Parlement: Les conseillers peinent sur leur propre règlement    Startups: L'OCP met le turbo    Les européens appelés aux urnes    La tension militaire mobilise le CCG et l'Opep    Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé    L'aide à l'éducation, un modérateur    Service militaire obligatoire. Le roi Mohammed VI ordonne le recrutement de plus de candidats pour cette année    Le roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de Tayeb Bencheikh    L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Divers Economie    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme de la filière sucrière
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 06 - 2003

Le gouvernement envisagerait de réformer la filière sucrière. Des mesures sont à l'étude pour le maintien d'une protection douanière pour protéger la production nationale. Ils visent aussi à la décompensation totale du sucre en pains, en morceaux et en lingots.
Le secteur sucrier au Maroc est marqué par une libéralisation non achevée, essentiellement caractérisée par la fixation des prix de vente au même niveau depuis 1989. Cependant, après la restructuration du secteur huilier en 2001, le gouvernement envisagerait de réformer la filière sucrière. « Cette initiative vise à relancer le processus de privatisation des sucreries nationales en octroyant une meilleure visibilité aux opérateurs du secteur », estiment les analystes de BMCE Capital Bourse dans leur lettre hebdomadaire du 20 juin 2003. Par ailleurs, la libéralisation annoncée devrait induire, à moyen terme, une baisse des prix de vente du sucre. Concrètement, les mesures qui sont à l'étude visent le maintien d'une protection douanière afin de protéger la production nationale, d'une part, et de procéder à la décompensation totale du sucres en pains, en morceaux et en lingots, d'autre part. Cette mesure peut être réalisée soit par une hausse unique du prix de vente soit par une augmentation en deux tranches.
Depuis sa libéralisation partielle en 1996, la filière sucrière bénéficie d'une subvention forfaitaire de 2 000 DH la tonne de la part de l'Etat, soit un montant annuel de près de 2 milliards e DH. Celui-ci est financé par les équivalences tarifaires à hauteur d'un demi-milliard de DH et par le budget général de l'Etat pour 1,5 milliard de DH. «Soulignons que le non-aboutissement de la cession des sucreries nationales provient des difficultés que rencontre le secteur sucrier actuellement», précisent les analystes.
Ces difficultés se manifestent par la prédominance de la production du granulé par rapport aux autres produits sucriers dans un contexte de marché étroit. Aussi, la fabrication insuffisante du sucre en pains en raison de la saturation de la capacité de production fait défaut à toute la filière.
Les ventes nationales de sucre atteignent 997 046 tonnes en 2001, en progression de 4,8 % par rapport à 2000. Cette hausse concerne les lingots-morceaux grâce à l'extension des capacités de moulage installées et les granulés grâce à l'évolution de la demande des industries agroalimentaires. En revanche, le pain de sucre qui couvre essentiellement les besoins des populations rurales a connu une légère baisse de 0,3 % en raison du recul de la production nationale.
Première entreprise de la filière sucrière, Cosumar est à la fois présente dans les métiers de raffineur et distributeur. Elle opère à tous les niveaux : encadrement des cultures betteravières, production de sucre brut et blanc, raffinage et conditionnement.
Cosumar regroupe les sucreries de Zemamra et Sidi Bennour, ainsi que la raffinerie de Casablanca, principale raffinerie du Royaume. «La part de marché globale de Cosumar en 2001 s'est élevée à 65,1 %, en quasi-stagnation par rapport à 2000», relèvent de leur côté les analystes de Wafa Bourse dans leur bilan annuel 2002.
Cosumar, à l'instar de ses concurrents, est toujours assujettie au gel des prix de vente, continue de supporter les investissements massifs et se trouve exposée à la hausse du coût de la matière première.
Le secteur du sucre est caractérisé par une TVA de 7 %, un tarif douanier dégressif pour le sucre brut importé (prix rendu à l'usine du sucre fixé à 4700DH/tonne), un financement de stock de sécurité de 1/12 des ventes annuelles, et une subvention sur le sucre de 2000DH/tonne.
«Le processus de libéralisation du secteur sucrier permettrait plus de visibilité ainsi qu'une amélioration de la compétitivité et des marges, ainsi que la diversification des moyens de production dans un environnement de concurrence plus saine», commentent les analystes Wafa Bourse.
Généralement, concernant l'activité betteravière, les superficies emblavées ont atteint 59400 ha, soit une hausse de 4 % par rapport à l'année 2000, alors que la production nationale a régressé de 4% à 3 millions de tonnes, en raison du faible niveau des pluies.
En 2001, la production de sucre a atteint un niveau record de
159 000 tonnes (+ 22,3 %) grâce aux performances réalisées en matière de rendement.
Dans le périmètre des Doukkala, les rendements à l'hectare ont atteint des niveaux exceptionnels (65 tonnes en 2001), qui devancent ceux de l'UE de 20 %. La production de sucre pur, dans cette même région, a atteint 11,1 t/ha contre 8,7 t/ha dans l'UE. Dans cette région, le volume de betteraves traitées par Cosumar enregistre une hausse de 19,1 % par rapport à 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.