Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bernard Kouchner avoue que c'était une erreur
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 12 - 2008

Bernard Kouchner affirme avoir eu tort de demander au président Nicolas Sarkozy de créer le secrétariat d'Etat aux droits de l'Homme.
Ce fut un des aveux les plus tonitruants du moment. Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, dit clairement regretter avoir demandé à Nicolas Sarkozy la création d'un secrétariat d'Etat aux droits de l'Homme. L'aveu est d'autant plus retentissant qu'il coïncide avec le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme. Les mots et le ton choisis indiquent clairement qu'il ne s'agit nullement d'une langue qui a fourchu : «Je pense que j'ai eu tort de demander un secrétariat d'Etat aux droits de l'Homme. C'est une erreur (…) Il y a contradiction permanente entre les droits de l'Homme et la politique étrangère d'un Etat, même en France». Avant d'enfoncer le clou et d'alimenter un vif débat en affirmant que «l'important, c'est d'agir (tout en sachant) qu'on ne peut pas diriger la politique extérieure d'un pays uniquement en fonction des droits de l'Homme. Diriger un pays, éloigne évidemment d'un certain angélisme».
Le poste remis en question est actuellement occupé par Rama Yade, une des trois femmes politiques, fruits de l'ouverture ethnique initiée par Nicolas Sarkozy, avec Rachida Dati à la Justice et Fadela Amara à la Banlieue. Profitant de cet anniversaire célébré au Palais de Chaillot, Rama Yade avait tenté de dresser un bilan de son action pour bien montrer l'importance de sa tâche : «En dix-huit mois, j'ai fait beaucoup de choses. J'ai par exemple fait adopter par l'Union européenne un projet de lignes directrices contre les violences faites aux femmes(…) J'ai également fait rallier dix-sept pays à la cause des enfants soldats pour que des mesures concrètes y soient prises contre leur recrutement (…) A la fin du mois, je vais lancer à l'ONU un appel universel pour la dépénalisation de l'homosexualité. Une soixantaine d'Etats vont nous rejoindre (…) Tous ces chantiers en si peu de temps ont permis à la France de montrer son rôle leader sur la question des droits de l'Homme et d'être suivie par d'autres Etats».
Rama Yade, qu'on a vu envahir tous les plateaux de télévision avec une insatiable gourmandise depuis l'élection de Barak Obama à la Maison-Blanche, ne parle pas comme «une erreur» ou un accident de parcours. Il est de notoriété publique que ses relations avec Bernard Kouchner n'ont jamais été au beau fixe. Au sein de ce couple contre nature, la confrontation et la compétition étaient inévitables. Le choc de deux egos, l'un résistant héroïquement à l'usure du temps, l'autre profitant d'une conjoncture favorable pour éclore.
L'aveu de Bernard Kouchner sur le secrétariat des droits de l'Homme intervient aussi à un moment où la presse française fait état d'une dégradation remarquée dans les relations entre Rama Yade et Nicolas Sarkozy.
Alors que tout indiquait que les prestations de Rama Yade, même les plus politiquement incorrectes, trouvaient une bienveillance compréhensive à l'Elysée, les relations semblent tendues aujourd'hui. Objet de cette tension, le refus de Rama Yade de mener une liste de l'UMP aux élections européennes de juin 2009, comme le souhaite ardemment Nicolas Sarkozy. Elle argumente ce refus : «Je suis très honorée de cette proposition, mais je suis davantage motivée par un mandat national (…). Je veux aller où je suis utile. Je ne veux pas être là juste pour occuper une fonction…».
Conséquence de cette mauvaise humeur présidentielle, Rama Yade a été exclue du poste de secrétaire d'Etat aux Affaires européennes libéré le 15 décembre par Jean-Pierre Jouyet appelé à présider l'autorité des marchés financiers (AMF). Ironie de l'histoire, ce poste reviendra sans aucun doute à Bruno Le Maire, ancien directeur de cabinet du Premier ministre Dominique de Villepin de 2005 à 2007, auteur d'un livre- mémoire bourré de révélations sur les dernières années de Jacques Chirac et les relations particulières entre Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin intitulé «Des hommes d'Etat», chez Grasset.
Le cas Rama Yade et sa rébellion apparente contre la volonté de l'Elysée semble en tout cas suffisamment grave pour exiger l'intervention et le commentaire quelque peu menaçant d'un proche du président, le ministre chargé des relations avec le Parlement Roger Karoutchi : «Lorsqu'on fait partie de l'équipe du président de la République, lorsqu'on a été choisie par le président de la République, si dans la stratégie politique pour conduire des batailles on a besoin de vous, il faut y aller (…) Si le président de la République le lui demande vraiment, à mon sens il faut qu'elle accepte d'y aller».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.