3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    La DGM célèbre la Journée météorologique arabe 2021    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Les premiers touristes spatiaux prêts à décoller mercredi    Eyal David rejoint la mission israélienne à Rabat en tant que chef adjoint    Sahel : Des opérateurs Wagner au Mali ?    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Botola Pro D1 et D2 "Inwi" (2ème journée): Le programme    Le modèle marocain cité en exemple par un nouveau rapport    Disparitions forcées : le Maroc soumet sa copie préliminaire à l'ONU    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    La vaccination des 12 à 17 : Plus d'un million d'élèves ont reçu la première dose    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    Hicham Lahlou invité au Salone Del Mobile 2021, à Milan    ART: Des projets communs lancés par l'IMA et la FNM    Espagne: négociations sous haute tension entre Madrid et les séparatistes catalans    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Plafonnement des prix des tests PCR : les laboratoires demandent une baisse des coût des réactifs    La Burundaise Niyonsaba bat le record du monde 2000 m en athlétisme    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Afrique : Des signaux positifs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 04 - 2007

Le plan d'autonomie suscite beaucoup d'intérêt en Afrique. Les grands pays du continent y trouvent une plate-forme favorable pour la résolution du conflit.
Intriguées pendant longtemps par un plan dont elles n'avaient pas connaissance de la totalité du continu, les capitales africaines ont accueilli avec intérêt la proposition marocaine d'autonomie du Sahara. Il n'en est pas jusqu'à l'Afrique du Sud, indéfectible alliée d'Alger dans ce dossier, qui n'a pas marqué le pas : «Nous avons reçu le rapport en question assez tardivement. En principe, c'est à partir de ce vendredi que l'Afrique du Sud commencera à donner son premier feed-back», commente avec toutes les réserves diplomatiques de rigueur, Charles Moeller, chargé d'Affaires de l'ambassade sud-africaine à Rabat.
Le choix de la date n'est pas anodin, le gouvernement de Thabo Mbeki voulant d'abord connaître la réaction officielle de l'ONU, attendue aujourd'hui. Traditionnellement peut couvert par la diplomatie marocaine, l'Afrique australe et de l'Est est en plein repositionnement diplomatique sous fond de tensions géopolitiques.
Au Zimbabwe, la «révolte » du vieux Robert Mugabe contre l'Occident fragilise fortement le leadership de Pretoria qui doit manœuvrer délicatement pour soutenir son encombrant voisin et d'autre part ne pas se faire aliéner l'Occident.
De même, la brouille entre Kigali et Paris met l'ensemble Rwanda-Burundi dans une position assez instable. Ajouter au tableau les rumeurs de rebellions en Centrafrique, la guérilla aux frontières du Tchad et du Soudan, le drame du Darfour et, last but not least, l'expédition éthiopienne (toujours en cours) en Somalie n'est pas assez pour comprendre la complexité du terrain. «Seul, renseigne un fonctionnaire international en poste à Rabat, une diplomatie forte et une campagne de communication de bonne facture est à même d'être efficace en Afrique de l'Est et du Sud». Et d'ajouter que dans cette région du monde, on n'a jamais compris ce problème du Sahara.
Toutefois, le retrait Kényan de sa reconnaissance de ce que les Polisariens appellent RASD a jeté d'une part un coup de froid sur l'axe Nairobi-Alger. La diplomatie kényane multiplie depuis les signaux positifs vers Rabat. Idem pour l'Angola qui entretient de bonnes relations avec le Royaume.
Plus loin, sur les rives du Congo où les grandes lignes de ce plan d'autonomie ont été exposées, les échos sont positifs aussi bien à Brazzaville qu'à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Ce dernier pays sort d'une longue période de transition durant laquelle des éléments des FAR ont eu un important rôle de stabilisation à jouer.
D'une manière générale, dans le camp de l'Afrique francophone, les commentaires sur le plan présenté par le Maroc sont plutôt positifs : «C'est une proposition innovante et courageuse du Maroc qui prévoit d'accorder une large autonomie à son Sahara», déclarait mi-avril, Cheikh Tidiane Gadio, à l'issue d'une audience accordée par le président sénégalais à une délégation ministérielle marocaine venue présenter les grandes lignes de ce projet. «La proposition marocaine permet de rompre avec le surplace ou le pas en avant et un pas en arrière», avait alors ajouté le ministre Sénégalais.
Au sein de l'Union africaine, le climat reste favorable au plan d'autonomie marocaine. Le Malien Alpha Omar Konaré, qui préside cette Union, avait déclaré dès l'été dernier lors d'une escale à Paris qu'il faudra tout faire pour que le Maroc réintègre l'ensemble africain. Un «signal voilé» commente le Sénégalais Alpha Diallo, consultant en stratégie de développement. «Les préjugés sont favorables au Maroc. Bien qu'à mon sens, il aurait fallu que les médias africains soient mieux saisis de l'enjeu et de la dimension géopolitique de cette problématique». A voir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.