Que veut-on ?    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Edito : Anticiper    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Al Omrane Expo Marocains du Monde : Le programme «Istitmar» présenté aux Marocains de France    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Un centre de dialyse et un autre de santé urbain inaugurés à Hay Hassani    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Météo: les prévisions de ce mardi    L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Bab Sebta: Arrestation d'un Français, objet d'un mandat d'arrêt    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le Tihad Athletic Sportif de Casablanca remporte sa première Coupe du Trône    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Nous sommes tous concernés par le diabète    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les ethnies se déchirent
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 02 - 2002

Nigeria. L'armée est intervenue lundi soir pour étouffer la nouvelle flambée de violences inter-ethniques qui paralyse Lagos depuis samedi. Plus de 10.000 Nigérians ont été tués dans ces conflits depuis 1999.
L'armée nigériane a finalement été déployée lundi soir à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, pour mettre fin aux affrontements qui opposaient depuis trois jours les deux principales communautés du pays, les Haoussa (originaires du Nord, Musulmans) et les Yorouba (venant du Sud-Ouest, Chrétiens, ethnie du président Obasanjo). Ces combats de rue, qui ont fait au moins 55 morts et plus de 200 blessés, avaient éclaté samedi entre des gangs autour d'une mosquée du quartier d'Idi-Araba (district de Mushin, au Nord de Lagos) avant de s'étendre à la ville et d'alourdir le bilan des victimes. Ce n'est d'ailleurs qu'après les combats les plus intenses que l'armée a été envoyée, lundi soir, pour rétablir l'ordre. «Les soldats sont chargés d'étouffer la crise. Ils resteront sur place jusqu'à ce qu'ils ne soient plus nécessaires, ce qui signifie jusqu'au retour de la paix», expliquait ce mardi le lieutenant-colonel Chris Olukolade.
Reste que -en seulement trois jours- plus de 200 maisons ont été incendiées et plus de 1.000 familles déplacées, selon la Croix-Rouge qui constatait aussi le nombre important de cadavres gisant dans les rues de la ville. De nombreuses personnes attribuent cette troisième flambée de violences ethniques d'importance, depuis deux ans, aux jeunes des gangs qui sévissent dans les rues de Lagos. Des incidents intervenus dans un contexte de désordre général, après le mouvement de grève sans précédent vendredi et samedi dernier de la police. Préoccupée par des revendications salariales, celle-ci n'est d'ailleurs intervenue que dimanche soir dans le quartier d'Idi-Araba avant de se retirer. Le Nigeria se remet également difficilement de l'explosion survenue le 27 janvier dernier dans un dépôt de munitions du quartier d'Ikeja, un incendie qui a tué au moins 1.000 personnes et fait des milliers de sans-abris.
Le Nigeria est le pays le plus peuplé d'Afrique avec 120 millions d'habitants. Il regroupe plus de 250 groupes ethniques principalement partagés entre Chrétiens (45%) et Musulmans (45%). En permanence en proie à des troubles ethniques, communautaires et religieux, exacerbés par des querelles foncières ou concernant le partage des ressources – le pays déplore plus de 10.000 morts en moins de trois ans. La première flambée de violences remonte au jour même de l'investiture du président civil Olusegun Obasanjo le 29 mai 1999. Quelque 200 personnes avaient alors été tuées lors d'affrontements intercommunautaires près de Warri (Sud), alors que le Nigeria entrait dans une phase historique après quinze ans de régime militaire. Fin février 2000, de nouveaux affrontements entre Chrétiens et Musulmans à Kaduna (Nord) et Aba (Sud-Est), faisaient à leur tour près de 3000 morts.
Ces conflits intermittents ont repris de façon violente au début de cette année 2002 : le 10 janvier dernier, des affrontements entre communautés se disputant l'exploitation des ressources d'un lac dans l'Etat de Nassarawa (Centre) avaient par exemple fait plus d'une centaine de morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.