Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : Le monde arabe est de retour
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 02 - 2011

Printemps arabe». L'expression est sur toutes les lèvres. Dans une Tunisie encore surprise de s'être débarrassée aussi rapidement de son dictateur, les braises de la «révolution du jasmin» s'éteignent lentement, et le pays cherche tranquillement les voies d'une transition démocratique.
En Egypte, les feux de la colère s'allument, s'épuisent, se rallument. Le président Moubarak se montre affaibli; il semble passer le relais de son pouvoir absolu à l'armée, sans que l'on sache si cela suffira à canaliser la révolte populaire. Quand le peuple a faim, craint-il encore les blindés et les matraques? Et ailleurs dans le monde arabe ? La question occupe tous les esprits, en particulier dans les cercles de pouvoir de l'Occident. Editorialistes, politologues, responsables politiques sont sollicités pour disséquer les évènements en train de se dérouler, faire des pronostics. Les foules défilent, et on interprète pour nous ce qui se passe. Devant nos écrans de télévision, nous avons droit aux images presque en direct, et aussi à l'interprétation en simultané de celles-ci. La lecture de l'évènement nous est livrée avec l'évènement lui-même. N'y a-t-il pas là quelque chose d'indécent et d'injuste? Des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux prennent le risque de mourir sous les balles afin de faire entendre leur protestation, mais ce sont les commentateurs confortablement assis dans leurs studios qui monopolisent la parole! Ceux qui bravent les forces de répression sont à peine écoutés. Nous n'avons accès à leur parole que par le filtre des médias. Une situation révélatrice du monde qui est devenu le nôtre. Un monde par bien des aspects irréels. Parce que nous sommes, semble-t-il, informés de tout, partout, en tout temps, nous pouvons avoir le sentiment que rien ne nous échappe. Or le moyen par lequel nous sommes tenus au courant, en réalité ne nous donne pas à voir le monde mais, seulement, une représentation du monde. Une représentation elle-même accompagnée d'une explication du monde ! Nous croyons écouter les peuples en colère, mais ce sont les commentateurs qui nous parlent. Eux n'ont pas une appréhension spontanée, «naïve» des évènements: ils sont déjà dans une réception analytique des choses. Ils mettent les évènements en perspective, les relient à d'autres dont ceux qui manifestent n'ont pas la moindre idée. Le jeune Egyptien qui défie le couvre-feu rêve juste d'un avenir meilleur, où il pourra vivre et travailler dans la dignité. Il ne s'interroge pas sur les conséquences géo-politiques de sa désobéissance. Il vit les choses à son échelle humaine, pas à une échelle politique internationale. Pourtant c'est de celle-là qu'on entend le plus parler. Les répercussions que ces bouleversements ont sur la géostratégie régionale, les inquiétudes de l'Amérique et d'Israël... Ceux-là mêmes qui, pendant des décennies, ont ignoré les appels de la jeunesse arabe, se succèdent désormais devant les caméras pour parler en son nom !
Aujourd'hui, les masses arabes signent leur retour dans l'histoire du monde. Elles témoignent soudain à la face de l'humanité, qu'elles aussi ont besoin de liberté. Puisse leur cri ne pas être noyé dans le verbiage des discussions pontifiantes! Aujourd'hui doit rester le temps du peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.