ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les ethnies se déchirent
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 02 - 2002

Nigeria. L'armée est intervenue lundi soir pour étouffer la nouvelle flambée de violences inter-ethniques qui paralyse Lagos depuis samedi. Plus de 10.000 Nigérians ont été tués dans ces conflits depuis 1999.
L'armée nigériane a finalement été déployée lundi soir à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, pour mettre fin aux affrontements qui opposaient depuis trois jours les deux principales communautés du pays, les Haoussa (originaires du Nord, Musulmans) et les Yorouba (venant du Sud-Ouest, Chrétiens, ethnie du président Obasanjo). Ces combats de rue, qui ont fait au moins 55 morts et plus de 200 blessés, avaient éclaté samedi entre des gangs autour d'une mosquée du quartier d'Idi-Araba (district de Mushin, au Nord de Lagos) avant de s'étendre à la ville et d'alourdir le bilan des victimes. Ce n'est d'ailleurs qu'après les combats les plus intenses que l'armée a été envoyée, lundi soir, pour rétablir l'ordre. «Les soldats sont chargés d'étouffer la crise. Ils resteront sur place jusqu'à ce qu'ils ne soient plus nécessaires, ce qui signifie jusqu'au retour de la paix», expliquait ce mardi le lieutenant-colonel Chris Olukolade.
Reste que -en seulement trois jours- plus de 200 maisons ont été incendiées et plus de 1.000 familles déplacées, selon la Croix-Rouge qui constatait aussi le nombre important de cadavres gisant dans les rues de la ville. De nombreuses personnes attribuent cette troisième flambée de violences ethniques d'importance, depuis deux ans, aux jeunes des gangs qui sévissent dans les rues de Lagos. Des incidents intervenus dans un contexte de désordre général, après le mouvement de grève sans précédent vendredi et samedi dernier de la police. Préoccupée par des revendications salariales, celle-ci n'est d'ailleurs intervenue que dimanche soir dans le quartier d'Idi-Araba avant de se retirer. Le Nigeria se remet également difficilement de l'explosion survenue le 27 janvier dernier dans un dépôt de munitions du quartier d'Ikeja, un incendie qui a tué au moins 1.000 personnes et fait des milliers de sans-abris.
Le Nigeria est le pays le plus peuplé d'Afrique avec 120 millions d'habitants. Il regroupe plus de 250 groupes ethniques principalement partagés entre Chrétiens (45%) et Musulmans (45%). En permanence en proie à des troubles ethniques, communautaires et religieux, exacerbés par des querelles foncières ou concernant le partage des ressources – le pays déplore plus de 10.000 morts en moins de trois ans. La première flambée de violences remonte au jour même de l'investiture du président civil Olusegun Obasanjo le 29 mai 1999. Quelque 200 personnes avaient alors été tuées lors d'affrontements intercommunautaires près de Warri (Sud), alors que le Nigeria entrait dans une phase historique après quinze ans de régime militaire. Fin février 2000, de nouveaux affrontements entre Chrétiens et Musulmans à Kaduna (Nord) et Aba (Sud-Est), faisaient à leur tour près de 3000 morts.
Ces conflits intermittents ont repris de façon violente au début de cette année 2002 : le 10 janvier dernier, des affrontements entre communautés se disputant l'exploitation des ressources d'un lac dans l'Etat de Nassarawa (Centre) avaient par exemple fait plus d'une centaine de morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.