Caisse de compensation: Lekjaa donne les derniers chiffres    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    Racisme : La haine en ligne sous examen après la diffusion du massacre de Buffalo sur Twitch    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Carthage : Le caftan marocain illumine la clôture du Festival international des Monodrames    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    Mali: les autorités affirment avoir mis en échec une tentative de putsch    Programme "Forsa": Plus de 150.000 dossiers de projets déposés (Ministre)    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Service militaire 2022 : début de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A bâtons rompus avec Hasna El Badaoui
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 01 - 2022

La troupe El Badaoui célèbre cette année ses 70 ans de création artistique
ALM : Vous avez récemment contribué à l'écriture de «Cultured». Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez travaillé sur ce court-métrage ?
Hasna El Badaoui : J'estime que ma participation, en tant qu'auteure marocaine à la série américaine «Zoom Shorts», est une opportunité d'échange intellectuel avec l'autre à travers l'écriture en anglais et le traitement de sujets humains sous différents angles. L'objectif étant de hisser les valeurs humaines en commun. Aussi, je tiens à rappeler que l'auteure et la réalisatrice américaine Karen Klami a contribué avec moi à l'écriture de ce court-métrage.
Dans le film, chaque personnage s'affiche à part. Pourquoi ?
Le tournage de «Cultured» a eu lieu en temps de confinement sanitaire imposé par la pandémie de corona de par le monde. Ce virus a fort impacté la mobilité artistique et des artistes ainsi que des créateurs de «drama» en particulier et les sociétés humaines en général. Il a également créé un choc énorme ayant engendré un mouvement artistique et créatif mondial différent du temps post-Covid en termes de contenus, de sujets, de production et des festivals tout en prenant l'espace virtuel comme grand cadre de communication et de créativité. C'est pour cela que nous étions obligés de tourner les séquences de chaque acteur à part. Ainsi, j'ai tourné les miennes au Maroc au moment où celles de l'acteur américain Burnham Holmes, qui partage le premier rôle avec moi, l'ont été aux Etats-Unis d'Amérique.
A votre avis, comment cette œuvre peut-elle contribuer à changer les perceptions occidentales à l'égard des musulmans ?
Ce film appelle à respecter les différences humaines y compris celles de croyances qui sont compatibles avec les valeurs humaines universelles et à surmonter les stéréotypes à l'égard de la personnalité islamique auxquels les médias occidentaux et arabes ont contribué en abondant dans le sens de l'islamophobie. Cependant, des projets artistiques mondiaux comme «Zoom shorts» laissent voir des artistes et intellectuels en Amérique qui sont enthousiastes à créer un dialogue culturel et humain avec les différentes cultures y compris celle arabe et islamique qui est considérée une composante influente également dans la société américaine de par l'appartenance d'un grand nombre de citoyens américains à des origines arabes, islamiques et africaines. Ce qui enrichit la culture américaine marquée par le mélange de cultures et races différentes.
«Cultured» a récolté des prix à l'étranger. Pourriez-vous les rappeler?
Pour ma part, j'ai eu avec ce film, diffusé sur la chaîne «Zoom shorts» sur YouTube, le Prix de meilleure actrice. Ce court-métrage a également remporté le Prix de meilleur court-métrage et celui de meilleur film sur la religion. A son tour, Burnham Holmes a eu le Prix de meilleur acteur.
Vous faites partie d'une famille qui se dit «marginalisée». Quel est le prétexte qui vous est donné à ce propos?
Je tiens à rappeler que la troupe El Badaoui est censée célébrer cette année ses 70 ans de création artistique et culturelle ainsi que de militantisme dans cette patrie. Pour l'heure, il s'est avéré que nous avons dépassé cette marginalisation pour entrer dans une nouvelle étape de massacre moral systématique par les responsables du paysage artistique et audiovisuel au Maroc. Un massacre qui menace un patrimoine culturel et civilisationnel marocain qui fait partie de la mémoire culturelle marocaine qui rayonne aux niveaux arabe et mondial. Le tout dans le mutisme total des élites, de la société civile et de la majorité des acteurs artistiques et culturels. J'espère que les médias adresseront la question aux responsables de la télévision et au ministère sur le motif de l'absence dans le paysage artistique et audiovisuel de la troupe El Badaoui en tant que leader du théâtre marocain.
Qu'en est-il de vos projets ?
J'écris un nouveau projet de film dans le cadre de la série américaine «Zoom shorts» en partenariat avec Karen Klami. Dans le cadre de la troupe El Badaoui, nous nous apprêtons à lancer sous le thème «La troupe El Badaoui, mémoire de théâtre et de patrie», la célébration des 70 ans de sa création via des pièces de théâtre pour le public et les enfants, ainsi que des ateliers artistiques et des conférences sur l'histoire du théâtre marocain selon l'angle de la troupe El Badaoui, qui est une école. Nous espérons également présenter une série pour la télévision marocaine qui s'est ouverte, depuis sa création dans les années 60 du siècle dernier, par des œuvres de notre troupe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.