Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Spoliation: un juriste harcelé en France!    Casa-Settat: Le wali Ahmidouch anticipe l'après-confinement    AGO, arrêté des comptes... Attention aux délais légaux    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Covid19: 81 nouveaux cas ce jeudi à 18H00    Article 1062894    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Houda Sahli : «Nous sommes, en général, satisfaits de notre travail au sein du Conseil»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 05 - 2009

Houda Sahli, 22 ans, présidente de l'Association de quartier Alintilaka, parle à ALM des grands projets qui ont été réalisés et des objectifs de l'association.
ALM : Parlez-nous de l'Association Alintilaka et quels sont ses objectifs ?
Houda Sahli : Créée en 1995, l'Association Alintilaka pour l'enfance et la jeunesse de Sidi Bernoussi travaille en proximité, auprès de différentes couches de la population et son but est basé sur l'approche droit. Quand les habitants d'un quartier connaissent mieux leurs droits, ils peuvent travailler ensemble, en force collective et trouver des alternatives de développement local. Parmi nos objectifs, figurent la participation à la réalisation d'un développement durable socioculturel et pédagogique, la sensibilisation des citoyens à l'importance de la participation dans la gestion des affaires publiques et leur intégration dans la vie publique. A ceux-ci s'ajoutent également l'amélioration de la performance pédagogique des enseignants et le niveau global d'éducation des bénéficiaires.
Quels sont les projets qui ont été réalisés par votre association ?
Nous avons déjà réalisé plusieurs projets, notamment l'organisation de cours de soutien gratuits, la création d'une salle d'informatique équipée et d'un espace de lecture au sein de l'école Bossairi filles. Nous avons également mis en place deux versions du projet «Pour que la nouvelle Moudawana soit une vraie révolution sociale». L'objectif était la formation de 160 jeunes du quartier Sidi Bernoussi aux valeurs égalitaires entre les sexes pour qu'à leur tour, ils puissent sensibiliser les habitants de leurs quartiers. Nous avons aussi élaboré un projet intitulé «L'école publique est un espace de citoyenneté», ainsi qu'une caravane des droits de l'Homme au sein de 5 lycées et des colonies de vacances annuelles pour 250 enfants.
En quoi consiste votre projet intitulé «Plaidoyer pour une gouvernance locale fondée sur le genre» ?
Ce projet rentre dans le cadre de notre plan d'action 2008-2010, intitulé «Pas de développement sans participation à la gestion des affaires publiques». Ce programme est soutenu par la Coopération technique allemande (GTZ), le ministère de l'Education nationale et le mouvement de tiers des sièges élus aux femmes vers la parité. D'un coût global de 237.250 dirhams, ce projet est destiné à réveiller la conscience des citoyens en en faisant des partenaires à part entière de la gestion locale de leur quartier. Cela se fera par la création de débats locaux animés par de jeunes lycéennes et des membres de l'association.
Ces débats ont démarré suite à un sondage sous forme de questionnaire sur un échantillon de 2.000 personnes toutes catégories confondues. Une sorte de diagnostic des attentes de la population du quartier, des représentants locaux, mais aussi, pour la détection des contraintes du développement. Ensuite, l'association a tenu des forums sociaux les 1er 2 et 3 mai 2009 pour sensibiliser les gens sur l'importance de la participation à la gestion des affaires publiques et le rôle de la commune. Mais surtout, sur l'importance de la participation politique des femmes à la réalisation d'un développement locale durable. Maintenant, on est dans la phase préparatoire de la dernière étape du projet. À savoir l'élaboration d'un mémorandum afin de le déposer auprès des partis politiques et interpeller leurs représentants sur les revendications des habitants pour ainsi obtenir leur promesse de ne pas décevoir les électeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.