Omar Hilale met à nu le «polisario» et son parrain algérien    Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l'impulsion de SM le Roi    Le CNDH réitère sa position pour l'abolition de la peine de mort    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Country Brand Awards : le Maroc premier en Afrique    Impact de la pandémie : les femmes encore plus pénalisées    Nouzha Bouchareb: 12 objectifs en ligne de mire    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Tous les établissements pénitentiaires traitent avec les instances représentatives des avocats dans le cadre de la loi    Femmes créatives à l'honneur à l'Institut Cervantès de Casablanca    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    Tanger: La dimension touristique du voyage d'Ibn Battouta mise en avant lors d'un webinaire    Laâyoune : une nouvelle station de dessalement de l'eau de mer sera mise en service au second semestre 2021    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au processus électoral adopté par la commission de l'Intérieur    Nasser Bourita reçoit le ministre des Affaires étrangères du Burundi    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Algérie : le pouvoir doit prendre acte de l'échec de sa feuille de route, affirme LADDH    Rencontre de communication pour soutenir l'action de coopératives à la préfecture d'arrondissement Hay Hassani    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Chichaoua : ouverture d'une enquête à la suite des déclarations d'une personne qui affirme avoir reçu deux doses à la fois du vaccin anti-Covid    Covid-19 : la situation se dégrade en France, le gouvernement annonce des mesures    Harhoura : Jusqu'à 500 millions de DH pour l'aménagement    Laâyoun : la nouvelle station de dessalement de l'eau de mer bientôt opérationnelle    Procès à distance : 8.331 affaires mises au rôle du 15 au 19 février    Infantino reçu à Rabat par Bourita    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    Le WAC entame la Ligue des champions par une victoire à Luanda    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    L'ONEE lance un grand projet pour le renforcement de l'alimentation électrique dans les provinces du Sud    Le dirham s'apprécie face au dollar    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    La classe politique évoque « un non-événement »    Retrait de la liste grise de l'UE : quelles conséquences pour le Maroc ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'obligation de l'AMO en 2010 suscite de sérieuses inquiétudes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2009

Les assurés auprès des compagnies d'assurance privées n'ont plus que quelques mois pour basculer vers l'AMO. Selon une étude de Surnegia, 42% des assurés à l'AMO estiment qu'elle n'est pas efficace et 48% sont prêts à la changer.
Les assurés auprès des compagnies privées devront basculer en août 2010 à l'Assurance maladie obligatoire (AMO). C'est ce que prévoit l'article 114 de la loi 65-00 portant code de couverture médicale de base. Ce basculement va changer la vie de nombreux assurés qui, jusqu'à ce jour, étaient satisfaits de leurs assurances privées. En passant sous le régime AMO, les assurés vont perdre plusieurs acquis et c'est ce qui explique leur réticence. Bon nombre d'assurés reprochent la limitation du panier des soins et en particulier l'exclusion des soins dentaires. Autre lacune de taille : la limitation des médicaments remboursables. Cette insatisfaction est perceptible à travers une étude intitulée «Baromètre de l'assurance-maladie au Maroc», récemment réalisée par Sunergia études. Celle-ci révèle que les assurés de l'AMO sont insatisfaits de leur couverture médicale. 42% estiment qu'elle n'est pas efficace et 27% n'ont pas confiance en leur couverture. L'enquête en question a ciblé 400 salariés du secteur privé sur l'ensemble du Royaume. Globalement, les assurances privées sont jugées plus performantes que l'AMO que ce soit en termes de clarté, d'efficacité ou d'informations. Et pour preuve, 35% des assurés AMO déclarent que leur couverture médicale n'est pas claire contre 21% chez les assurés de mutuelles privées et 6% chez les bénéficiaires des deux systèmes (AMO et mutuelle privée). Autre limite: le manque d'information. 67% des assurés AMO affirment ne pas être bien informés sur le coût des soins et la prise en charge contre 46% chez les assurés des mutuelles privées. Ces limites expliquent pourquoi bon nombre d'assurés AMO sont prêts à changer d'assurance. En effet, si le choix leur était donné, 48% n'hésiteraient pas une seule seconde à opter pour une autre assurance.Ce qui est loin d'être le cas pour les assurés auprès des mutuelles privées qui se déclarent satisfaits. 84% souhaitent garder leur assurance actuelle. Ils ne sont que 15% à vouloir la changer. Par ailleurs, 78% des assurés AMO sont prêts à souscrire à une assurance-maladie complémentaire à l'AMO. Les raisons qui expliquent ce choix sont multiples. 52% de ces assurés estiment qu'une assurance complémentaire est primordiale dans la mesure où elle leur permettra d'être couverts à 100% alors que 35% déclarent qu'elle est nécessaire pour couvrir les maladies qui ne sont pas prises en charge par l'AMO. Mais ce qui attire l'attention est le financement des soins de santé. La majorité des assurés pensent à de nouvelles alternatives pour financer leurs dépenses en attendant le remboursement par leur assurance. 81% des personnes sondées sont prêtes à contracter un crédit bancaire pour financer leurs soins de santé. Les assurés suggèrent un taux d'intérêt situé en moyenne entre 2,8 % (pour la tranche de revenus qui varie entre 10.000 et 19.999 DH) et 3,3% (pour la tranche entre 5.000 et 9.999 DH).Les autres alternatives proposées par les assurés pour financer ces frais sont la vente de leurs biens personnels (59%), un dépôt de garantie (24%) ou un prêt auprès de leur famille (15%).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.