Les dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali rapatriées au Maroc    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Evolution du coronavirus au Maroc. 2432 nouveaux cas, 913.423 au total, jeudi 16 septembre 2021 à 16 heures    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Régulation des plateformes numériques : Mme Akharbach appelle à une coopération internationale impliquant l'Afrique    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Sécurité : AUKUS, un pacte qui souffle à la France un marché de 50 milliards d'Euros    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19 au Maroc : où en est la situation nationale ?    La reconnaissance du pass vaccinal marocain par l'UE n'impacte pas les conditions d'accès aux pays européens    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Les psychotropes sont la drogue des pauvres"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 02 - 2006

La consommation des comprimés psychotropes prend une ampleur ahurissante. La rue «Boutouil», dans l'ancienne Médina de Casablanca, est l'un des points noirs de ce marché, selon El Aâssi Abdelkabir, coordinateur d'un collectif d'associations luttant contre la consommation des psychotropes.
ALM : Vous avez entrepris récemment auprès de la jeunesse marocaine une caravane de sensibilisation et de lutte contre les psychotropes. Quelles sont les villes dans lesquelles la consommation de ces produits est très élevée ?
El Aâssi Abdelkabir : Les jeunes Marocains sont de plus en plus nombreux à consommer les comprimés psychotropes, la drogue et le kif. C'est un phénomène qui n'est pas récent. Il date depuis très longtemps. Toutefois il a pris ces dernières années une ampleur ahurissante.
A Casablanca, Oujda, Meknès, entre autres, sévit ce phénomène. Dans la grande métropole, à titre d'exemple, les endroits les plus connus où la vente de ces comprimés fait des ravages sont la ruelle “Boutouil” à l'ancienne Médina, le quartier Cuba, Hay Moulay Rachid, Hay Mohammadi Aïn Sebaâ, Derb Kabir, Derb Soltane. Et la liste est longue... Dans ces endroits, on appelle ces comprimés "Boula Hamra" ou "Taâbiâ". Il faut noter que la cause principale des crimes est les comprimés psychotropes.
Après avoir avalé quelques-uns, le jeune n'est plus maître de lui-même. Il peut commettre des meurtres et des agressions même contre les personnes les plus proches de lui. Car il n'est pas conscient. Le plus souvent, il balafre son corps avec un instrument tranchant comme le couteau.
Quelle est, selon vous, la tranche d'âge des personnes accros aux comprimés psychotropes ?
Ce sont des jeunes âgés entre 14 et 30 ans. Ce sont tous des personnes issues de familles démunies. Les comprimés psychotropes sont la drogue des pauvres. Un comprimé ne coûte que 3 dirhams. Un paquet de 10 comprimés est vendu de 25 à 30 dirhams.
D'où proviennent ces comprimés psychotropes ?
Ils proviennent de Maghnia en Algérie, puis ils transitent vers la ville d'Oujda. Les dealers ou les personnes accros à ces produits viennent au souk des médicaments nommé "Fellah" pour s'en approvisionner.
Comment est née l'idée d'entreprendre votre caravane de sensibilisation ?
Il convient de souligner que cette opération est la première du genre au niveau national. C'est la première campagne de sensibilisation et d'éducation des jeunes au Maroc sur les conséquences néfastes des comprimés psychotropes. L'idée a émergé un jour alors que nous étions en train de déjeuner au marché "Jamâa" à Derb Soltane à Casablanca. Un moment après, nous avons remarqué un jeune adolescent âgé de 15 à 16 ans en train de vendre des briquets et des paquets de mouchoirs en papier. Il était agressif envers les passants. Il était clair qu'il était sous l'effet des comprimés psychotropes. Nous avons remarqué également que son frère, à quelques pas de lui, le surveillait. Il avait peur pour lui. Il craignait qu'il se bagarre avec quelqu'un ou se fasse du mal. Nous avons discuté avec son frère un petit moment. Il nous a affirmé qu'il était studieux et apprécié de tous. Ce sont ses amis qui l'ont encouragé à en prendre. Puis, il est devenu dans cet état lamentable. À ce moment-là de désolation et de déception, nous avons décidé de mener cette opération. La réflexion a mûri au fil des jours. Plusieurs associations ont adhéré à notre projet. Outre l'association "Adel Al Wref", l'Heure joyeuse, Nadi Najm Ariadi, association "Wahda" et "Azhar". Nous avons commencé notre campagne le 28 novembre 2005. Ce jour-là, en compagnie de médecins spécialistes, nous avons rendu visite au Centre de réforme de la prison Oukacha. Puis, nous avons ciblé les lycées.
Après Casablanca, El Hajeb, quelles sont les prochaines étapes de votre caravane ?
Notre caravane atterrira prochainement à Marrakech. Ensuite, nous sillonnerons Rabat, Fès, El Jadida, Essaouira, Agadir puis finalement Oujda. La campagne de sensibilisation se poursuivra jusqu'au mois de juin 2006. Des pièces de théâtre, des conférences, des films documentaires, des tournois sportifs, des concerts de musique seront organisés dans les complexes et espaces publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.