La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival : Tanger, capitale du cinéma national en octobre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 10 - 2007

La 9ème édition du Festival national du film de Tanger se tiendra du 18 au 27 octobre. En compétition : 28 courts- métrages et 25 longs- métrages.
C'est du 18 au 27 octobre 2007 qu'aura lieu, à Tanger, la 9ème édition du Festival national du film. C'est l'occasion pour les professionnels du milieu de dresser un bilan de l'état des lieux de l'industrie cinématographique au Maroc. Au menu, un éventail de films comportant 28 courts-métrages et 25 longs-métrages. Ces films ont été sélectionnés parmi plus de 110 films à l'affiche, depuis la 8ème édition, qui a eu lieu en décembre 2005. À cette nouvelle édition, le jury de la compétition officielle du long-métrage sera présidé par l'artiste-peintre Mohamed Melehi, indique un communiqué du Centre cinématographique marocain (CCM).
Un jury éclectique marqué par la présence de Gareth Jones, scénariste, réalisateur et producteur (Grande-Bretagne), Guy Braucourt, critique et historien de cinéma (France) et Hassan Daldoul, producteur-réalisateur (Tunisie).
Côté marocain, le jury compte Amina Bencheikh, directrice de publication et membre de l'Institut royal pour la culture amazighe (IRCAM), Souad Bechar, écrivain et Sabah Bendaoud, journaliste.
Concernant les courts-métrages, cette édition sera présidée par le cinéaste et producteur marocain Kamal Kamal. Siègeront dans ce jury Marie-Pierre Gutmann (productrice), Hanane Fadéli (comédienne), Clarence Delgado (cinéaste et scénariste) et Ahmed Boughaba (journaliste).
Lors de la précédente édition du festival, la présidence du jury du long-métrage a été confiée à la productrice espagnole Isona Passola, alors que le jury du court métrage a été conduit par la comédienne marocaine Sophia Hadi.
Rappelons que le grand prix de la 8ème édition de ce rendez-vous cinématographique a été attribué au long métrage «L'enfant endormi» de Yasmine Kessari alors que «Week-end» de Rachid Hammam et «la danse du foetus» de Mohamed Moftakir ont été récompensés dans la catégorie courts métrages.
Outre le fait de rassembler des artistes, des metteurs en scène et des journalistes du milieu, ce festival offre l'opportunité de mettre l'accent sur les créations originales, dont fait preuve le cinéma marocain en plein essor.
Le film de Narjiss Nejjar «Wake up Morocco» qui a fait couler beaucoup d'encre lors de l'édition 2006 du festival international du film de Marrakech, en est la preuve tangible. D'après la réalisatrice, c'est «un film sur la foi et la liberté (…), je rêve d'un monde parfait et je sais qu'un monde pareil n'existe pas ».
Une esquisse d'un cinéma critique, social, ouvrant la fenêtre sur un futur à construire, une façon de «transcender le réel par la fiction et le rêve», souligne Nejjar.
Pour ce qui est des courts-métrages, notons la sélection du film «Le défunt» de Rachid El Ouali en lice pour l'un des prix de l'édition 2007 du FNF.
Un court-métrage qui a participé à de nombreux événements, dont le 16ème Festival du cinéma africain à Milan en 2006, l'année de sa sortie. Une réalisation, qui dure environ 35 minutes durant lesquelles l'écran incarne le rôle d'un confessionnal pour mettre en lumière des réalités parfois occultées par la société.
Le Festival national du film (FNF) à Tanger offrira le temps et l'espace de s'enquérir de l'actualité du cinéma marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.