Réouverture des mosquées: Le ministère de Habous dément    Sebta: Les binationaux continuent de souffrir    Conseil national de la presse: Le règlement intérieur au BO    Article 1062580    Relance de l'économie: Les mesures CGEM coûteront 100 milliards de DH    Un salon virtuel pour les recrutements    Covid19: La Tunisie suspend l'utilisation de la Chloroquine    Mort de Guy Bedos    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Grosse menace sur l'entreprise et l'emploi en France    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Réunion du Bureau politique de l'USFP    279 analyses effectuées à Youssoufia    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    La sélection 2020 du Festival de Cannes bientôt dévoilée    Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Covid-19: le CNDH lance un appel pour le respect des droits humains des travailleurs    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Le Maroc proche de la maîtrise du coronavirus (HCP)    Coronavirus : 35 nouveaux cas, 7.636 au total, jeudi 28 mai à 10h    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bahij : «Il n'est pas de maître sans élève»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2007

Hamid Bahij fait partie de ces sages pour qui la puissance physique n'est rien sans la sagesse de l'âme. Après quarante ans de dévouement à son art, le Karaté Shotokan, il s'autorise aujourd'hui une dérogation au devoir de réserve. Portrait.
«A chaque instant de ta vie, tu dois t'efforcer d'apprendre quelque chose !» Hamid Bahij, maître de Karaté, a fait de cette petite phrase, qu'il répète souvent à ses élèves, le fil conducteur de sa vie.
Né en 1951, il commence à pratiquer en 1966 sous la direction d'Ahmed Tijari, pionnier du Karaté-Do au Maroc, fondateur du premier club dédié à cet art martial fondé il y a des siècles par des paysans de l'ile d'Okinawa, au Japon.
Hamid a quinze ans. Une fracture de la colonne vertébrale lorsqu'il avait cinq ans a fait de lui un adolescent de petite taille, chétif, fragile mais bien décidé à forcer son destin. Chez Maître Tijari, auprès des adultes qui constituaient la majorité de la clientèle du «Centre universel de karaté de Casablanca», il est formé à la dure.
Tant et si bien que cinq ans plus tard, il obtient sa ceinture noire, qui lui est décernée par Maître Tijari en personne. L'occasion pour celui qui est devenu depuis Maître Bahij, 6e Dan en Karaté-Do Shotokan, de rappeler qu'à l'époque, il n'existait pas d'instance fédérative du karaté et que le président de la Fédération de judo avait tendance à tenir le karaté pour un sport de voyous.
Fort de sa ceinture noire, Hamid décide d'aller parfaire son art en France. Là-bas, son destin lui fera rencontrer un autre pionnier, Maître Henri Plée, 8e Dan. Son perfectionnement auprès de cet homme durera six mois, aux termes desquels il obtiendra sa deuxième Dan.
Nous sommes en 1974. Pour gagner sa vie, Hamid Bahij a trouvé une place chez un distributeur de journaux et de livres. C'est de là que naîtra son amour pour la lecture, qui lui permettra de mener en autodidacte son initiation à la dimension philosophique et spirituelle des arts martiaux. Ce qui lui fait progressivement prendre conscience de l'insuffisance foncière de tout apprentissage du karaté qui se limiterait à un arsenal de techniques de combat. Cela dans la mesure où le véritable combat est mortel et lorsque l'on est amené à se battre pour survivre, ce sont d'autres ressorts qui se déclenchent et un autre art qui entre en jeu: celui de tuer. Or dans ce cas, les karatékas le savent bien, l'académisme n'a plus cours, seul compte l'instinct profond du cerveau reptilien, qui ne sait que fuir ou attaquer…
Si ce n'est pas la maîtrise de l'art de tuer que l'on recherche sur la voie du karaté, se demande dès lors Hamid Bahij, qu'y a-t-il d'autre à conquérir par le biais de ce sport qui n'en est pas vraiment un ? Soi-même, lui répondent les livres dans lesquels il se plonge avec passion et assiduité.
En 1993, invité à se rendre au Japon par la fédération mondiale de Karaté Shotokan, il aura d'ailleurs l'occasion de confirmer son intuition et le bien fondé de l'orientation que très tôt, il a donné à sa pédagogie.
Au Japon, il a l'impression de débarquer sur une autre planète. Heureusement, à l'escale de Séoul, il fait la connaissance d'un compatriote, haj Mohamed Zekrioui, résidant au pays des Samouraïs et chargé de développer les relations commerciales maroco-japonaises en matière d'artisanat. Cerise sur le gâteau, l'homme a pratiqué le karaté et se propose aussitôt de lui servir de guide et surtout, d'interprète.
C'est ainsi qu'au terme d'un voyage qui lui fera découvrir la rigueur et la discipline de l'esprit martial japonais, ainsi que la culture du respect sans laquelle il n'est pas de vrais guerriers, Hamid Bahij rentrera au bercail transfiguré, métamorphosé.
Entre temps, au Maroc, les clubs de Karaté se sont multipliés. Au point de justifier l'institution, en 1982, d'une Fédération au sein de laquelle Maître Bahij officiera, à partir de 1998, en qualité de président de la commission nationale des grades. Une responsabilité plutôt ingrate, dans la mesure où, confie-t-il, le climat n'était ni à la rigueur ni encore moins à la confiance. De plus, il ne se reconnaît pas dans le Karaté sportif, et supporte de moins en moins la façon dont la fédération tolère, par la force des choses certes, l'attribution du statut d'enseignant sur des bases minimalistes, ne tenant pas assez compte des exigences d'excellence, de maturité et de compétence pédagogique sans lesquelles un karatéka ne peut prétendre transmettre son art et sa philosophie.
Quant au karaté de compétition, il ne peut que déplorer que les conditions de sa pratique au Maroc poussent fatalement les champions nationaux à émigrer clandestinement en Europe à la moindre occasion, ruinant ainsi l'image de marque d'un sport en mal de repères éthiques.
S'il évoque aujourd'hui avec amertume l'état des lieux du karaté dans son pays, il ne manque pourtant pas, à titre personnel, de raison d'être fier de sa carrière. Particulièrement de son second voyage au Japon, en 1997, à l'invitation de Maître Kinyuki Kaï, 10e Dan, dans le cadre du festival international de Budo de la ville de Nobeoka, dans le sud de l'archipel dont il avait remporté le premier prix de Kata et s'était vu décerné, à titre honorifique, son 7e Dan en Seïbu Kan, une discipline voisine du karaté.
Professeur attitré de deux salles casablancaises, Maître Bahij aimerait aujourd'hui mener campagne contre une mentalité qui nuit gravement, selon lui, à l'esprit de cet art martial et qui fait que, déplore-t-il, «non seulement nos champions ne pèsent quasiment rien sur la scène sportive internationale mais de plus, il n'est pas possible pour un maître réellement qualifié de gagner correctement sa vie compte tenu de la tutelle que la fédération prétend imposer à ses affiliés.
Savez-vous que sans son aval, il est impossible d'organiser des séminaires de formation ou de perfectionnement ? Ce que nous sommes quelques uns à revendiquer aujourd'hui, c'est un encadrement digne de ce nom, sans tutelle étouffante et décourageante». C'est ce qui s'appelle, en karaté comme en communication, toucher un point vital.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.