Diffusion de fausses informations sur des cas présumés d'infection : Deux filles arrêtées à Tanger    Bank Al Maghrib: Adoption de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielles    Coronavirus : 120 nouveaux cas en 24 heures, 479 au total    OMS : des prévisions inquiétantes pour le Maroc ? C'est faux !    Gestion de la relation client : Webhelp répond aux fake news    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-2019: un peu de souffle pour le MASI    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Des médecins militaires appelés à la rescousse à Tiznit, Tan Tan et Taza    Appui de l'Union européenne au Fonds spécial pour la gestion du Covid-19    La capacité litière de réanimation passera à 3.000 unités sous peu    La Fédération royale marocaine de handball donne 200.000 DH    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Une journée mondiale du théâtre pas comme les autres    Coronavirus : lourd bilan en Espagne, avec 838 morts en 24 heures    Banque Populaire : les crédits immobiliers reportés pour les personnes impactées    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    McDonald's sert quotidiennement des repas gratuits    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chroniques Marocaines
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2001

Correspondant de presse au Maroc depuis un demi-siècle, S. Hughes publie une chronique du Maroc sous Hassan II. Des faits observés par un témoin de l'histoire immédiate.
Du troisième étage d'un immeuble sis à la place Alaouites, à Rabat, Stephen Hughes voit défiler l'histoire contemporaine du Maroc, du bout de son stylo de journaliste et de son regard de témoin des évènements. Depuis un demi-siècle, il rapporte ce qu'il a vu et entendu. «On m'a appris que le lecteur avait très peu à faire de mon opinion personnelle.
Le journaliste ne juge pas, il rapporte des faits et seulement des faits», dit-il avec son délicieux accent britannique en soulignant qu'à l'agence de presse Reuters, où il a pendant longtemps exercé comme correspondant au Maroc, certains adjectifs sont absolument bannis, «car susceptibles d'être porteurs de jugement de valeur». De ce qu'il vu et entendu, Stephen Hughes a publié un livre, «Morocco under King Hassan». Une chronique des événements, rédigée en anglais et dont la traduction en français est à paraître prochainement aux éditions Du Rocher- que le journaliste a observé et vécu à travers les acteurs de l'histoire du Maroc.
En un peu moins de 400 pages, cet indigène celte, berbère britannique, comme il se plaît à se qualifier avec un humour grinçant, -«mon père est gallois, ma mère est irlandaise et je suis né en Grande-Bretagne par accident»- le Maroc défile. L'exil de Mohammed V, le mouvement de résistance, le retour de la famille royale, la guerre maroco-algérienne, Benbarka, Oufkir, la Marche Verte, etc, les chapitres livrent des tranches de l'histoire d'un pays qui continue de coller à la peau d'un correspondant étranger qui a débarqué au Maroc un matin de l'été 1952 pour ne plus jamais le quitter. « Ce livre n'est pas une autobiographie ou des mémoires personnelles. Ce sont des évènements que j'ai couverts en tant que journaliste ».
A travers ces couvertures d'une actualité chaude, le journaliste est plus que jamais historien de l'instant, témoin de son temps, observateur des acteurs et des événements que les pages de l'Histoire, celle qui s'écrit toujours avec un grand H, rapporteront. Stephen Hughes-Steve pour tous ces amis et ils sont très nombreux- est de ceux là. Le journaliste qui, après 55 ans de métier, vit l'information comme un drogue- a publié une sorte de journal du Maroc sous le règne du Roi défunt Hassan II. Des faits, toujours des faits, pour donner des clés de compréhension au lecteur.
Alors S. Hughes, celui qui sera le premier journaliste à donner le scoop mondial selon lequel Hassan II, avait échappé au coup d'Etat de Skhirat –«alors que la radio marocaine diffusait en boucle de la musique militaire, Radio Tanger en reprenant ma dépêche Reuters annonçait que Hassan II était vivant-, se souvient-il avec beaucoup de fierté- remonte le temps mais aussi le fil de sa carrière : les procès politiques, celui de Dlimi et Oufkir après l'enlèvement à Paris de Mehdi Benbarka, (ce chapitre consacré à la disparition du leader de l'UNFP est plus développé dans la traduction française de l'ouvrage), la Marche Verte. «C'est ce dernier événements qui est à mes yeux le plus important.
A l'occasion de la Marche Verte, le peuple, les partis, les syndicats se sont ralliés autour du Roi.
Ce n'était pas un coup de poker mais un coup de génie. La paix politique s'est installée et cela dure depuis un quart de siècle». Stephen Hughes est un inconditionnel de l'info. Et même quand il évoque sa date de naissance, l'info n'est jamais loin. «Je suis né le jour de la mort de Lénine et je suis l'aîné de deux mois de Abderrahmane Youssoufi».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.