Listes électorales: le ministère public appelle à la lutte contre les infractions commises lors des inscriptions    Les partis politiques appelés à mettre fin à la charité électorale    Suède : le gouvernement Löfven emporté par une motion de censure    Yassir Maroc signe un accord de coopération avec Huawei    Saint-Gobain Développement Maroc devient Saint-Gobain Maroc    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Championnats panarabes d'athlétisme : suprématie marocaine avec 31 médailles    Selon le président du Barça, le projet de la Super Ligue est « toujours vivant »    Ousmane Dembélé forfait pour le reste de l'Euro    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Intelligence Artificielle: Al Akhawayn et l'Université Mohammed VI Polytechnique lancent un nouveau Master    Enseignement : Open Sky International arrive au Maroc    Eaux de baignade : 29 plages interdites cet été    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca à la recherche d'une âme
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 12 - 2001

Le Premier Festival de Casablanca aura lieu au printemps prochain. Un concept construit sur le triptyque : Cité, modernité, identité. Un comité d'organisation est à pied d'œuvre. Le montage financier ambitieux et complexe semble ralentir les préparatifs. Les manoeuvres politiques, quant à elles, se développent dans les coulisses.
Au printemps prochain, à partir du 17 mai se tiendra à Casablanca la première édition du festival de Casablanca sur le thème : Casablanca, une modernité marocaine. Rachid Al Andaloussi (architecte) nommé par la Région à la direction du festival a constitué une équipe de choc ; Jamal Boushaba(journaliste) à la programmation générale, Anis Hajjam aux arts de la scène, Nabil Benabdallah à la communication. Leur concept : la tradition de Casablanca est la modernité.
Une modernité autogérée. Partant de ce constat, et en contraste avec ce que proposent les autres festivals (Essaouira, Marrakech…), le festival de Casablanca qui sera un festival culturel pluridisciplinaire aura pour prétention de devenir le rendez-vous annuel de la création contemporaine marocaine moderne.
« Le festival de Casablanca ne sera pas seulement la vitrine de la création marocaine contemporaine mais à terme, son principal promoteur » nous explique Jamal Boushaba. Le festival s'articulera autour de trois périmètres ou champs d'action : le centre ville (autour de la Wilaya), la médina ( autour de la skalla et remparts) et les Habous(autour de la préfecture du Méchouar). Le programme qui se déroulerait sur six jours serait à la fois hétéroclite et novateur.
À retenir, un défilé performance de Majida Khattari(sculpture vivante des vêtements), un documentaire sur la ville commandé à Nour-Eddine Lakhmari (réalisateur « nouvelle vague » vivant à Oslo), deux concerts avec des pointures internationales dont Eric Clapton, une sculpture géante commandée à Ikram Kabbaj, une soirée de gala avec ballets et chorégraphie de Khalid Benghrib et Nawal Benabdallah (danse orientale contemporaine) et pour comble du bonheur une soirée consacrée à Nass El Ghiouane et animée par Amina (La chanteuse tunisienne) et l'orchestre national de Barbès.
Changer le regard des Casablancais sur leur ville n'est pas tâche aisée. Pour réaliser cet objectif ambitieux, l'équipe du festival a identifié des parcours, organisera et proposera des visites guidées commentées.
Casablanca s'illuminerait par des jeux de lumières temporaires sur des bâtiments caractéristiques.
Des écrans géants seraient disposés aux quatre coins de la ville afin que l'ensemble de la population casablancaise puisse bénéficier de toutes les manifestations. Festival producteur, le festival de Casablanca offrirait l'avantage de découvrir un mouvement d'artistes marocains contemporains conceptuels (vidéos, projections, performances) et leurs œuvres. Toutes les manifestations seraient accompagnées soit d'un livre-catalogue pour ce qui des expositions soit d'un produit audiovisuel dans le cas des arts de la scène. En attendant d'aller à la rencontre de la relève artistique marocaine, un vent de jeunesse souffle sur la Wilaya de Casablanca grâce à une équipe jeune et soudée qui y a élu domicile et y travaille d'arrache-pied, soutenue par un Benhima attentif et enthousiaste, plus que jamais acquis à la modernité marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.