Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Rabat, Kénitra, Meknès, Ifrane...les dernières hauteurs de pluie au Maroc    La CAN 2025 retirée à la Guinée    Botola Pro D1 "Inwi" (4è journée): Résultats et classement    CAF - CAN 2025 : L'organisation retirée à la Guinée, le Maroc serait parmi les candidats    Retrait de la CAN à la Guinée    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Au Maroc, les femmes âgées sont plus vulnérables que les hommes    Aérien: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    Suicide d'une jeune médecin: Le CHU Ibn Sina dément    Le Crédit Agricole du Maroc reçoit le label de certification de l'IFACI    Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi en Espagne    Casablanca abrite le 1er forum du sport en entreprise en Afrique    Marrakech: le Caïd de l'annexe administrative d'Azli suspendu pour corruption    Burkina Faso: les tirs ont repris dans la zone résidentielle de la présidence    De l'eau extraterrestre trouvée dans une météorite, une première    Les dirigeants de l'Union européenne «rejettent» l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes    Exclu: la preuve que le motif de Zellige utilisé par Adidas est bien Marocain (Documents)    Lions de l'Atlas: la pilule ne passe toujours pas pour Vahid Halilhodzic    Hakimi l'exemple qui coute cher!    Maroc : 86% des jeunes marocains insatisfaits des partis politiques    Tanger Med : le troisième campus de l'école 1337 accueille sa première promotion    Le Crédit Agricole du Maroc auréolé du label de certification de l'IFACI    La FAO et le PNUE lancent un appel pour combattre le gaspillage alimentaire    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Poutine signe l'annexion de quatre régions d'Ukraine    Nord Stream : les fuites sur les gazoducs dues à des explosions menées avec «des centaines de kilos» de TNT    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Le 3ème campus de l'Ecole 1337, accueille sa première promotion d'étudiants    L'essentiel de l'avis du CESE sur l'aménagement durable du littoral    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    Le jeûne du ramadan, source de crispations dans le football français ?    Fadila Benmoussa se joint aux honorés du 11ème Festival maghrébin du film d'Oujda    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Clap de fin pour «Rachid Show» ? Allali brise le silence (PHOTO)    Concert virtuel de Saad Lamjarred: on connait le prix des billets (PHOTO)    Croissance économique : net ralentissement à 2% au T2-2022    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    Des alliés des Etats Unis comme le Maroc, «sont visés par les forces du mal et leurs proxies»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 08 - 2022

Un nouveau documentaire sur les tatouages au Maroc.
Produit par Hussein Hanin et réalisé par Mohamed Zeghou, le film intitulé «Tagzzayt» (La mémoire du corps), dont le tournage vient de prendre fin, a plusieurs particularités. Tel que le précise son producteur, ce documentaire «tente de déchiffrer les significations et les symboles des tatouages». «Cette œuvre creuse également l'histoire et l'identité des dessins sur le corps des femmes amazighes», détaille-t-il.
En d'autres termes, ce documentaire déconstruit ces symboles. Cette production trouve ainsi sa raison d'être dans le tatouage porté par les filles et femmes pour les distinguer d'autres adultes. Il signifie, tel que l'explicite M. Hanin, leur «capacité à supporter les fardeaux de la vie conjugale, alors qu'elles enduraient d'autres douleurs». Pour l'histoire, les tatouages ont, depuis les années soixante et soixante-dix du siècle dernier, commencé à disparaître progressivement. Ainsi, la dernière génération qui porte ces symboles sur le corps est celle des grands-mères. Dans ce sens, le producteur révèle : «Le documentaire porte les dernières caractéristiques de la mémoire des tatouages au Maroc à travers les récits chaleureux des grands-mères». Une mémoire et une culture qui ont, tel qu'il l'ajoute, duré des siècles et qui ont commencé à disparaître avec leur départ. De quoi faire une autre particularité pour cette production. «Aujourd'hui, de nombreuses femmes amazighes qui portent des tatouages sur le visage travaillent dur pour l'enlever, car elles le considèrent comme un signe qui déforme leur visage et ne l'embellit plus comme avant, après que les femmes en ont pris conscience. L'interdiction de cette habitude par l'islam, qui a poussé beaucoup d'entre elles à l'enlever par laser alors que celles qui n'en ont pas les moyens continuent de vivre avec jusqu'à ce que leurs corps tatoués soient témoins, après leurs décès, d'une coutume relevant désormais du passé», avance M. Hanin. Pour tourner cette œuvre, le producteur et son équipe se sont déplacés dans différentes régions. A commencer par les tribus des Ait Sgrouchen, en passant par Khemisset, Tiflet, Khénifra, Al Hoceima, Tinghir, Kelâat Mgouna et Taroudant. Pour rappel, le tournage de ce film, dans ses dernières retouches, a été entamé avant la propagation de la pandémie de Covid-19 pour s'arrêter provisoirement en attendant l'amélioration de la situation sanitaire. Une attente qui vaut la peine de par la nature du thème de cette œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.