Affaire Pegasus : « 2M » déconstruit la manipulation des leaks    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Le Maroc, « partenaire solide » sur lequel peuvent compter la France et l'Europe    Casablanca-Settat : perturbations de l'approvisionnement en eau potable dans certains quartiers    Revue de presse quotidienne de ce jeudi 27 janvier 2022    Représentant 6% du PIB : Un déficit budgétaire de près de 71 milliards de dirhams à fin 2021    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les marchés actions troublés après la Fed    Le Canada prolonge sa mission de formation militaire en Ukraine    La CAF suspend le stade d'Olembé après une bousculade meurtrière    Le Sénégal passe en quarts face à des Capverdiens réduits à neuf    Météo : fortes averses attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    Covid-19: Moderna entame les essais d'un rappel de vaccin anti-Omicron    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    400 ans de Molière : Le Maroc présent à Versailles à travers l'œuvre de Tayeb Saddiki    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    CAN 2021: voici le programme des quarts de finale    Premier League/Covid: plus de report de matchs sans au moins 4 cas positifs    La Corée du Nord effectue son sixième essai de missiles en 2022, selon Séoul    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    Lutte contre le changement climatique : L'ONU salue le leadership du Maroc    Météo Maroc: les températures prévues pour ce jeudi    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Glencore et Managem : un partenariat pour produire du cobalt à partir de batteries recyclées    Province de Taroudant : visite de projets agroalimentaires et de développement agricole et rural    Auto: Mini veut convertir ses modèles historiques à l'électrique    CAN 2021: la CAF change le lieu et l'horaire de Maroc-Egypte    L'ambassade américaine à Kiev appelle ses ressortissants à « quitter le pays sans tarder »    Sahara : Des avions Mirage et F-16 des FAR bombardent des positions du Polisario    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    L'Agence Bayt Mal Al Qods approuve une série de projets de développement à Al Qods pour 1 million USD    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    CAN 2021 : Les Lions de l'Atlas se sont entrainés sans Nayef Aguerd    Après la France, le siège du Parlement andalou accueille une réunion de soutien au Polisario    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    Casablanca : Report de l'audience d'un universitaire soupçonné de harcèlement sexuel    Covid-19 : l'Autriche met fin au confinement des non-vaccinés    CAN 2021 : Vahid Halilhodzic et son arme dernière génération, Achraf Hakimi    "أحسن Pâtissier": La saison II est lancée, (re) vivez le Premier prime en Replay    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Noureddine Saïl : «Le FIFM se démarque par la rigueur de ses choix filmiques»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 11 - 2008

Noureddine Saïl, vice-président délégué de la Fondation du FIFM, dresse le bilan de la huitième édition du Festival international du film de Marrakech.
ALM : Quel bilan faites-vous de cette huitième édition du Festival international du film de Marrakech ?
Noureddine Saïl : Personnellement, je vois le Festival international du film de Marrakech se développer harmonieusement tout en gardant ses propres acquis. D'année en année, de nouveaux chapitres s'ajoutent et le tout va se stabiliser dans un avenir proche. Un bon festival a besoin de vingt années pour trouver son rythme réel. À titre d'exemple, le Festival de Cannes a connu plusieurs étapes. De la compétition entre films avant et après la guerre, il s'est développé en lui-même pendant assez longtemps pour arriver à son état actuel. Un festival est un être vivant qui vit et qui se développe, comme il peut aussi mourir. Le FIFM a huit ans et je pense que nous avons encore de l'avenir devant nous, dans la mesure où à chaque édition, une croissance se fait sentir. Le FIFM devrait avoir sa physionomie définitive dans quelques années. Actuellement, nous ne pouvons pas juger de l'état formel du Festival international du film de Marrakech. Évidemment, un travail continu s'impose, sans ignorer, quelquefois, nos propres erreurs. Ce qui est le plus important, c'est de toucher d'un œil vif, l'avenir du festival de Marrakech. Certes, le FIFM est appelé à évoluer de façon de plus en plus positive et nous avons les moyens, la volonté et l'énergie d'accomplir cette mission.
Quel est le positionnement du Festival international du film de Marrakech au niveau international ?
Au niveau international, le FIFM commence à se faire connaître comme étant un rendez-vous annuel important au sein de la carte géographique des festivals. On reconnaît au FIFM, d'abord, la rigueur de ses choix au niveau de la sélection des films en et hors compétition, ainsi que son coup de cœur.
Il existe, sans aucun doute, une signature particulière du FIFM, dans la mesure où ses films se considèrent pointus, puissants et couvrant une diversité géographique qualifiée de pertinente.
Certes, rares sont les festivals mondiaux qui sont capables de combiner autant de films très intéressants venant de différents horizons. Le Festival international du film de Marrakech a réussi cette harmonie, dans le mesure où cette combinaison entre plusieurs cultures cinématographiques se manifeste comme étant son cœur battant. Cette année, le FIFM rend hommage au cinéma britannique, que je qualifie d'exceptionnel en termes de films projetés. Ainsi, la cerise sur le gâteau, cette année, était de programmer l'expérience, d'ailleurs assez particulière du cinéma pour les malvoyants et les non-voyants, ce qui est une première assez remarquable au niveau international. D'ailleurs, un certain nombre de présidents de festivals de cinéma, qui étaient présents à Marrakech, vont certainement adopter cette idée.
Comment voyez-vous l'état actuel de la production cinématographique marocaine ?
La production cinématographique marocaine se stabilise actuellement sur 15 films en long-métrage en plus de 65 projections en court-métrage par année. Nous disposons d'un Festival national du film à Tanger lors duquel plusieurs films sont présentés. Ce festival se déroulera cette année du 13 au 20 décembre. Je pense que la problématique de la production cinématographique marocaine, aujourd'hui, doit essentiellemnt s'intéresser à son exploitation et donc à la construction des salles de cinéma.
Justement, quelles sont les mesures que vous avez prises pour pallier au manque des salles de cinéma ?
Le Maroc dispose actuellement de 90 écrans de cinéma. D'ici 2012, il faudrait que l'on dispose de 150 écrans supplémentaires pour parvenir à 250 salles de cinémas opérationnelles. Dès l'année prochaine, plusieurs villes marocaines figureront au sein de notre plan d'action qui consiste à la promotion de la construction de salles de cinéma, notamment à Kénitra, Tanger, et Oujda. La construction de centres multiplexes est considérée comme la seule solution à adopter pour acquérir une offre très large de films et pouvoir ainsi faire revenir les gens au sein de salles confortables, et techniquement parfaites.
Dans le continent africain, trois pays détiennent le monopole des salles de cinéma, l'Egypte, l'Afrique du Sud et le Maroc. Actuellement, l'essentiel ce n'est pas uniquement de produire, mais également de créer un marché intérieur puissant, qu'on ne peut pas avoir s'il n'existe pas de très bonnes salles de cinéma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.