Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Banque mondiale : la crise sanitaire offre une fenêtre d'opportunités au secteur privé marocain    Impôt : un projet de décret adopté sur les professions et activités exclues du régime du bénéfice forfaitaire    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    ONP : Digitalisation de la criée    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Décès de Hafida El Malki    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Akil Macao, le metteur en scène de l'extraordinaire...    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Peine capitale : la polémique refait surface    WhatsApp met à jour les règles de confidentialité    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    Sahara: La proposition d'autonomie est la solution la plus réaliste et le «polisario» se trouve dans une situation «difficile»    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nationalité : les attentes des avocats
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 03 - 2007

Les avocats marocains attendent la promulgation du nouveau code de la nationalité. Pour eux, la prolongation du délai d'examen des demandes doit permettre de mieux traiter les dossiers.
«D'ici le prochain trimestre, les deman-des d'acquisition de la nationalité marocaine tomberont sur nos bureaux comme une avalanche». C'est plus une certitude qu'une prédilection pour Me Mohamed Bensahraoui, avocat au barreau de Rabat. L'adoption à l'unanimité, le 26 février, du projet de loi modifiant et complétant le dahir portant code de la nationalité par la Chambre des représentants entraîne déjà des échos. Dans les cabinets des avocats, le nouveau code de la nationalité est très attendu avant même sa promulgation. «Il y a une très grande différence entre l'ancien et le nouveau code et cela porte essentiellement sur le volet administratif et sur la durée», affirme Me Bensahroui. Les nouvelles dispositions du projet de loi portent, entre autres, sur la prolongation du délai d'examen des demandes d'acquisition de la nationalité. La durée passe de six mois à une année et cela semble être légitimé, à en croire cette avocate au barreau de Rabat Me Fatima Zohra Boukaissi: «C'est en prolongeant la durée d'examen qu'on pourra donner suite au cumul de dossiers de ce type de demandes qui s'entassent depuis des années dans les cabinets». L'entrée en vigueur du code de la nationalité entraînera, comme il était le cas déjà pour le code de la famille, l'augmentation du nombre de demandes, d'autant que le Maroc enregistre de plus en plus de mariages mixtes. Une situation qui donnera certainement du fil à retordre au ministère de la Justice. «Avec l'application du code de la famille, les tribunaux se sont retrouvés face à un nombre gigantesque de demandes de «chikak», le divorce que demande la femme à son conjoint en échange d'une compensation», affirme Me Boukaissi. Pour éviter de se retrouver dans un « gouffre » d'où il sera très difficile de sortir, le prolongement du délai d'examen est donc justifié par le législateur et auprès des avocats.
Après dépôt d'une demande et des pièces nécessaires (certificat de naissance, photos…), le dossier est soumis au procureur du Roi pour étude. D'ici l'entrée en vigueur de loi, c'est l'information autour du code qui devra s'imposer en priorité : «Les citoyens ne sont pas encore informés. Il faudra passer par les mêmes étapes que pour le code de la famille pour leur expliquer cette nouvelle loi», souligne Me Samira Achahbar, avocate au barreau de Tétouan.
L'application de toute nouvelle loi nécessite une campagne d'information. Le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, l'a d'ail-leurs soulevé, après l'adoption du projet par la Chambre des représentants. Il a ainsi indiqué que, dès l'entrée en vigueur de la loi, son département compte mener des campagnes de sensibilisation pour vulgariser les dispositions contenues dans le texte. M. Bouzoubaâ a, également, déclaré que, dans ce cadre, une série de mesures devront accompagner la mise en application en vue de la faciliter. C'est dans cette optique que le ministre de la Justice a annoncé la tenue de réunions avec l'ensemble des intervenants concernés par ce code de la nationalité. Il s'agit surtout des ministères de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Coopération, des ambassadeurs et des consuls de certains pays européens. En plus de la prolongation du délai d'examen de la demande, les changements qu'apporte le nouveau code de la nationalité stipulent de nouvelles conditions pour la naturalisation. La personne étrangère, qui en fait la demande, ne doit pas avoir fait l'objet d'une condamnation pour crime ou à une peine restrictive de liberté pour un délit infamant non «effacé» par la réhabilitation. L'ensemble des dispositions reste, comme a tenu à le souligner M. Bouzoubaâ, attaché à la nécessité de protéger l'identité marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.