BAM prévoit une croissance orientée à la baisse    ONU : Antonio Guterres déplore « un monde de plus en plus chaotique »    Aquarius : Les 58 migrants débarqueront à Malte    Casablanca accueille la 6ème édition du Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire    Laenser en embuscade    Transavia relance Paris-Dakhla avec l'ONMT en marge du salon IFTM Top Resa    FIFA - The Best 2018: Voici pour qui Mehdi Benatia et Hervé Renard ont voté    Casablanca : «Maintenant ou Jamel» en octobre    Interview : Madd, Shobee et ElGrande Toto à L'Boulevard 2018    Fondation Montresso : Les événements les plus marquants de la nouvelle saison    A partir de décembre, le ballon d'or se conjuguera au féminin    Dialogue social: Le CESE recommande une approche de consensus au-delà de la négociation    Les fondateurs d'Instagram démissionnent    Adhésion à la CEDEAO: Le Maroc est-il allé trop vite?    IRAN: La journée nationale des forces armées endeuillée…    Tanger : Première opération chirurgicale de valvulopathie mitrale et aortique    Les femmes meurent-elles plus d'infarctus ?    Taroudant : Une enquête sur l'incendie du poste ONEE    Sommet de la paix Nelson Mandela: Mohammed VI rappelle l'esprit anti-séparatiste de Madiba    Coupes d'Afrique: Le Raja seul représentant du Maroc    Tanjazz 2018. Clap de fin ensoleillé !    Qui dit mieux… , Reports, encore et toujours    Couverture sanitaire. Plus de 200.000 dossiers déposés pas les imams    Justice constitutionnelle. La haute Cour et l'Académie du Maroc déclinent leur vision    L'ANRT ouvre la 3ème session de formation sur le protocole DNSSEC    Darija : Grand oral pour Amzazi    Maroc-OMS : La santé mentale au menu des entretiens de M. Doukkali à New York    La lutte contre la toxicomanie s'organise à Tétouan    Dialogue social : La recette du CESE    Engrais. OCP rachète 20% de Fertinagro Bieotech    ONU : Le Maroc défend ses positions et intensifie ses actions diplomatiques    Edito : Censure partisane    Casablanca : Des conducteurs de taxis transportent gracieusement des malades    Les industriels confiants au 3e trimestre    Journée culturelle pour célébrer l'histoire en partage France-Maroc    Driss Lachguar préside la session du Conseil de l'Union arabe de la jeunesse socialiste    L'armée birmane hausse le ton contre l'ONU    News    Lancement d'une nouvelle plateforme éducative arabophone    Operation Smile Morocco et l'OCP signent une mission humanitaire dentaire à El Jadida    Divers    L'OCK assure l'essentiel face au CRA    Concours officiel de saut d'obstacles    Prêts chinois : Opium de l'Afrique    Le blogueur Mahmoud Zeidane jeté dans les geôles du Polisario    C'est parti pour la 12ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Participation marocaine au Festival international "Samae" d'inchad et de musique sacrée du Caire    Clôture à Rabat du premier atelier d'initiation au dessin de mode    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Houda Sahli : «Nous sommes, en général, satisfaits de notre travail au sein du Conseil»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 05 - 2009

Houda Sahli, 22 ans, présidente de l'Association de quartier Alintilaka, parle à ALM des grands projets qui ont été réalisés et des objectifs de l'association.
ALM : Parlez-nous de l'Association Alintilaka et quels sont ses objectifs ?
Houda Sahli : Créée en 1995, l'Association Alintilaka pour l'enfance et la jeunesse de Sidi Bernoussi travaille en proximité, auprès de différentes couches de la population et son but est basé sur l'approche droit. Quand les habitants d'un quartier connaissent mieux leurs droits, ils peuvent travailler ensemble, en force collective et trouver des alternatives de développement local. Parmi nos objectifs, figurent la participation à la réalisation d'un développement durable socioculturel et pédagogique, la sensibilisation des citoyens à l'importance de la participation dans la gestion des affaires publiques et leur intégration dans la vie publique. A ceux-ci s'ajoutent également l'amélioration de la performance pédagogique des enseignants et le niveau global d'éducation des bénéficiaires.
Quels sont les projets qui ont été réalisés par votre association ?
Nous avons déjà réalisé plusieurs projets, notamment l'organisation de cours de soutien gratuits, la création d'une salle d'informatique équipée et d'un espace de lecture au sein de l'école Bossairi filles. Nous avons également mis en place deux versions du projet «Pour que la nouvelle Moudawana soit une vraie révolution sociale». L'objectif était la formation de 160 jeunes du quartier Sidi Bernoussi aux valeurs égalitaires entre les sexes pour qu'à leur tour, ils puissent sensibiliser les habitants de leurs quartiers. Nous avons aussi élaboré un projet intitulé «L'école publique est un espace de citoyenneté», ainsi qu'une caravane des droits de l'Homme au sein de 5 lycées et des colonies de vacances annuelles pour 250 enfants.
En quoi consiste votre projet intitulé «Plaidoyer pour une gouvernance locale fondée sur le genre» ?
Ce projet rentre dans le cadre de notre plan d'action 2008-2010, intitulé «Pas de développement sans participation à la gestion des affaires publiques». Ce programme est soutenu par la Coopération technique allemande (GTZ), le ministère de l'Education nationale et le mouvement de tiers des sièges élus aux femmes vers la parité. D'un coût global de 237.250 dirhams, ce projet est destiné à réveiller la conscience des citoyens en en faisant des partenaires à part entière de la gestion locale de leur quartier. Cela se fera par la création de débats locaux animés par de jeunes lycéennes et des membres de l'association.
Ces débats ont démarré suite à un sondage sous forme de questionnaire sur un échantillon de 2.000 personnes toutes catégories confondues. Une sorte de diagnostic des attentes de la population du quartier, des représentants locaux, mais aussi, pour la détection des contraintes du développement. Ensuite, l'association a tenu des forums sociaux les 1er 2 et 3 mai 2009 pour sensibiliser les gens sur l'importance de la participation à la gestion des affaires publiques et le rôle de la commune. Mais surtout, sur l'importance de la participation politique des femmes à la réalisation d'un développement locale durable. Maintenant, on est dans la phase préparatoire de la dernière étape du projet. À savoir l'élaboration d'un mémorandum afin de le déposer auprès des partis politiques et interpeller leurs représentants sur les revendications des habitants pour ainsi obtenir leur promesse de ne pas décevoir les électeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.