L'ONMT s'engage à renforcer le déploiement de Ryanair au Maroc    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Inscription exceptionnelle du 2 au 4 novembre aux CPGE    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    France: l'Assemblée nationale valide la prorogation de l'état d'urgence sanitaire    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Météo Maroc: brume et nuages pour la matinée du samedi 24 octobre    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouad Bellamine mêle peinture et photographie

L'artiste-peintre Fouad Bellamine expose ses œuvres du 8 décembre au 16 janvier à la galerie de l'Atelier 21 de Casablanca. Dans cette exposition, il exploite de nouveaux médiums comme la photographie dont il se sert avec un œil d'artiste-peintre.
Après une absence de plus de quinze années dans les galeries marchandes au Maroc, Fouad Bellamine revient avec une trentaine d'œuvres qui seront exposées à partir du 8 décembre au 16 janvier à la galerie de l'Atelier 21 de Casablanca. Dans cette exposition, cet artiste exploite de nouveaux médiums comme la photographie dont il se sert avec un œil d'artiste-peintre. «Le terme non-figuration convient mieux à ma peinture, parce qu'elle ne cesse de faire des clins d'œil… au motif», affirme l'artiste. Comme certains artistes-peintres contemporains, il utilise les technologies numériques, fait imprimer certaines images sur la toile et les retravaille. «Mon intervention d'artiste-peintre les dote d'un statut troublant, incertain, et les place dans une espèce de no man's land artistique et intemporel : ni photographie pure, ni peinture pure. L'œuvre acquiert ainsi une nouvelle identité en adéquation avec mon travail », peut-on lire dans une note d'information. Et d'ajouter : «En faisant cohabiter et dialoguer peinture et photographie, mon dessein est de faire disparaître l'iconographie photographique comme si elle n'était plus nécessaire à l'identification des sujets». De son enfance dans la médina de Fès, il garde un rapport particulier à la lumière, aux murs et à l'architecture qu'ils cernent. Il montre des vues de la ville, de sa fenêtre et les tombes du cimetière de Fès. Il a quitté sa ville pour étudier à l'École des arts appliqués de Casablanca en 1967. Il expose pour la première fois en 1972 à la galerie «la Découverte» à Rabat. La même année, il intègre l'enseignement en qualité de professeur d'arts plastiques avant de poursuivre sa formation par un Diplôme d'études appliquées en histoire et théorie de l'art à l'Université de la Sorbonne, Paris VIII. Pendant les années soixante-dix, Fouad Bellamine accorde un vif intérêt au débat sur la problématique identitaire au Maroc et ses répercussions sur l'art et la culture. Cela le conduira plus tard à dire : « il n'y a pas de peinture marocaine, il n'y a que des peintres marocains… ». Sa passion pour la peinture et l'histoire de l'art se double d'une curiosité qui l'implique dans la recherche aussi bien du point de vue théorique que pratique.
L'évolution de l'art en Occident le passionne, il est ouvert et attentif à toutes les nouvelles tendances, ce qui le conduira très tôt à réaliser des installations et fera de lui l'un des premiers peintres «installationnistes» au Maroc. «….Chez Fouad Bellamine, la peinture ne part pas de l'image, mais de quelque chose qu'une culture aniconique comme est la musulmane a tenu pour très marginale : la peinture. Et plus juste serait de dire la teinture, la couleur, celle dont on imprègne la chaux murale des maisons, mais aussi celle dont les maîtres anciens se passaient techniques», a écrit Bruno Nassim Aboudrar maître de conférence en esthétique à la Sorbonne Nouvelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.