Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Températures min et max prévues - Samedi 20 Juillet 2019    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le torchon brûle toujours
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 12 - 2001

La tension n'en finit pas de monter entre l'Inde et le Pakistan. Et, en dépit de tous les appels au calme, la rhétorique guerrière se poursuit entre les deux pays.
Malgré les efforts de Washington pour ramener le calme entre les deux pays membres de l'alliance «antiterroriste», New Delhi et Islamabad continuent de jouer à se faire peur. George Fernandes, le ministre indien de la Défense, a fait monter d'un cran la tension, mercredi, en annonçant que les systèmes de missiles sont en «place», à proximité de la frontière pakistanaise. L'armée indienne aurait amené des batteries de missiles sol-sol guidés Prithvi (la terre) à proximité de la frontière dans le Pendjab. Ayant une portée de 150 kilomètres, ces engins sont en mesure de transporter une charge nucléaire. «Nous ne voulons pas la guerre», mais «le Pakistan n'hésitera pas à utiliser des armes non conventionnelles en raison de la vaste supériorité dont bénéficie l'Inde en matière d'armes conventionnelles», a affirmé un responsable militaire ayant requis l'anonymat. Côté pakistanais, on estime que New Delhi cherche à profiter de la campagne «antiterroriste» mondiale menée par les Etats-Unis pour mettre un terme à la rébellion séparatiste musulmane qui se poursuit au Cachemire depuis 1989, et que le Pakistan qualifie de «lutte de libération».C'est là en fait que réside la véritable genèse du problème entre les deux pays. On ajoute, en outre, à Islamabad que «les pressions indiennes» visent également à empêcher «toute possibilité de reprise économique» au Pakistan.Dans la capitale pakistanaise, un haut responsable a déclaré que les Etats-Unis s'efforcent de désamorcer la tension. «Nous leur disons (aux Américains) que c'est l'Inde qui fait voler la poussière et qu'elle est seule responsable de l'escalade actuelle. Il faudrait dire à New Delhi de se calmer», a-t-il ajouté. Ce regain d'hostilité entre ces deux pays, qui se sont déjà livrés trois guerres depuis leur indépendance en 1947, a pour origine l'attentat-suicide contre le Parlement fédéral indien le 13 décembre (14 morts dont ses 5 auteurs). Deux mouvements islamistes basés au Pakistan, Lashkar-e-Taïba et Jaish-e-Mohammad, sont accusés par l'Inde d'avoir perpétré l'attentat derrière lequel New Delhi voit la main des services secrets pakistanais. Des supputations démenties par Islamabad qui a demandé à l'Inde d'en apporter des preuves. Lundi, le Pakistan avait suivi Washington en ordonnant le gel des comptes bancaires du Lashkar-e-Taïba. Le lendemain, Islamabad avait également annoncé l'arrestation de Maulana Masood Azhar, chef du Jaish-e-Mohammed, autre organisation également active au Cachemire. Des mesures jugées «superficielles » par l'Inde. En dépit des tensions militaires, le président pakistanais, Pervez Musharraf, a fait savoir qu'il avait toujours l'intention de se rendre à un sommet régional d'Asie du Sud, du 4 au 6 janvier à Katmandou (Népal), auquel doit participer le Premier ministre indien, Atal Behari Vajpayee. Peut-être une occasion de franche explication.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.