Communiqué du bureau politique du PPS    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Les condoléances du Parti du Progrès et du Socialisme    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    La pandémie de Covid-19 a rappelé au monde «la communauté de notre destin»    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Vidéo : Basma Hammouchia rejoint les rangs de la brigade des policiers en herbe    Naima ou l'injustice territoriale    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Casa-Transports accélère l'élaboration des contrats d'exploitation des futures lignes de tram    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    Enfant tuée à Tafoughalt : un suspect interpellé et mis en garde à vue    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Nadia Fettah: « La promotion du tourisme est tributaire de la réouverture des frontières »    Roland, Strasbourg et Hambourg    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le torchon brûle toujours
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 12 - 2001

La tension n'en finit pas de monter entre l'Inde et le Pakistan. Et, en dépit de tous les appels au calme, la rhétorique guerrière se poursuit entre les deux pays.
Malgré les efforts de Washington pour ramener le calme entre les deux pays membres de l'alliance «antiterroriste», New Delhi et Islamabad continuent de jouer à se faire peur. George Fernandes, le ministre indien de la Défense, a fait monter d'un cran la tension, mercredi, en annonçant que les systèmes de missiles sont en «place», à proximité de la frontière pakistanaise. L'armée indienne aurait amené des batteries de missiles sol-sol guidés Prithvi (la terre) à proximité de la frontière dans le Pendjab. Ayant une portée de 150 kilomètres, ces engins sont en mesure de transporter une charge nucléaire. «Nous ne voulons pas la guerre», mais «le Pakistan n'hésitera pas à utiliser des armes non conventionnelles en raison de la vaste supériorité dont bénéficie l'Inde en matière d'armes conventionnelles», a affirmé un responsable militaire ayant requis l'anonymat. Côté pakistanais, on estime que New Delhi cherche à profiter de la campagne «antiterroriste» mondiale menée par les Etats-Unis pour mettre un terme à la rébellion séparatiste musulmane qui se poursuit au Cachemire depuis 1989, et que le Pakistan qualifie de «lutte de libération».C'est là en fait que réside la véritable genèse du problème entre les deux pays. On ajoute, en outre, à Islamabad que «les pressions indiennes» visent également à empêcher «toute possibilité de reprise économique» au Pakistan.Dans la capitale pakistanaise, un haut responsable a déclaré que les Etats-Unis s'efforcent de désamorcer la tension. «Nous leur disons (aux Américains) que c'est l'Inde qui fait voler la poussière et qu'elle est seule responsable de l'escalade actuelle. Il faudrait dire à New Delhi de se calmer», a-t-il ajouté. Ce regain d'hostilité entre ces deux pays, qui se sont déjà livrés trois guerres depuis leur indépendance en 1947, a pour origine l'attentat-suicide contre le Parlement fédéral indien le 13 décembre (14 morts dont ses 5 auteurs). Deux mouvements islamistes basés au Pakistan, Lashkar-e-Taïba et Jaish-e-Mohammad, sont accusés par l'Inde d'avoir perpétré l'attentat derrière lequel New Delhi voit la main des services secrets pakistanais. Des supputations démenties par Islamabad qui a demandé à l'Inde d'en apporter des preuves. Lundi, le Pakistan avait suivi Washington en ordonnant le gel des comptes bancaires du Lashkar-e-Taïba. Le lendemain, Islamabad avait également annoncé l'arrestation de Maulana Masood Azhar, chef du Jaish-e-Mohammed, autre organisation également active au Cachemire. Des mesures jugées «superficielles » par l'Inde. En dépit des tensions militaires, le président pakistanais, Pervez Musharraf, a fait savoir qu'il avait toujours l'intention de se rendre à un sommet régional d'Asie du Sud, du 4 au 6 janvier à Katmandou (Népal), auquel doit participer le Premier ministre indien, Atal Behari Vajpayee. Peut-être une occasion de franche explication.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.