Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La ruse féminine a mis deux voyous dans les filets de la police
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 12 - 2009

Quand Najat a été croisée par un duo qui a tenté de la violer après l'avoir blessée à coup de couteau à la cuisse, elle a utilisé la ruse pour les faire tomber entre les mains des policiers.
Charmante et intelligente, Najat est à son vingtième printemps. C'est l'aînée de sa famille qui demeure à Berrechid. Ce soir, elle sortait pour faire des courses. Il n'était pas encore tard puisqu'il y avait encore des gens qui déambulaient au centre-ville. Elle empruntait le chemin à destination d'un commerce loin de chez elle de quelques centaines de mètres. Rapidement, elle marchait surtout qu'elle est juste arrivée à une ruelle qui semblait déserte. Et c'était à ce moment qu'elle a remarqué un jeune homme qui marchait lentement un peu plus loin d'elle. Alors qu'elle avançait à la hâte pour arriver à sa destination. Tout d'un coup, elle est arrivée à côté de lui pour s'apprêter à le dépasser. Seulement, aussitôt, il s'est approché d'elle pour lui chuchoter quelques mots à l'oreille. Elle a gardé le silence tout en marchant rapidement. Le jeune homme la suivait comme son ombre. Qui est-il ? C'est Mustapha, un jeune de trente et un ans, sans profession. Il est l'aîné d'une fratrie de six frères et sœurs. Depuis que sa famille est arrivée à Berrechid, après avoir quitté son douar dans la région de Settat, son père est devenu un marchand ambulant de légumes et fruits et a déployé tous ses efforts pour aider son aîné à réussir ses études. Malheureusement, Mustapha, n'a pas dépassé la deuxième année d'enseignement fondamental. Et il l'a rejoint pour la vente de légumes à travers les quartiers et les ruelles de Berrechid. Mais la mauvaise fréquentation l'a dévié rapidement pour se retrouver entre-temps dans le gouffre de la drogue et de la délinquance. Il a été emprisonné à maintes reprises pour divers délits.
Najat qui tentait de s'éloigner de Mustapha a remarqué un deuxième jeune homme qui les a rejoints. Il s'agit de Mohamed, un Casablancais âgé de vingt-cinq ans, célibataire, qui a abandonné l'école après le divorce de ses parents. Sa mère, qui s'est remariée, a essayé de le soutenir pour devenir tôlier. Mais en vain. Après avoir quitté Casablanca en compagnie de sa mère et son mari et après s'être installé à Berrechid, il a fait la connaissance de quelques voyous. Et le virus de la délinquance l'a attaqué. Il est devenu trafiquant de boissons alcoolisées. Arrêté, il a purgé une peine de six mois de prison ferme. Relâché, il a rejoint une bande d'agresseurs. Il participait à toutes les opérations d'agression pour avoir l'argent nécessaire pour se droguer. Et il a été arrêté une deuxième fois. Purgeant une peine d'emprisonnement, il a fait la connaissance de Mustapha en taule. Quand ils ont été relâchés, ils sont restés amis. Ils se droguaient et agressaient ensemble les victimes.
Quand Mohamed a rejoint son ami, Mustapha, qui se collait à Najat, il a brandi un couteau. Il l'a menacée de meurtre. Pourquoi ? Il ne lui a rien demandé, mais il lui a demandé de les accompagner. Où ? Elle ne savait rien. Tous les deux l'ont conduite jusqu'à une ruelle obscure. Ils lui ont demandé de leur céder pour la violer collectivement. En refusant, Mohamed lui a asséné un coup de couteau à sa cuisse droite. Elle sanglotait et les suppliait pour qu'ils n'abusent pas d'elle. Tout d'un coup, elle s'est tournée vers Mustapha, en sanglotant et lui a proposé d'échanger leurs numéros de téléphone portable tout en lui promettant de le rencontrer ultérieurement pour passer de bons moments avec lui, chez lui ou chez un ami à lui et non pas dans la rue. Une ruse qui a eu son impact. Puisque Mustapha a obligé Mohamed de la laisser tranquille.
Le lendemain matin, Najat, en compagnie de sa mère, s'est rapidement rendue chez la police pour porter plainte. Le soir, Mustapha lui a téléphoné et lui a demandé de se rencontrer. Au rendez-vous, la police était sur le lieu. Mustapha a été arrêté, ainsi que son ami et complice. Traduits devant la chambre criminelle près la Cour d'appel de Settat, ils ont été condamnés à deux ans de prison ferme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.