Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : Le défi islamiste, entre fantasmes et réalités
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 02 - 2011

Les régimes autoritaires et corrompus de Ben Ali et de Moubarak ont pu bénéficier longtemps de la complaisance des pays occidentaux, en se présentant comme les remparts incontournables d'une prise de pouvoir par les islamistes.
Maintenant que, sous la pression populaire, ces régimes ont été mis à bas, la peur de voir les islamistes «remporter la mise» de révolutions que, pas plus que d'autres, ils n'ont vu venir, est de nouveau extrêmement présente dans les discours de la presse et des responsables politiques occidentaux. On assiste à des débats passionnés entre «experts», les uns promettant la victoire à terme des islamistes, seule force vraiment organisée dans des pays où les oppositions ont été muselées et persécutées; les autres assurant, au contraire, que nous sommes entrés dans l'ère «post-islamiste». Et si la vérité se trouvait entre ces deux approches?
Mais qui sont les «islamistes»? Ceux qui, de manière très générale, sont présentés ainsi ( depuis les tenants du régime de la République islamique en Iran jusqu'aux émules d'Oussama Ben Laden et d'Al Qaïda, en passant par les Frères musulmans égyptiens et les salafites radicaux d'Arabie Saoudite et d'ailleurs) ne se reconnaissent pas dans cette appellation. Eux se disent simplement «musulmans», parfois «révolutionnaires musulmans», parfois fidèles zélateurs de la foi transmise par les anciens (soit les «salafites»). Et ceux qui les désignent par cette étiquette, mélangent souvent allègrement les uns et les autres, comme si la révolution iranienne de 1979 pouvait être comparée aux menées terroristes des partisans de Ben Laden, ou la résistance du Hezbollah libanais et du Hamas palestinien être mise au même plan que les actions de «Al Qaïda Maghreb»... Raisonnablement, peuvent être appelés «islamistes» tous ceux qui considèrent que l'islam peut être utilisé comme une force politique de transformation des sociétés et de leurs institutions, que ce soit, ou non, par l'usage de la violence.
Prenant surtout acte de l'échec de la révolution khomeyniste à transformer heureusement la société iranienne et à se reproduire ailleurs dans le monde musulman, des islamologues comme Olivier Roy et Gilles Kepel, affirment que l'on va vers la fin de l'islamisme, comme il y a eu la fin du marxisme-léninisme. Ils préfèrent parler, désormais, «d'Islam conservateur» à l'oeuvre dans les sociétés musulmanes. Mais d'où vient-il cet «islam conservateur», sinon du travail accompli depuis plus de 80 ans par les Frères musulmans d'une part; et d'autre part par les salafites wahhabites, les premiers étant des «révolutionnaires populistes», les seconds étant des ultra-conservateurs? Ce sont eux qui, toutes ces années, ont travaillé à «ultra-islamiser» nos sociétés, voulant «formater» à leur convenance les consciences individuelles, la cellule familiale, et enfin les institutions de l'Etat. Et ils y sont largement parvenus, influençant les comportements individuels et nos sociétés pour longtemps sans doute! L'état actuel de nos sociétés arabo-musulmanes montre ainsi que nous avons à faire tout un travail théologique, sans lequel nous ne parviendrons pas au dynamisme qu'offre la liberté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.