Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des étudiants sahraouis basculent dans la violence : Un fait divers tourne à l'émeute tribale à Rabat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 04 - 2011

La police judiciaire a ouvert une enquête sur le décès de l'étudiant Abbad Hammad qui a déclenché une émeute tribale, vendredi 22 avril, à Rabat.
Des actes de vandalisme et de violence ont secoué, vendredi 22 avril, Madinat Al Irfane à Rabat, suite à un simple fait divers. Des incidents qui ont semé la panique durant cette matinée parmi les citoyens de la ville. Un groupe d'étudiants cagoulés et munis de bâtons et d'armes blanches a saccagé plusieurs biens publics et privés. Certains de ces étudiants sont originaires des régions du Sud. Plusieurs établissements ont été détruits et incendiés par les fauteurs de troubles, notamment certaines dépendances administratives relevant de la Cité universitaire Souissi I. Le groupe d'étudiants a également saccagé plusieurs voitures et abribus et arraché des poutres du Tramway situées au niveau de la cité. Ces étudiants sahraouis ont, également, détenu le chef du service de sécurité de la Cité universitaire Souissi I, amené des bonbonnes de gaz et érigé des obstacles au moyen des poutres et pavés arrachés, selon une source de la wilaya de Rabat citée par la MAP. «Les fauteurs de troubles se sont saisis des clefs des portes d'accès à la cité qu'ils ont fermées, avant d'incendier les différentes dépendances administratives relevant de la cité», a souligné Mohamed Oulad Khayi, directeur de cet établissement à Rabat. M. Oulad Khayi a fait savoir que ces éléments ont également agressé des étudiants résidant à la Cité universitaire. L'intervention des forces de l'ordre a permis, par ailleurs, de maîtriser rapidement la situation et de disperser les fauteurs de troubles. Aussi, aucun blessé n'a été signalé par les autorités locales lors de ces incidents.
Cette émeute tribale à Madinat Al Irfane, qui a mis la sécurité des étudiants et des citoyens en péril, a été déclenchée par un simple fait divers. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un étudiant, Abbad Hammad, âgé de 25 ans, a trouvé la mort près de la Cité universitaire Souissi I à Rabat. La victime, qui était en état d'ébriété, en compagnie d'un ami lorsqu'il a tenté de harceler une fille. Cette dernière avait alors demandé assistance à ses amis qui ont eu une altercation avec les deux jeunes. C'est ainsi, donc, que Abbad Hammad a été mortellement poignardé à l'aide d'un couteau. Au cours de son transfert à l'hôpital, la victime a succombé à ses blessures. Selon une source sécuritaire, des investigations sont menées par la police pour identifier l'auteur de ce crime et le présenter à la justice. Aussi, la police judiciaire a ouvert une enquête sur le décès de l'étudiant. A signaler que Madinat Al Irfane est un pôle qui regroupe les universités et les écoles les plus importantes de la capitale du Royaume, notamment la Faculté de sciences, la Faculté de médecine, l'Ecole vétérinaire et les Cités universitaires qui se trouvent à proximité des quartiers de l'Agdal et de Hay Riad. Il ne s'agit pas de la première fois où des étudiants sahraouis basculent dans la violence. A plusieurs reprises, ces étudiants ont eu recours, pour diverses raisons, à la violence et perpétré des actes de vandalisme dans l'enceinte universitaire, dans plusieurs villes marocaines, ce qui met la sécurité des étudiants en danger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.