Hautes fonctions : La procédure de nomination remise à plat    Avis Locafinance ouvre une nouvelle agence à Casablanca    Wafa Assurance lance une gamme de produits à partir de 60 DH/an    Le Souss aura son Forum international en novembre prochain    Rekrute lance un simulateur de salaire gratuit    Education aux valeurs. Oui, mais quoi ?    Tunisie    Immigration clandestine : Six personnes arrêtées à Tan Tan et Laâyoune    Renversement d'un autocar à Errachidia : Le bilan grimpe à 17 morts    Le ministère de l'éducation nationale rassure    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Le CNDH va présenter ses recommandations d'amendement du Code pénal    L'ONU appelle à enquêter sur l'usage "excessif de la force" par la police russe    Le Hezbollah abat un drone israélien à la frontière libanaise    La Tunisie au rythme de soirées politiques télévisées inédites    Brexit: Jamais deux sans trois?    Insolite : L'hymne d'Andorre joué par erreur au coup d'envoi de France-Albanie    Les U23 ont-ils encore une chance de se qualifier ?    Une large revue d'effectif prévue par le sélectionneur national face au Niger    Il fait l'actu : Miloudi Moukharik, président de l'UMT    La Bourse de Casablanca boucle la semaine en baisse    Un haut responsable parlementaire chinois appelle à resserrer la coopération parlementaire avec le Maroc    Forte chute des prix des céréales de base et du sucre à l'échelle mondiale    Les régimes végétariens et végétaliens augmenteraient le risque d'AVC    La cigarette électronique au cœur de la polémique    Accident d'Errachidia: le chauffeur ayant pris la fuite se rend aux autorités    "Les fleurs du passé ont fleuri" Premier souffle poétique d'Alain Psaume Bouithy    "Tiwizi", une nouvelle collection pour diffuser des ouvrages académiques auprès d'un large public    "Ça" démarre fort au box-office    L'Boulevard revient dans tous ses états    Pour un nouveau contrat social (au Maroc et ailleurs)    Elections en Russie : Lourdes pertes pour le pouvoir à Moscou    Les Lionceaux et les Lions de l'Atlas logiquement accrochés    Nucléaire iranien: l'AIEA confirme l'installation de centrifugeuses avancées    Ouverture du 8ème congrès national de la Jeunesse socialiste    Mostra de Venise. Le "Joker" triomphe    La qualité l'emportera    Liban: Le Hezbollah dit avoir abattu un « drone israélien » à la frontière    La rentrée sociale !    Météo: Le temps qu'il fera ce lundi    Match amical : La sélection nationale des locaux bat le Burkina faso 1-0    La sélection nationale des locaux bat le Burkina faso    Soutien des pays d'Amérique latine à la cause nationale    Les sélections du Maroc (A, olympiques et locaux) ont des rendez-vous décisifs    Les Lions de l'Atlas accrochés à Marrakech par le Burkina Faso    La Toile selon l'art de la «halka» dans une peau comique et moderne    bdellatif El Mesnaoui : «Plusieurs scénarios souffrent d'une faiblesse structurelle»    «Eidreadathon»: Des lectures au goût de la fête    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme de la filière sucrière
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 06 - 2003

Le gouvernement envisagerait de réformer la filière sucrière. Des mesures sont à l'étude pour le maintien d'une protection douanière pour protéger la production nationale. Ils visent aussi à la décompensation totale du sucre en pains, en morceaux et en lingots.
