Centrafrique. Premières élections municipales depuis 30 ans    CIH BANK lance CIH PAY    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Boufal et Hakimi dans l'équipe type    CAN2021- Burkina-Gabon / Redouane Jayed: le sheriff qui tire plus vite que son ombre!    Covid-19 : Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    La diplomatie éducative, un instrument valorisant toute impérieuse politique étrangère    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    Mehdy Mariouch expose ses «Studios. (c)» à Meknès    Spotify lance «Ghareeb Alay» d'Eliana et Balti    Transition politique en Guinée: Après nomination des membres du CNT, les scenarii du possible    Bruxelles: Débordements lors d'une manifestation contre les restrictions anti-Covid    La US Navy saisit un navire de contrebande d'armes dans le golfe d'Oman    Un parti d'opposition dénonce la « criminalisation » de l'action politique en Algérie    TotalEnergies et Chevron se retirent de Birmanie, presque un an après le coup d'Etat    Voitures électriques : la Chine choisit le marché marocain pour percer en Afrique    Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc : Renforcer la résilience et la protection des migrants    Interview avec Abdesselam Idrissi : « Le commerçant et l'investisseur marocains préfèrent la justice classique»    Chelsea-Tottenham : Ziyech a signé l'une de ses meilleures performances chez les Blues    Coupe d'Afrique des nations : Hakimi et Boufal, plébiscités par la CAF    Cours de change des devises étrangères contre le dirham du 24 janvier 2022    Emprisonnement pour délits mineurs: des experts mettent en garde contre les coûts financiers et sociaux    Les Etats-Unis atteindront le pic d'infections au variant Omicron en février    Tunisie :Les médecins et pharmaciens de la santé publique en grève mardi    Education nationale : 196 établissements fermés à cause du Covid-19    Environnement: Marrakech se dote d'un hôtel éco-responsable    Système normatif marocain : Une production en quête d'attractivité    «Marocains d'Algérie : Rafle au Couchant», nouveau roman de Mansour Kedidir    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    Maroc : mais où sont passées les abeilles ?    Les Emirats arabes unis interceptent deux missiles lancés par les rebelles houthis    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    كأس أمم إفريقيا: مسحة فيصل فجر إيجابية ويخضع حاليا للبروتوكول الصحي المعتمد    CAN 2021 : Hakimi absent de l'entrainement collectif, Fajr seul Lion de l'Atlas confirmé positif au Covid-19    António Guterres a clairement désigné les parties concernées par le dossier du Sahara    Le Polisario et la fuite en avant    La revue de presse du lundi 24 janvier    Edito : Courage de réformer    Neuf individus interpellés dans une affaire de falsification et de trafic de drogue, dont 2 policiers    Les températures attendues ce lundi 24 janvier 2022    Le temps qu'il fera ce lundi 24 janvier 2022    Drâa-Tafilalet : l'INDH contribue à la réalisation de 978 unités du préscolaire entre 2019 et 2021    Un club de Premier League courtise Sofyan Amrabat    L'Algérie nie le report du sommet arabe, annoncé pourtant en mars par Tebboune    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Importante augmentation de l'autoproduction
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 05 - 2007

Le Conseil de gouvernement examine aujourd'hui un projet de loi sur l'énergie et l'énergie renouvelable. Enjeu, le relèvement du plafond d'autoproduction de 10 à 40 mégawatts. La libéralisation est en marche.
Nouvelle étape vers la libéralisation de l'électricité. Les directeurs de l'Administration centrale, notamment du ministère des Finances, de l'Intérieur, de l'Energie et des Affaires générales se réunissent aujourd'hui pour étudier les amendements au projet de loi sur la libéralisation de l'électricité. La plupart des remarques de la Fédération de l'énergie insistent notamment sur la dissociation de la chaîne production, transport et distribution, un marché spot pour fournir un référentiel transparent des prix… .
Autrement dit, avec les concentrations actuelles, commente un opérateur du secteur, le Maroc ne sera jamais capable de déterminer le maillon faible et les raisons réelles du déficit de 1,7 milliard accusé par l'Office national d'électricité. Il faut dire que dans la plupart des schémas de libéralisation expériementés ailleurs, l'Etat est parvenu facilement à se désengager des volets production et distribution, contrairement au transport resté dans son giron.
L'autre fait marquant de la journée concerne l'examen en Conseil de gouvernement de ce jeudi 17 mai 2007 du projet de loi sur l'énergie et l'énergie renouvelable. Le Maroc met les bouchées doubles pour boucler ce texte dont le décret a été adopté il y a un mois par le Conseil de gouvernement. L'enjeu est important pour l'économie marocaine.
La loi devra faire passer le plafond d'autoproduction de 10 à 40 mégawatts. Une aubaine pour les cimentiers et les grosses industries comme la Samir, l'OCP et les grandes unités du secteur textile. «Cela va encourager les industriels et réduire les risques de délestage, si délestage il y a», commente Moulay Abdallah Alaoui, président de la Fédération de l'énergie.
Ce projet de loi qui modifie de facto le dahir portant création de l'ONE est un signe d'encouragement pour les autoproducteurs d'électricité, des opérateurs qui auront désormais des conditions optimales pour accéder au réseau national.
Le plafonnement devra en principe disparaître avec la libéralisation du secteur. Un deuxième volet de ce projet de loi concerne l'énergie renouvelable. Sachant que le Maroc s'est fixé pour objectif d'atteindre un taux de pénétration de l'énergie éolienne de 15 % en 2020.
C'est dans le cadre de la diversification de ses sources d'approvisionnement énergétique et pour encourager l'utilisation du solaire que la loi de Finances 2007 a d'ailleurs consenti une baisse de TVA de 20 à 14% pour les équipements solaires. De nouvelles mesures devront suivre l'année prochaine, escompte-t-on dans les milieux professionnels. Les opérateurs de l'énergie qui souhaitent une exonération totale de la TVA pour l'ensemble de ces équipements solaires espèrent au moins une baisse supplémentaire ramenant la TVA à 10% en 2008.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.