demandeurs d'emploi.
Par contre, si la privatisation du placement paraît libéraliser et livrer à la concurrence l'accès au travail, il n'en reste pas moins qu'il faut se prémunir contre une déréglementation éventuellement induite. Les intermédiaires peu scrupuleux pourraient avoir de beaux jours devant eux. La « fluidification » du marché de l'emploi, tant désirée, peut-elle se faire à n'importe quel prix, en tout cas, elle ne saurait s'opèrer au détriment des protections garanties par le code de travail. C'est pourquoi, en marge des assises de l'emploi, un bilan global des actions menées ou celles à entreprendre s'impose, sinon, la montagne risque, comme en 2000, d'accoucher d'une souris!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.