Bourita: «La Chine, un facteur d'équilibre et un partenaire fiable»    Covid-19 : Le Fonds spécial fonctionnera jusqu'à fin 2020    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    228 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: la répartition par région    SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan décroche le baccalauréat avec mention «très bien»    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Coronavirus : quel impact sur les congés    11.900 heures sur les ondes et 7.400 sur les chaînes télévisées de la SNRT    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Les mosquées ouvriront leurs portes    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Plusieurs projets de développement adoptés    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    US Round Up du mardi 7 juillet – Keisha Lance Bottoms, Sebastián Athié, Novavax, New-York, OCDE    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Meilleurcreditimmo.ma lance le premier programme de parrainage en ligne au Maroc    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Forte vague de chaleur mardi et mercredi dans plusieurs provinces marocaines    Casablanca: il a tout perdu à cause de l'incendie de sa chambre (VIDEO)    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    Nador: une cellule terroriste démantelée par le BCIJ    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Fermeture des frontières: le nombre de MRE ayant rejoint leurs pays de résidence    La loi de finances rectificative au menu du Conseil de gouvernement    Coronavirus : 186 nouveaux cas, 14.565 cas au total, mardi 7 juillet à 10h    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    Ramid-Amnesty. Le grand dilemme du ministre des droits de l'Homme    BCIJ : une cellule terroriste démantelée à Nador    1.107 cas de triche au bac détectés    Nicolas Bay interroge Bruxelles sur les détournements de l'aide humanitaire européenne    Observations sur le dernier rapport annuel du Conseil national des droits de l'Homme    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    Plaidoyer pour une culture intégrée dans l'offre touristique au Maroc    La série "H" débarque sur Netflix    La CAF, la FIFA, l'OMS et la SGSA réunies pour discuter de lasécurité et dela sûreté en Afrique    Le cyclisme national reprend de plus belle après trois mois de suspension    Contraction de l'économie nationale de 13,8% au deuxième trimestre sous l'effet de la Covid-19    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    Idiotorial : L'ovalie a son virus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme hospitalière : le geste européen
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 11 - 2005

L'Union européenne a débloqué un don de 20 millions d'euros pour soutenir la réforme hospitalière au Maroc, dont l'objectif principal est de rendre le secteur de la santé plus performant.
L'Union européenne apporte un appui financier au processus de la réforme hospitalière, principale composante de la réforme du secteur de la santé au Maroc. Ce soutien matériel, sous forme d'un don de 20 millions d'euros, a pour objectif d'aider le Royaume dans la mise en œuvre de son processus de modernisation des infrastructures sanitaires et de gestion des hôpitaux publics. Initiée prise en janvier 2001 dans un souci d'amélioration de la qualité des soins prodigués aux patients et de maîtrise des coûts hospitaliers ; la réforme hospitalière est financée, pour rappel, par un prêt de la Banque Mondiale qui a avancé 572 millions de dirhams, soit 85,5 % du total du budget nécessaire. Elle consiste en une panoplie de mesures à caractères financier, managérial et organisationnel. En effet, la réforme hospitalière s'articule autour de plusieurs axes. Le premier concerne l'amélioration de la gestion des hôpitaux avec développement des compétences managériales. De nouveaux mécanismes et outils de gestion, d'évaluation et d'audit seront introduits pour la modernisation et la réorganisation administrative des hôpitaux publics. Ces établissements seront dotés d'un nouveau statut et d'un règlement interne leur attribuant plus d'autonomie de gestion. Chaque hôpital sera tenu d'élaborer son "projet d'établissement" qui définira les contours d'un plan stratégique de développement sur une période de cinq ans. Par ailleurs, la Direction des hôpitaux et soins ambulatoires aura la charge d'assurer la régulation, le conseil et l'encadrement. Le second axe de cette réforme a trait à l'amélioration du financement du secteur de la santé à travers la couverture médicale de base, en l'occurrence, l'Assurance- maladie obligatoire (AMO) et le régime d'assistance médicale (RAMED). Autre élément principal de la réforme, le renforcement de la capacité du ministère de la Santé dans la formulation des politiques et la prise de décision via la création de directions régionales des services de santé. Rappelons qu'une première expérience-pilote a été initiée dans cinq hôpitaux régionaux : hôpital Mohammed V de Meknès, hôpital Hassan II d'Agadir, Hôpital Mohammed V de Safi, hôpital
de Béni Mellal, hôpital Hassan II de Settat. L'approche sera ensuite étendue sur l'ensemble des hôpitaux du Royaume.
La vision générale étant que des soins de qualité soient accessibles à tous les citoyens et d'améliorer ainsi l'image de marque du secteur hospitalier public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.