C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Juventus : Sarri passe à la trappe, Pirlo nommé entraineur    Vidéo : Manifestations explosives contre les pouvoirs en place    Le député M'jid El Guerrab: « Le nombre de décès au Maroc demeure presque 100 fois inférieur par rapport à la France »    Un matelas anti covid-19 pour Messi    Champions League: le Barça et le Bayern passent en quart (VIDEOS)    La Botola a désormais un nouveau leader    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Coronavirus : record de 1345 cas positifs au Maroc ce samedi    Relance économique: El Othmani a échangé avec des experts    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Oujda: 12 lingots d'or et plus de 2 millions d'euros saisis par la BNPJ    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    OCP fête son siècle d'existence    Vaccin anti-Covid-19: un institut indien compte produire plus de 100 millions de doses    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    Berkane s'offre le WAC    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bruits de bottes autour du Cachemire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 12 - 2001

Depuis l'attaque du 13 décembre, qui a fait 14 victimes dont les cinq assaillants, les relations entre l'Inde et le Pakistan traversent de fortes turbulences.
À l'origine du conflit, deux mouvements islamistes basés au Pakistan, Lashkar-e-Taiba et Jaish-e-Mohammad, sont accusés par l'Inde d'avoir perpétré l'attentat derrière lequel New Delhi voit la main des services secrets pakistanais. Ce qui explique que la tension est particulièrement vive à la frontière du Cachemire, où l'on signale des mouvements de troupes le long de la ligne de démarcation et des échanges de tirs, ayant fait plusieurs tués.
Atal Behari Vajpayee, le Premier ministre indien est formel. « Nous ne voulons pas de guerre, mais la guerre nous est actuellement imposée et nous allons devoir y faire face », a-t-il déclaré lors d'un rassemblement organisé pour le 77e anniversaire de la fondation de son parti, le BJP. Blindés, avions de combat et navires de guerre ont renforcé le dispositif militaire de l'Inde aux frontières avec le Pakistan suite aux escarmouches entre gardes-frontières des deux pays. L'Inde a rappelé lundi pour consultations son ambassadeur à Islamabad et ordonné l'expulsion d'un diplomate pakistanais en poste à New Delhi.
Le Haut commissaire indien en poste au Pakistan, Vijai K. Nambiar, est rentré ce mardi en Inde. Avant de regagner New Delhi, l'ambassadeur a déclaré à la presse qu'il n'excluait pas l'éclatement d'une guerre ouverte, tout en soulignant que la situation n'était pas irréversible. Pour sa part, l'armée pakistanaise a déployé des batteries de DCA le long de la frontière et transféré des soldats de la garnison orientale de Sialkot vers la ligne de cessez-le-feu. Et, selon les observateurs, ces mouvements de troupes sont plus importants que de simples redéploiements de routine.
L'Inde et le Pakistan, qui appartiennent au club très fermé des puissances nucléaires, se sont battus à trois reprises, dont deux à propos du Cachemire, depuis la partition du « Raj » britannique en 1947. Le Pakistan dit souscrire à la doctrine de l'OTAN de première frappe nucléaire contre des forces conventionnelles adverses supérieures en nombre et en puissance. L'équilibre conventionnel étant très défavorable au Pakistan dans tous les domaines (chars, forces aériennes, etc.). Il est donc à craindre qu'en cas de conflit ouvert, il ne soit rapidement fait recours à l'arme atomique.
New Delhi et Islamabad ont procédé, en mai 1998, à onze essais nucléaires souterrains.
L'Inde a testé des engins thermonucléaires (fusion) et des armes à fission et procédé à la détonation de deux engins expérimentaux miniaturisés de moins de 1 kilotonne. Pour sa part, le Pakistan a procédé à six explosions d'engins nucléaires (fission). Les experts occidentaux affirment que les tests thermonucléaires indiens ainsi que plusieurs tests pakistanais n'ont pas fonctionné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.