Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Le Maroc plaide pour «un système multilatéral renouvelé et plus équitable»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    CFG Bank : La masse bénéficiaire ajustée des principales sociétés devrait baisser de 18,3% en 2020.    AWB. Issam Maghnouj : « La relation banque-client a changé »    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    Coronavirus : plus de 624.000 arrestations pour non-port du masque au Maroc    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Coronavirus : la pollution de l'air pourrait augmenter la mortalité de 15%    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Après des semaines d'assouplissement, Tanger de nouveau en alerte    Taroudant/Covid-19 : Nouvelles mesures préventives contre la pandémie    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    Affaire des caricatures : Le Conseil Supérieur des Oulémas donne sa position    Maroc Telecom, «Top Performer RSE» pour la 7e fois consécutive    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Ce qu'était le tourisme avant la crise Covid    Kifal auto : La startup qui roule pour les voitures d'occasion (vidéo)    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    Le Royaume d'Eswatini ouvre son consulat général à Laâyoune    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Compteur coronavirus : 2.264 nouveaux cas et 46 décès en 24H    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Les folies d'Erdogan    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    La RSB renaît de ses cendres    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un repris de justice viole un adolescent à Taounate
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2010

Mohamed était attablé dans un café de la région d'Aïn Aïcha, province de Taounate, quand Lahcen l'a rejoint. Après une brève conversation, ils ont quitté le café vers un terrain vague, désert et obscur… Et l'irréparable s'est produit.
C'était le dimanche 28 février. Mohamed n'était qu'à son seizième printemps. Et pourtant, il s'attablait, à 23 h, dans un café situé non loin du souk hebdomadaire, d'Had Aïn Aïcha, à Taounate. En fait, Mohamed demeure dans la région d'Ouled Azam, qui est éloignée de quelques kilomètres d'Aïn Aïcha. Certes, les jeunes de tous les environs profitent de ce jour du souk hebdomadaire pour prendre un café ensemble et converser jusqu'à une heure tardive. Mais, Mohamed, à son âge, devait rentrer chez lui à ce moment. Or, il semble que ce n'était pas la première fois qu'il rentrait tard chez lui. La preuve ? Ses parents ne s'inquiétaient pas de son absence. Mohamed sirotait son verre de thé à la menthe quand, tout d'un coup, un jeune homme est venu le rejoindre. Le connaissait-il ? Non. Mais, il y en avait au café ceux qui le connaissent. Il se nomme Lahcen, âgé de vingt-huit ans, repris de justice pour coups et blessures, menace à l'arme blanche, trafic de drogue, vol qualifié, et demeure non loin des lieux au douar Laâdadma, caïdat Aïn Aïcha. Lahcen a engagé une conversation avec Mohamed. Celui-ci souriait. Les clients n'étaient pas au courant de ce qui se passait entre les deux parce qu'ils chuchotaient. Soudain, quelques clients ont remarqué Lahcen qui s'est levé pour faire une grimace à Mohamed. Celui-ci s'est levé également. Après avoir payé les consommations, Lahcen a quitté le café. Mohamed l'a suivi comme son ombre. Lahcen a mis en marche son vélomoteur qui était garé juste à côté du café. Mohamed s'est mis derrière lui. Et Lahcen a démarré. Vers quelle destination ? Mohamed ne savait pas exactement. Il lui avait demandé de faire un tour, ni plus, ni moins. Quelques minutes plus tard, Lahcen s'est arrêté. Il a demandé à Mohamed de descendre. Pourquoi ? Lahcen lui a ordonné de ne plus poser de questions. Mohamed l'a supplié de le conduire au café. En vain. Le lieu était désert. Seule l'obscurité y régnait. Soudain, Lahcen a fait sortir un couteau de sa poche. Écarquillant les yeux, Mohamed ne savait ni quoi faire, ni à quel saint se vouer. «Enlève ton pantalon», lui a ordonné Lahcen sur un ton sévère. Mohamed a gardé le silence. Parce qu'il n'a pas encore cru ses oreilles. Lahcen lui a demandé une fois encore de se mettre à poil. «Ou je te tue», l'a-t-il menacé. Mohamed a baissé son pantalon. Et il l'a laissé faire. Une première fois, deux et trois. Entre chaque acte, Lahcen le menaçait de le tuer s'il tente de s'enfuir. Quand il a terminé définitivement, vers minuit et demie, il lui a demandé de partir seul. Mohamed n'est pas retourné chez lui. Il s'est rendu aussitôt au poste de la Gendarmerie royale d'Aïn Aïcha. Cinq éléments l'ont accompagné vers la scène du crime. Lahcen y était encore en train de fumer une cigarette. Il a manifesté une résistance féroce en brandissant son arme blanche. Mais les fins limiers de la Gendarmerie royale l'ont immobilisé et l'ont conduit au poste. Ils l'ont soumis aux interrogatoires. Il a avoué avoir violé Mohamed. Le lendemain, Mohamed a été examiné par un médecin à l'hôpital provincial de la ville. Il lui a délivré un certificat médical attestant qu'il avait été sodomisé violemment.
Le mardi 2 mars, matin, Lahcen a été traduit devant le parquet général près la Cour d'appel de Fès. Il a été gardé en détention provisoire jusqu'à l'examen de son affaire par la Chambre criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.