Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





François Bayrou, l'opposant atavique à Nicolas Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 09 - 2008

Dès qu'un micro se tend, dès qu'une caméra pointe son objectif vers François Bayrou, l'homme est encore capable de faire des étincelles dont l'écho dépasse largement son poids politique réel ou supposé.
Logiquement et arithmétiquement, François Bayrou devrait être un cadavre politique, aphone et sans envergure. Sa voix ne devrait même pas troubler la tranquillité d'un paisible village de province. Et pour cause. Le parti politique qu'il dirige depuis sa fameuse troisième place à la dernière présidentielle, le Modem, est famélique et sans influence ni troupes. Le fameux «Centre» qu'il a essayé de réanimer pour peser dans la vie politique française entre une droite euphorique et une gauche minée par ses divisions, a connu de violents morcellements sous les coups de boutoir revanchards de Nicolas Sarkozy.
Et pourtant, dès qu'un micro se tend, dès qu'une caméra pointe son objectif vers François Bayrou, l'homme est encore capable de faire des étincelles dont l'écho dépasse largement son poids politique réel ou supposé. Avec une ligne d'attaque et de défense cohérente, celle de dénoncer la politique de Nicolas Sarkozy sous toutes ses formes et dans toutes ses variantes. Il est si régulier dans ses critiques contre le président de la République que ses détracteurs l'accusent d'avoir fait de la dénonciation du «Sarkozysme» son seul fonds de commerce à travers lequel il compte continuer à exister.
Deux grandes affaires récentes ont permis à François Bayrou de jouer un air de violon original. La première est l'affaire Bernard Tapie dans laquelle une justice sous influence est accusée d'avoir favorisé l'ancien homme d'affaires et ministre de François Mitterrand en lui accordant des indemnités faramineuses dans le litige qui l'opposait depuis des années à la Banque du Crédit lyonnais. François Bayrou a été des rares hommes politiques à mener une campagne organisée contre ce jugement. Récemment encore, il a redit avec force sa conviction sur le sujet et de dénoncer : «L'arbitraire politique (qui) a imposé à l'Etat de gruger le contribuable français de 400 millions d'euros (…) Il y a eu une atteinte totale aux principes républicains. On est en train d'abuser le contribuable en lui volant 400 millions d'euros d'argent public et normalement, les élus de la République ne devraient pas le laisser faire».
La seconde affaire concerne le fiévreux débat qui agite depuis quelques jours la classe politique française autour de la décision du gouvernement de Nicolas Sarkozy d'instaurer le Revenu de solidarité active (RSA) comme une des réformes phares pour lutter contre la pauvreté. Si cette décision a trouvé grâce même aux yeux de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin qui la considère comme «une bonne réforme», elle n'a pourtant pas réussi à convaincre François Bayrou qui a pointé avec minutie les failles de son financement, point essentiel sur lequel Nicolas Sarkozy compte vendre sa réforme : «Qui va payer? On dit que c'est un impôt sur le capital et c'est faux. C'est un impôt sur les épargnants, ce sont eux qui vont payer. De même que ceux qui ont une petite assurance-vie, ceux qui ont acheté un appartement pour le louer. Et au bout du compte, ce sont les locataires qui payeront (…) Cette manière de mettre à contribution la classe moyenne, sans toucher à ceux qui sont le plus favorisés - car ceux-ci sont défendus par le bouclier fiscal -, me déplaît beaucoup».
François Bayrou ne se limite pas à s'opposer frontalement à l'ère Sarkozy. Il se paie même le luxe de s'inviter dans le grand débat de succession que vivent les socialistes français dans leurs tentatives de trouver un remplaçant à François Hollande. Soumis à cette question : «Martine Aubry vous a-t-elle confié avoir voté pour vous au premier tour de l'élection présidentielle plutôt que pour Ségolène Royal? » François Bayrou a eu cette réponse pleine de sous-entendus : «Il arrive qu'on ait des manifestations auditives, on appelle cela des acouphènes, alors j'ai dû avoir des acouphènes». Le sang de Martine Aubry n'avait fait qu'un tour. Après avoir jugé cette révélation «lamentable», elle avait renvoyé un solide uppercut dans la mâchoire de François Bayrou : «La question qu'il faut poser, c'est: « François Bayrou a-t-il voté pour Ségolène Royal au second tour? ».
François Bayrou semble avoir trouvé le filon qui lui maintient la tête hors de l'eau malgré les déboires de son parti, celui de nourrir une opposition systématique à Nicolas Sarkozy, un sillon que d'autres comme Olivier Besancenot, le leader de l'extrême gauche ou Daniel Cohen Bendit le symbole des Verts européens cultivent avec succès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.