La Chambre des représentants adopte le PLF-2020 en deuxième lecture    Sa Majesté le Roi préside un Conseil des ministres    RAM rejoint l'Alliance Oneworld en mars prochain    Cérémonie commémorative du cinquantenaire de la création de l'OCI    Ligue des champions : Les grosses écuries restent en course    Les hooligans ont gâché le spectacle à Khouribga    Divers    La pauvreté est l'une des principales sources de violence conjugale au Maroc    Robert Redford: Je ressens une grande connexion avec le Maroc
    "Scandale" en tête des nominations pour les SAG Awards
    Prison de Nador: «Le détenu décédé n'a jamais subi de mauvais traitement»    TGR: Déficit budgétaire de 42 MMDH à fin novembre    Errachidia: Arrestation de deux individus en possession d'une demi tonne de chira    "Le SMIG demeure sensiblement élevé au Maroc", selon Bank Al Maghrib    Bassin du Congo: Arlette Soudan-Nonault remercie le roi Mohammed VI    Complexe Mohammed VI: Faouzi Lakjaa détaille l'ambition de la FRMF    Maroc-Portugal. Les opérateurs main dans la main pour doper la coopération    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    L'ONEE reçoit un appui financier de 245 millions d'euros de la BAD    Samedi à Rabat: 5e session de son Comité central du PPS    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Le Lesotho ne reconnaît plus la pseudo-rasd    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    L'amazighité sans hypocrisie    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Post-scriptum : Dépression...
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 04 - 2008

Il serait aujourd'hui nécessaire de se pencher sur l'état de notre société civile, car à son tour celle-ci semble «tourner en rond».
Nous sommes bien atteints, notre société est malade, il faut être aveugle et sourd ou bien jouer les autruches pour ne pas s'en rendre compte . Notre mal s'appelle «dépression», or justement, on ne se sort de cette maladie que si on le veut vraiment. Or pour le vouloir, encore faut-il accepter de reconnaître que l'on est atteint… et visiblement, nous avons bien du mal à faire le diagnostic. Cercle vicieux!
Pire, nous alimentons nous-mêmes notre dépression dans une spirale infernale d'autodestruction. Personne ne trouve grâce à nos yeux : les femmes et les hommes qui bougent –dans notre pays– sont les premières cibles de nos pseudo-snippers. Les initiatives qui tentent d'impulser une (ré)action, telles le «Mouvement pour les démocrates» ou encore le «Manifeste pour les libertés individuelles» sont aussitôt dégommées; on soupçonne toutes celles et tous ceux qui agissent et sont visibles, des pires intentions et des pires turpitudes… Et tout cela gratuitement!
Longtemps nous avons décrié –parfois de façon injuste– l'inertie et nos partis politiques, or il serait aujourd'hui nécessaire de se pencher sur l'état de notre société civile, car à son tour celle-ci semble «tourner en rond».
Plus d'innovation ; un cercle restreint de personnalités qui s'auto-congratulent ; des colloques, des débats de plus en plus feutrés dans des endroits selects ; et des sponsors qui continuent de subventionner les mêmes grandes associations qui répètent ponctuellement les mêmes grandes initiatives…
Sur le terrain, pendant ce temps-là, le mouvement associatif de proximité manque d'oxygène et s'épuise…
Alors, à mon tour de me poser la question qui fâche, en disant cela : est-ce-que moi aussi je ne suis pas en train d'alimenter notre dépression? Et bien non justement, car au moins j'essaie de poser un constat –dont je ne m'exclus pas d'ailleurs– mais aussi, à la place qui est la mienne, j'essaie de réagir.
Plusieurs rencontres ces derniers jours : un gouverneur, un grand Monsieur du monde associatif, de jeunes artistes… m'ont montré que tous posaient le même diagnostic et, pire, ont avoué leur ras–le–bol d'être victimes de basses attaques, de rumeurs malsaines et de se retrouver –malgré eux–entraînés vers la médiocrité.
Pourtant, là où ils auraient pu être légitimement enclins à «renoncer», ils ont au contraire puisé en eux l'énergie nécessaire pour rebondir. Quelque part ils m'ont donné une fort belle leçon, c'est cette belle leçon qu'à mon tour je voudrais faire partager, grâce à ces quelques lignes. Notre société est malade, mais si tous les anticorps baissent les bras, alors ce seront forcément les virus qui triompheront. Or, nous comptons de bons et vigoureux anticorps : personnalités de la société civile, militants associatifs, responsables politiques, journalistes, artistes, élus(es) … il serait cependant indispensable que ceux-ci s'unissent pour créer un cordon sanitaire efficace.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.