Maroc/Etats-Unis : David Fischer rend hommage au Maroc et à son Roi (vidéo)    Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    L'ONEE et la FRDISI s'allient pour la réalisation d' un Centre de technologie digitale intelligente    Prix Franz Edelman 2021, l'OCP parmi les finalistes    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    Maxim Behar: La reconnaissance US de la marocanité du Sahara, un tournant pour la région    L'Inter dompte la Juventus    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    L'Opinion : Crédibilité vs abstentionnisme    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira    Vaccins: le monde fait face à un échec moral «catastrophique»    Narsa : les délais de rendez-vous largement réduits    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    Coupe du Monde des clubs: Annulation du match d'ouverture    Championnat d'Allemagne: Le Bayern Munich champion d'hiver    Mondial de Handball : Maroc-Islande pour préparer la Coupe du Président    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Lancement d'un projet de mise à niveau urbaine de quartiers sous-équipés    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Edito : Loupé    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : l'opposition muselée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 06 - 2006

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs, a protesté contre l'interpellation par la police de membres de son parti.
Récemment, des membres du parti des travailleurs (PT) ont été victimes d'une campagne visant à déstabiliser ce parti de l'opposition. En tout cas, c'est ce qu'a affirmé Louisa Hanoune, secrétaire général du Parti lors d'une conférence de presse en dénonçant "une provocation politique". La porte-parole du PT a qualifié la série d'arrestations, ayant visé les membres de son parti, d'une "dérive très grave". « Ces pratiques font fi, souligne-t-elle, de la loi organique sur les partis politiques qui prévoit que seuls les membres de la direction nationale d'une formation sont habilités à répondre aux questions de la justice ». Tout a commencé samedi dernier dans la ville d'Aïn-Témouchent (500 km à l'ouest d'Alger) lorsque des militants du PT, qui récoltaient des signatures pour une pétition d'un million de signatures contre "le bradage" du secteur des hydrocarbures, ont fini par être interpellés par la police.
Une fois les militants relâchés, le responsable du parti au niveau de la wilaya, Bekhit Noureddine "a été conduit avec brutalité" au commissariat où il a subi "un véritable interrogatoire qui a duré cinq heures", s'est indignée Mme Louisa Hanoune. Et d'ajouter que le domicile de ce militant a été perquisitionné, suite à un mandat délivré par le procureur de la république et les signatures ont été confisquées.
Il s'agit d'après Hanoune «d'une opération de provocation orchestrée par des centres d'intérêts occultes». Elle refuse, toutefois de mettre «cette dérive sur le dos des institutions des corps constitués» car elle signale que «les policiers mis en cause ont déclaré qu'ils n'ont pas d'ordres à recevoir du ministère de l'Intérieur mais du procureur général».
Mme Louisa Hanoune a affirmé n'avoir pas pu déposer sa plainte après le refus du procureur d'Aïn Temouchent. Elle a donc décidé de la déposer auprès de la cour de Sidi bel Abbès. Elle a dit avoir saisi le ministère de la Justice et celui de l'intérieur sans que cessent ces pratiques. D'autres convocations ont été adressées au restant des militants sans que l'objet en soit précisé, affirme-t-elle.
La secrétaire générale du Parti des Travailleurs a considéré que les pratiques visant à entraver l'action partisane n'est pas le fruit du hasard. Elle a rappelé qu'un autre parti d'opposition "le Mouvement Al Islah- islamiste" a fait l'objet d'un verdict rendu lundi par la cour administrative près la Cour d'Alger qui a gelé les comptes et les activités de ce parti, en interdisant toute activité à son président et aux structures qui s'en réclament. Ce verdict consécutif à une plainte déposée par une aile dissidente du parti qui conteste la légitimité du président Abdallah Jaballah, a été qualifié de "gravissime" par Louisa Hanoune, d'autant qu'"il contredit quatre autres décisions de justice" qui avaient débouté les contestataires.
Ce n'est pas la première fois en Algérie que des opposants subissent des campagnes d'intimidation. Lorsque le président algérien, Abdelaziz Bouteflika faisait campagne en faveur de la charte pour la réconciliation et la paix, plusieurs militants du Mouvement démocratique et social (MDS) de feu Hachemi Cherif ainsi que du mouvement FFS ont été dépouillés, interpellés puis arrêtés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.