Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    Taqa Morocco: Le RNPG recule    Casablanca: la Fédération Marocaine du Commerce en Réseau voit le jour    Bureau d'ordre digital: Ça commence à prendre    SMI portée par la hausse du cours de l'argent    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Vidéo – Le Maroc fera entendre sa voix à la 1ère Assemblée générale des Nations Unies se tenant à distance    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    Coronavirus: nouveau record de guérison au Maroc    Covid/Données personnelles: Fuites sans suite...    inwi money lance la réception du transfert international    Le déroulement de la rentrée scolaire au menu du Conseil de gouvernement    Mohammadia: des mesures restrictives pour affronter la prolifération du Covid-19    Fès : saisie de plus de 5 000 bouteilles de boissons alcoolisées    Casablanca: un individu interpellé pour trafic de psychotropes    Tanger: le lycée Regnault fermé pour 14 jours    Premier League: Liverpool mate Chelsea    Les professionnels du tourisme décidés à passer à l'offensive pour la reprise du secteur à Marrakech    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Les poudres et liquides saisis lors de l'opération antiterroriste du 10 septembre servent à la fabrication des explosifs    Karima Benyaich : S.M le Roi a inscrit l'approche genre au centre des priorités de la consolidation de l'Etat de droit    Jawad Yamiq proche du Getafe    Le Real Madrid manque sa rentrée    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    La CGEM publie un guide sur la "Cybersécurité en entreprise"    Le Covid-19 a un impact "dévastateur " sur les populations les plus vulnérables    Michael Lonsdale, le comédien pèlerin, est décédé    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Suivez le LIVE de l'émission « Al Moukawil » de MFM Radio    Débat autour d'un viol. Au Maroc, on ne fouette pas, on ne coupe pas la main    L'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire au cœur d'un scandale sexuel    « FinCEN Files » : de grandes banques soupçonnées de faciliter la circulation d'argent sale    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Préfecture de Marrakech : généralisation de l'enseignement en alternance à partir de ce lundi    Un rapport accablant du ministère public    Le Maroc s'est distingué par son engagement en faveur d'une solution pacifique libyo-libyenne, affirme un institut d'études slovène    Secteur de l'automobile : la courbe des exportations se redresse progressivement    Distribution : les Marocains fidèles au marché et à l'épicier pour l'alimentaire    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un vote controversé aux allures d'une manoeuvre fomentée par nos adversaires
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 12 - 2011

Le Maroc a affirmé que le vote du Parlement européen interpelle les autorités du Royaume quant à l'opportunité d'une réévaluation globale de son partenariat avec l'Unon européenne.
Depuis que la reconduction de l'accord de pêche Maroc-UE ait été rejetée par le Parlement européen, les relations entre le Royaume et l'UE ne sont pas au beau fixe. Bien que l'Union européenne constitue le premier partenaire économique du Maroc et que les relations entre Rabat et Bruxelles se sont affermies depuis 2009 par le «Statut avancé», le rejet par le Parlement européen de l'extension du protocole annuel de l'accord de pêche risque de tout remettre en cause. Le Maroc a affirmé, mercredi 14 décembre, que le vote du Parlement «interpelle les autorités du Royaume quant à l'opportunité d'une réévaluation globale de son partenariat avec l'UE». Et les domaines qui risquent d'être sérieusement compromis, selon le Royaume, relèvent «des perspectives mutuellement prometteuses, à savoir le commerce des services, la mobilité et la réadmission, la mise en œuvre du Statut avancé, ainsi que l'instauration d'un Accord de libre-échange global». A noter que le vote va aux antipodes de l'avis des Etats membres et de la Commission européenne à partir du moment où elle sanctionne durement les professionnels de la pêche des pays membres de l'UE. Face à cette nouvelle situation, la réaction du Maroc ne s'est pas fait trop attendre. Le Royaume a réagi fermement le même jour en demandant aux 120 bateaux opérant dans le cadre de l'accord de pêche à quitter les eaux territoriales nationales mercredi avant minuit. Désormais, aucune activité de pêche de la flotte battant pavillon européen n'est tolérée. C'est ce qui ressort d'un communiqué du ministère des affaires étrangères. «La décision du Parlement européen marque ainsi un développement regrettable, aux conséquences sérieuses sur l'avenir de la coopération entre le Maroc et l'Union européenne en matière de Pêche», indique le ministère. Bien que le Parlement ait invoqué des raisons d'ordre budgétaire, économique et écologique pour justifier le rejet de la reconduction de l'accord, l'affaire porte, vraisemblablement, les traces d'une manœuvre hostile fomentée par les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume. Les motivations politiques sont là pour montrer que l'objectif de ces derniers se résume à nuire aux intérêts du Maroc et aux relations entre Rabat et Bruxelles. D'ailleurs, au sujet des raisons défaillantes invoquées par le Parlement européen pour justifier sa démarche, le Maroc a jugé opportun d'apporter les éclaircissements nécessaires. «Le Maroc n'a pas été demandeur de la prorogation de l'accord de pêche. Il a répondu à une sollicitation vive et appuyée de la part de l'UE», précise le communiqué des Affaires étrangères. «Sur le plan financier et budgétaire, la compensation financière octroyée au Maroc a été jugée très largement supérieure aux avantages économiques tirés par l'UE, dans un contexte de crise financière en Europe, alors que cette compensation ne s'élève qu'à 36 millions d'euros par an», indique le département de Taïeb Fassi Fihri. «Au niveau économique, le protocole a été considéré comme détenant un impact limité sur le développement du secteur des pêches au Maroc, alors qu'au plan écologique, la décision du rejet a été prise sur la base d'une évaluation sommaire arguant d'une surexploitation des ressources halieutiques», ajoute la même source.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.