Le secteur sucrier au Maroc est marqué par une libéralisation non achevée, essentiellement caractérisée par la fixation des prix de vente au même niveau depuis 1989. Cependant, après la restructuration du secteur huilier en 2001, le gouvernement envisagerait de réformer la filière sucrière. « Cette initiative vise à relancer le processus de privatisation des sucreries nationales en octroyant une meilleure visibilité aux opérateurs du secteur », estiment les analystes de BMCE Capital Bourse dans leur lettre hebdomadaire du 20 juin 2003. Par ailleurs, la libéralisation annoncée devrait induire, à moyen terme, une baisse des prix de vente du sucre. Concrètement, les mesures qui sont à l'étude visent le maintien d'une protection douanière afin de protéger la production nationale, d'une part, et de procéder à la décompensation totale du sucres en pains, en morceaux et en lingots, d'autre part. Cette mesure peut être réalisée soit par une hausse unique du prix de vente soit par une augmentation en deux tranches.
Depuis sa libéralisation partielle en 1996, la filière sucrière bénéficie d'une subvention forfaitaire de 2 000 DH la tonne de la part de l'Etat, soit un montant annuel de près de 2 milliards e DH. Celui-ci est financé par les équivalences tarifaires à hauteur d'un demi-milliard de DH et par le budget général de l'Etat pour 1,5 milliard de DH. «Soulignons que le non-aboutissement de la cession des sucreries nationales provient des difficultés que rencontre le secteur sucrier actuellement», précisent les analystes.
Ces difficultés se manifestent par la prédominance de la production du granulé par rapport aux autres produits sucriers dans un contexte de marché étroit. Aussi, la fabrication insuffisante du sucre en pains en raison de la saturation de la capacité de production fait défaut à toute la filière.
Les ventes nationales de sucre atteignent 997 046 tonnes en 2001, en progression de 4,8 % par rapport à 2000. Cette hausse concerne les lingots-morceaux grâce à l'extension des capacités de moulage installées et les granulés grâce à l'évolution de la demande des industries agroalimentaires. En revanche, le pain de sucre qui couvre essentiellement les besoins des populations rurales a connu une légère baisse de 0,3 % en raison du recul de la production nationale.
Première entreprise de la filière sucrière, Cosumar est à la fois présente dans les métiers de raffineur et distributeur. Elle opère à tous les niveaux : encadrement des cultures betteravières, production de sucre brut et blanc, raffinage et conditionnement.
Cosumar regroupe les sucreries de Zemamra et Sidi Bennour, ainsi que la raffinerie de Casablanca, principale raffinerie du Royaume. «La part de marché globale de Cosumar en 2001 s'est élevée à 65,1 %, en quasi-stagnation par rapport à 2000», relèvent de leur côté les analystes de Wafa Bourse dans leur bilan annuel 2002.
Cosumar, à l'instar de ses concurrents, est toujours assujettie au gel des prix de vente, continue de supporter les investissements massifs et se trouve exposée à la hausse du coût de la matière première.
Le secteur du sucre est caractérisé par une TVA de 7 %, un tarif douanier dégressif pour le sucre brut importé (prix rendu à l'usine du sucre fixé à 4700DH/tonne), un financement de stock de sécurité de 1/12 des ventes annuelles, et une subvention sur le sucre de 2000DH/tonne.
«Le processus de libéralisation du secteur sucrier permettrait plus de visibilité ainsi qu'une amélioration de la compétitivité et des marges, ainsi que la diversification des moyens de production dans un environnement de concurrence plus saine», commentent les analystes Wafa Bourse.
Généralement, concernant l'activité betteravière, les superficies emblavées ont atteint 59400 ha, soit une hausse de 4 % par rapport à l'année 2000, alors que la production nationale a régressé de 4% à 3 millions de tonnes, en raison du faible niveau des pluies.
En 2001, la production de sucre a atteint un niveau record de
159 000 tonnes (+ 22,3 %) grâce aux performances réalisées en matière de rendement.
Dans le périmètre des Doukkala, les rendements à l'hectare ont atteint des niveaux exceptionnels (65 tonnes en 2001), qui devancent ceux de l'UE de 20 %. La production de sucre pur, dans cette même région, a atteint 11,1 t/ha contre 8,7 t/ha dans l'UE. Dans cette région, le volume de betteraves traitées par Cosumar enregistre une hausse de 19,1 % par rapport à 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.