Dominique de Villepin en super-VRP au CDS    Un nouveau Consul général de France à Casablanca    Les graves dégâts du non-Maghreb    Groupe OCP. Bon cru au titre du premier semestre 2019    Décès de l'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali    Santé maternelle : Les ministères de la Santé et de l'Intérieur partenaires de l'UNICEF    La prison locale Tanger 2 dément les informations sur la grève de la faim de détenus du hirak    DGSN : Arrestation de plus de 420 000 individus dans des opérations sécuritaires    Le projet Shoot Your Face prend fin en ce mois de septembre    Mise en place d'un système d'archivage du patrimoine audiovisuel national    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    Investissement: Mémorandum d'entente entre Casablanca Finance City et BarcelonaCentre Financer Europeu    Barcha !    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Communiqué du Bureau Politique du PPS    Sédentarité et surpoids au banc des accusés    Classement FIFA : Le Maroc gagne 2 places et remonte à la 39è position    Le capital humain!    Conflit syrien: Sommet tripartite à Ankara…    Studio 7, le premier studio de dance urbaine à Casablanca    Fondafip : Les finances publiques face au défi des mutations du monde    Arrestation à Nador d'un dangereux récidiviste    Mariage des mineurs : Le plaidoyer de Réda Chami    Eliminatoires CHAN 2020. Benhalib et El Kaabi absents du dernier tour    Attaques en Arabie: Pompeo évoque un « acte de guerre » de l'Iran    Canada: Trudeau rattrapé par une vieille photo de « blackface »    Royal Air Maroc : Abdelhamid Addou affiche ses ambitions    L'Institut français de Casablanca dévoile sa programmation    Leçons tunisiennes    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Hausse des nuitées enregistrées à Essaouira    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Bouillon de culture    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage : Sami Al Maghribi, l'enfant de Safi n'est plus
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 03 - 2008

La scène artistique marocaine rend un dernier hommage à l'illustre chanteur et musicien judéo-marocain Sami Al Maghribi, de son vrai nom Salomon Amzellag, décédé dimanche 9 mars 2008 à Montréal.
C'est à Safi en 1922 que Sami poussa son premier cri. Fils d'un tailleur de la famille Amzellag qui s'installa à Rabat à partir de 1926. L'occasion pour cet enfant passionné de musique de se familiariser avec la beauté de l'art d'«al alaâ andalousia». En autodidacte, il s'initie à l'instrument de l'oud. Sa première mandoline, il la confectionne à l'âge de 7 ans. Cette attirance pour la musique déterminera les moments forts de sa vie au point où, à l'âge de 20 ans, il allait décider de quitter son poste de directeur commercial pour se consacrer au chant et à la musique. Dans un soucis de perfectionnement, il décida de fréquenter le Conservatoire de musique de Casablanca et les cercles des poètes et maîtres de la musique andalouse.
Sami a été séduit et influencé par Salim Hilali, un grand interprète de la musique judéo-marocaine et Cheikh Larbi Bensari à qui il va demander de lui écrire plusieurs poèmes comme «Bqit mahmoum», «Men iybat Yraïi Lahbab», «Had El Houb El Gheddar»,...
Du chant religieux, il passa à la chanson traditionnelle où il chanta les délices de l'amour et la beauté de la bien aimée: «Kaftanak Mahloul alalla…» (Ô celle au caftan ouvert !).
Il côtoya Cheikh Redouane Bensari qui lui enseigna plusieurs hawzi, rythmes (miyazen), et même hawfi. Il quitta le Maroc en 1960 et devint rabbin de la synagogue hispano-portugaise en 1967, s'abstenant ainsi à apparaître en public comme artiste chanteur avant qu'il ne se ravise et revient avec une chanson «Sâlouni nâss», une manière pour lui d'affirmer qu'il n'y avait point d'incompatibilité entre le culte et le chant.
Il décide en 2003 de sortir un album dans lequel, il reprend ses succés et fait découvrir à son public une nouvelle composition «Ana weld tmanine sana…», hommage à une carrière de 60 ans. Accompagné d'Ahmed Pirou Hayat Boukhrissi, il revient en 2005 au Maroc pour participer à un programme télévisé sur 2M. Sami laisse derrière lui un énorme héritage musical qui va de l'interprétation du gharnati, au melhoun, au hawzi. Il avait notamment marqué de son empreinte les anciennes Qasidah de Sidi Qaddour Al 'Alami, de Benmsaib, du Cheikh Bouâzza, de Bensliman et autres grands ténors de la poésie melhoun. Doté d'une voix chaleureuse, une diction parfaite d'une élégance inouïe...et d'une grande capacité à transmettre l'âme d'une chanson qui peut alternativement parler d'amour, de nostalgie, de séparation.
Comment oublier ses chansons les plus célèbres : «Ay ay ay loukan kanou andi le mnain» ou «Oumri ma nensak ya mama»? Sami crée son propre style musical basé sur les noubas du gharnati, le moual marocain, le malhoun et le haouzi, en développant l'art des nuances et des modulations vocales. Il s'inscrit aussi dans la chanson nationale marocaine, en interprétant, en 1955 à l'occasion du retour de Sa Majesté MohammedV ; «Alf hniya wa hniya, Koulou ‘la sslama Sidna Mohammed Alkhamis Soltan al Maghrib».
Et c'est à Paris qu'il poursuit sa carrière artistique en donnant de nombreux concerts et en créant sa propre marque de disques, Samyphone.
Sans te dire adieu, nous te dirons, merci Sami d'avoir cristallisé l'expression même de la joie et du bonheur pour plus d'une génération. Ta musique, une belle quintessence, était et restera présente dans nos fêtes. Tes chansons resteront à tout jamais gravées dans nos cœurs. Et dans nos mémoires, fredonnera à jamais, le souvenir indélébile d'une voix juste et d'une mélodie qui imprègne les cœurs de sérénité ayant réussi à unir, dans l'harmonie, ensemble juifs et musulmans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.