Chasse et pêche, le Maroc en force en Sologne    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 25 La naissance, le développement du christianisme, du vivant de Jésus et après sa mort    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Essaouira accueille les états généraux des entreprises citoyennes    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Le Onze national à pied d'œuvre au Caire    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Comité des 24 des Nations unies    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Mohammedia : Elle invente son kidnapping pour passer la nuit avec son ex-fiancé    OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    CAN-2019. Les pays qui y participent pour la première fois    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Succession de May : Boris Johnson en position de force    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    Un deuxième centre pour Intelcia au Sénégal    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Femmes, l'éternel défi    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Réguler le Net, un impératif    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Post-scriptum : Dépression...
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 04 - 2008

Il serait aujourd'hui nécessaire de se pencher sur l'état de notre société civile, car à son tour celle-ci semble «tourner en rond».
Nous sommes bien atteints, notre société est malade, il faut être aveugle et sourd ou bien jouer les autruches pour ne pas s'en rendre compte . Notre mal s'appelle «dépression», or justement, on ne se sort de cette maladie que si on le veut vraiment. Or pour le vouloir, encore faut-il accepter de reconnaître que l'on est atteint… et visiblement, nous avons bien du mal à faire le diagnostic. Cercle vicieux!
Pire, nous alimentons nous-mêmes notre dépression dans une spirale infernale d'autodestruction. Personne ne trouve grâce à nos yeux : les femmes et les hommes qui bougent –dans notre pays– sont les premières cibles de nos pseudo-snippers. Les initiatives qui tentent d'impulser une (ré)action, telles le «Mouvement pour les démocrates» ou encore le «Manifeste pour les libertés individuelles» sont aussitôt dégommées; on soupçonne toutes celles et tous ceux qui agissent et sont visibles, des pires intentions et des pires turpitudes… Et tout cela gratuitement!
Longtemps nous avons décrié –parfois de façon injuste– l'inertie et nos partis politiques, or il serait aujourd'hui nécessaire de se pencher sur l'état de notre société civile, car à son tour celle-ci semble «tourner en rond».
Plus d'innovation ; un cercle restreint de personnalités qui s'auto-congratulent ; des colloques, des débats de plus en plus feutrés dans des endroits selects ; et des sponsors qui continuent de subventionner les mêmes grandes associations qui répètent ponctuellement les mêmes grandes initiatives…
Sur le terrain, pendant ce temps-là, le mouvement associatif de proximité manque d'oxygène et s'épuise…
Alors, à mon tour de me poser la question qui fâche, en disant cela : est-ce-que moi aussi je ne suis pas en train d'alimenter notre dépression? Et bien non justement, car au moins j'essaie de poser un constat –dont je ne m'exclus pas d'ailleurs– mais aussi, à la place qui est la mienne, j'essaie de réagir.
Plusieurs rencontres ces derniers jours : un gouverneur, un grand Monsieur du monde associatif, de jeunes artistes… m'ont montré que tous posaient le même diagnostic et, pire, ont avoué leur ras–le–bol d'être victimes de basses attaques, de rumeurs malsaines et de se retrouver –malgré eux–entraînés vers la médiocrité.
Pourtant, là où ils auraient pu être légitimement enclins à «renoncer», ils ont au contraire puisé en eux l'énergie nécessaire pour rebondir. Quelque part ils m'ont donné une fort belle leçon, c'est cette belle leçon qu'à mon tour je voudrais faire partager, grâce à ces quelques lignes. Notre société est malade, mais si tous les anticorps baissent les bras, alors ce seront forcément les virus qui triompheront. Or, nous comptons de bons et vigoureux anticorps : personnalités de la société civile, militants associatifs, responsables politiques, journalistes, artistes, élus(es) … il serait cependant indispensable que ceux-ci s'unissent pour créer un cordon sanitaire efficace.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.