Vaccins. Ait Taleb: « Le Maroc va amorcer un nouveau tournant »    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Covid-19 au Maroc : 5 560 nouvelles infections et 33 décès ce mercredi    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Officiel)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tanger fête le court-métrage
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 08 - 2005

Le festival du court-métrage méditerranéen investit pour la troisième fois la ville de Tanger du 10 au 16 septembre prochain. Au programme, quarante-trois films sont en compétition et six prix entrent en jeu.
Tanger renoue encore une fois avec le court-métrage. Cette ville est devenue le foyer et le rendez-vous incontournable des fans des courts-métrages. Elle abrite aujourd'hui pour la troisième année le Festival méditerranéen du court-métrage organisé par le Centre cinématographique marocain. Les inconditionnels du court-métrage se régalent. Ce genre cinématographique n'est pas très différent du long-métrage. Selon le cinéaste Chrif Tribek coréalisateur de «Balcon Atlantico», la spécificité du court-métrage se résume surtout par son format limité.
Le court-métrage ne doit pas en effet dépasser trente minutes. Pour le réalisateur précité, les courts-métrages se distinguent aussi par leur style d'écriture. «En sachant qu'on possède un temps limité pour la réalisation d'un film, il faut aller à l'essentiel», déclare Chrif Tribek. Ainsi, le but serait de faire passer le message en un minimum de temps.
En résumé donc, le réalisateur du court-métrage doit être économe. Economie de temps et d'argent. Chrif Tribek pense également que les courts-métrage n'ont pas de but commercial. Il seraient une sorte de laboratoire de recherche». On est complétement libre, on a moins de contraintes et en sachant que le court-métrage ne sera pas aussi diffusé qu'un long-métrage, on peut se permettre d'être plus créatif», ajoute le cinéaste.
Nouredine Lakhmari, un autre féru des courts-métrages défend de sa part le court-métrage et à sa manière. «Certains cinéastes pensent que le court-métrage c'est uniquement un brouillon pour faire un long-métrage, ils se trompent», déclare-t-il. En effet, ce cinéaste marocain résidant au Norvège, pense que le court-métrage est en soi un langage cinématographique. Nourredine Lakhamari n'est pas de l'avis de ceux qui ont une conception négative du court-métrage. «Certains qualifient ce genre comme étant uniquement une passerelle, il n'est donc pas valorisé». Pour éclaircir le fond de sa pensée, ce réalisateur cite en exemple Martin Scorcese, ce grand réalisateur est revenu à tous ses grands chefs-d'œuvre cinématographiques pour faire un film de 40 minutes intitulée «New Yor Story». La preuve selon Nourredine Lakhmari pour effacer tous les préjugés sur le court-métrage. Des préjugés qui pourraient pousser à croire que ce genre est dégradant ou dévalorisant.
Au Maroc, le court-métrage a commencé à être considéré à partir de 1995 à Tanger lors du festival national du cinéma à Tanger. «C'est à partir de ce moment que ce type de film a commencé à s'imposer à travers la projections de plusieurs courts-métrages des réalisateurs comme Ismaël Ferroukhi».
C'est donc à Tanger que le court-métrage s'est fait connaître au Maroc. Ce n'est pas pour rien que le CCM a choisi cette ville pour organiser le festival méditerranéen de Tanger. Aujourd'hui, ce festival en est à sa troisième édition.
Celle-ci aura lieu du 10 au 16 septembre. Au menu de cette édition, quarante-trois films en compétition, cinquante-deux films en projection en plus de la projection durant la cérémonie d'ouverture de trois courts-métrages primés lors de l'atelier d'écriture de scénario organisé par Ali N prod et la Fondation ONA. Il s'agit du film : «Mort à l'aube» de Hicham El Jebbari, «Cadre» de Abdelouahed El Moutanna et enfin «Ouled L'viet-nam» de Yann Barth. Dans la section films en compétition, ce sont 43 films en lice qui seront projetés au cinéma Roxy. Ils concourront pour obtenir six prix dont le Grand Prix, et le Prix Spécial du Jury pour ne citer que ceux-là. Parmi les films en compétition figurent «Chemise blanche, cravate noire» du marocain Yassine Fennane, «Destin de famille» de Younès Reggab, ou encore «Casting pour un mariage» du Tunisien Farès Naana.
Les 43 films en compétition seront jugés par les spectateurs et en premier lieu par le jury de cette troisième édition. Le jury, présidé par Jean François Anigué est composé de Mouna Fettou, Michel Demopoulos, Ibrahim El Ariss, ainsi que Jean-Pierre Lemoine. En outre, en parrallèle aux projections, les organisateurs ont prévu une table ronde sous le thème «L'impact des festivals de court-métrage dans le développement de la cinématographie nationale». Cette rencontre réunira les intervenants Nourredine Saïl, directeur du CCM, Nadira Ardjoun, du festival du court-métrage de Clermont Ferront, et William Azzela du festival du court-métrage de Rome pour ne citer que ceux-là.
Projections, tables rondes et rencontres seront donc au centre de la troisième édition du festival du court-métrage méditerranéen de Tanger. Un rendez-vous qui promet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.