Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le torchon brûle toujours
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 12 - 2001

La tension n'en finit pas de monter entre l'Inde et le Pakistan. Et, en dépit de tous les appels au calme, la rhétorique guerrière se poursuit entre les deux pays.
Malgré les efforts de Washington pour ramener le calme entre les deux pays membres de l'alliance «antiterroriste», New Delhi et Islamabad continuent de jouer à se faire peur. George Fernandes, le ministre indien de la Défense, a fait monter d'un cran la tension, mercredi, en annonçant que les systèmes de missiles sont en «place», à proximité de la frontière pakistanaise. L'armée indienne aurait amené des batteries de missiles sol-sol guidés Prithvi (la terre) à proximité de la frontière dans le Pendjab. Ayant une portée de 150 kilomètres, ces engins sont en mesure de transporter une charge nucléaire. «Nous ne voulons pas la guerre», mais «le Pakistan n'hésitera pas à utiliser des armes non conventionnelles en raison de la vaste supériorité dont bénéficie l'Inde en matière d'armes conventionnelles», a affirmé un responsable militaire ayant requis l'anonymat. Côté pakistanais, on estime que New Delhi cherche à profiter de la campagne «antiterroriste» mondiale menée par les Etats-Unis pour mettre un terme à la rébellion séparatiste musulmane qui se poursuit au Cachemire depuis 1989, et que le Pakistan qualifie de «lutte de libération».C'est là en fait que réside la véritable genèse du problème entre les deux pays. On ajoute, en outre, à Islamabad que «les pressions indiennes» visent également à empêcher «toute possibilité de reprise économique» au Pakistan.Dans la capitale pakistanaise, un haut responsable a déclaré que les Etats-Unis s'efforcent de désamorcer la tension. «Nous leur disons (aux Américains) que c'est l'Inde qui fait voler la poussière et qu'elle est seule responsable de l'escalade actuelle. Il faudrait dire à New Delhi de se calmer», a-t-il ajouté. Ce regain d'hostilité entre ces deux pays, qui se sont déjà livrés trois guerres depuis leur indépendance en 1947, a pour origine l'attentat-suicide contre le Parlement fédéral indien le 13 décembre (14 morts dont ses 5 auteurs). Deux mouvements islamistes basés au Pakistan, Lashkar-e-Taïba et Jaish-e-Mohammad, sont accusés par l'Inde d'avoir perpétré l'attentat derrière lequel New Delhi voit la main des services secrets pakistanais. Des supputations démenties par Islamabad qui a demandé à l'Inde d'en apporter des preuves. Lundi, le Pakistan avait suivi Washington en ordonnant le gel des comptes bancaires du Lashkar-e-Taïba. Le lendemain, Islamabad avait également annoncé l'arrestation de Maulana Masood Azhar, chef du Jaish-e-Mohammed, autre organisation également active au Cachemire. Des mesures jugées «superficielles » par l'Inde. En dépit des tensions militaires, le président pakistanais, Pervez Musharraf, a fait savoir qu'il avait toujours l'intention de se rendre à un sommet régional d'Asie du Sud, du 4 au 6 janvier à Katmandou (Népal), auquel doit participer le Premier ministre indien, Atal Behari Vajpayee. Peut-être une occasion de franche explication.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.